mardi 29 avril 2008

Le mythe de la transmission par les Arabes de notre héritage grec

Constantinople telle qu'elle aurait pu être aujourd'hui sans l'invasion musulmane.

L'excellent magazine catholique Monde & Vie a publié une une recension de l'ouvrage qui fait débat sur le rôle des musulmans dans la transmission de l'héritage grec.

Ce canard de la transmission par les Arabes de notre héritage grec a été inventé de toutes pièces au XIXe siècle par des historiens hostiles à l'Eglise et il se transmet de génération en génération. Dans le contexte actuel, l'islamophilie de toute une intelligenzia n'est qu'un autre visage de l'antichristianisme traditionnel de la gauche.

Aristote au Mont-Saint-Michel :
Les racines grecques de l'Europe chrétienne


Sylvain Gouguenheim
Seuil, 280 p., 21 €.
Ce que nous ne devons pas à l’Islam

On considère généralement que l'Occident a découvert le savoir grec au Moyen Âge, grâce aux traductions arabes. Sylvain Gouguenheim bat en brèche une telle idée en montrant que l'Europe a toujours maintenu ses contacts avec le monde grec. Le Mont-Saint-Michel, notamment, constitue le centre d'un actif travail de traduction des textes d'Aristote en particulier, dès le XIIe siècle. On découvre dans le même temps que, de l'autre côté de la Méditerranée, l'hellénisation du monde islamique, plus limitée que ce que l'on croit, fut surtout le fait des Arabes chrétiens. Même le domaine de la philosophie islamique (Avicenne, Averroès) resta en partie étranger à l'esprit grec. Ainsi, il apparaît que l'hellénisation de l'Europe chrétienne fut avant tout le fruit de la volonté des Européens eux-mêmes. Si le terme de "racines" a un sens pour les civilisations, les racines du monde européen sont donc grecques, celles du monde islamique ne le sont pas !

Sylvain GOUGUENHEIM dans son livre intitulé "Aristote au mont Saint Michel" qui vient de paraître aux éditions du Seuil, tord le coup à un mythe islamophile éculé qui perdure encore et toujours dans de nombreux esprits incultes et dhimmisés : les musulmans n'ont pas fait découvrir la philosophie grecque en particulier platonicienne et aristotélicienne aux barbares chrétiens d'occident venu reconquérir la Palestine entre 1096 et 1291 ! Des Arabes chrétiens d'Orient ont effectivement échangé une partie de leur savoir avec leurs frères chrétiens d'Occident et ce bien avant 610. Pour les contacts entre Chrétiens d'Occident et les musulmans, il faudra attendre la période dite des royaumes de Taïfa (1031-1085) qui permis une certaine tolérance religieuse dans quelques royaumes (pas dans tous). Nous savons d'ailleurs que l'âge d'or andalous n'a duré au mieux qu'un siècle sur une période de soumission à l'islam en Espagne de presque huit siècles et que ce petit îlot de tolérance fut une véritable trêve miraculeuse au milieu d'un océan de persécutions des juifs et des chrétiens sur cette terre d'islam. Depuis la conquête musulmane les conversions forcées avaient instauré une mixité religieuse contre nature (pour le judaïsme notamment) au sein des familles. Sous les royaumes des Taïfa les alliances guerrières eurent raison des divergences religieuses. Le médiéviste Jean FLORI à propos du mythe de "l'age d'or andalous" parle de "tolérance religieuse condescendante", car au fur et à mesure une certaine "mixité" s'était installée et des compromis entre juifs convertis, chrétiens convertis et musulmans se sont créés par nécessité puis par lassitude des conflits. Avec l'arrivée des nouvelles vagues de musulmans dès 1086 avec les Almoravides (puis à nouveau à partir de 1136 avec les Almohades) le djihad mis un terme à "cette tolérance religieuse condescendante" et les persécutions des dhimmi reprirent selon le"fiq" (droit musulman)...

N'en déplaise au Dr. (en chirurgie) Maurice BUCAILLE qui a tenté maladroitement de faire du concordisme dans son ouvrage sur le Coran et la science, nous savions déjà que les musulmans n'avaient inventé ni les chiffres en base dix (que leurs ont transmis les Indous), ni même l'algèbre et encore moins la théorie sur l'héliocentrisme qu'ils tenaient vraisemblablement aussi de savants indous (même si la théorie d'Aristarque de Samos (env. 310-230 av. JC ) était bien connue des savants juifs et chrétiens du Proche et du Moyen Orient anciens depuis plusieurs siècles). Avec le livre de Sylvain GOUGENHEIM nous savons qu'ils n'ont pas transmis non plus la philosophie grecque aux moines chrétiens d'occident.

Quant à l'héliocentrisme, presque un siècle avant Copernic en Occident, le cardinal Nicolas de CUES faisait paraître en 1440 un ouvrage intitulé "la docte ignorance" démontrant que non seulement la Terre n'était pas le centre du système solaire mais en plus que le Soleil ne pouvait pas être le centre de l'Univers... (En avance sur COPERNIC qui faisait du soleil le centre de l'univers dans son ouvrage "De revolutinibus orbium coelestium"). Ce cardinal s'était inspiré des travaux et hypothèses sur le mouvement diurne de la terre du mathématicien et philosophe Jean Buridan (1295-1360) repris par son disciple le savant (mathématicien, physicien et économiste surnommé l’« Einstein du XIVe siècle») Nicole Oresme (1325-1382) qui fut le premier a contré la théorie aristotélicienne du poids et à ouvrir la voie vers l'héliocentrisme (cf. Le Traité du ciel et du monde écrit par Nicole ORESME jamais imprimé est souvent cité par de nombreux savants du Moyen âge et scientifiques actuels).

B de Saint-Hilaire.

Il faut vraiment en finir avec toute cette désinformation sur les apports de l'islam aux incultes barbares occidentaux et s'en tenir aux faits historiques pour purger nos universités et notre intelligentsia islamophile de cette dhimmitude mentale.


Dans un style moins polémique, voici ce qu'en dit Stéphane Boiron dans Le Figaro

Les tribulations des auteurs grecs dans le monde chrétien

Contredisant la thèse d'un «islam des Lumières», Sylvain Gouguenheim montre que le savoir grec antique n'a jamais disparu d'Europe et que les Arabes qui traduisirent ces textes n'étaient pas des musulmans.

On se souvient de la récente polémique qui a entouré la conférence tenue à l'université de Ratisbonne, le 12 septembre 2006, par Benoît XVI, alors accusé d'avoir lié islam et violence. Loin de s'adresser au monde musulman, il s'agissait pour le Saint-Père d'aborder les rapports entre foi et raison et de dénoncer le « programme de déshellénisation » de l'Occident chrétien.

Éclairant fort à propos ce débat, l'historien Sylvain Gouguenheim montre que la qualification d'« âges sombres » ne convient pas à la période médiévale. En effet, l'Europe du haut Moyen Âge ne s'est jamais coupée du savoir grec, dont quelques manuscrits restaient conservés dans les monastères. Des noyaux de peuplement hellénophone s'étaient maintenus en Sicile et en Italie du Sud, Salerne ayant ainsi produit une école de médecine indépendante du monde arabo-musulman. Enfin, durant les premiers siècles du Moyen Âge, il existait aussi une « authentique diaspora chrétienne orientale ». Car, nous dit l'auteur, si l'islam a transmis le savoir antique à l'Occident, c'est d'abord « en provoquant l'exil de ceux qui refusaient sa domination ». Assez naturellement, les élites purent se tourner vers la culture grecque, favorisant ces mouvements de « renaissance » qui animèrent l'Europe, de Charlemagne à Abélard. D'ailleurs, avant même que les lettrés ne vinssent chercher en Espagne ou en Italie les versions arabes des textes grecs, d'importants foyers de traduction de manuscrits originaux existaient en Occident. À cet égard, M. Gouguenheim souligne le rôle capital joué par l'abbaye du Mont-Saint-Michel où un clerc italien qui aurait vécu à Constantinople, Jacques de Venise, fut le premier traducteur européen d'Aristote au XIIe siècle. Ce monastère serait donc bien « le chaînon manquant dans l'histoire du passage de la philosophie aristotélicienne du monde grec au monde latin ».

Une hellénisation restée superficielle

Le savoir grec n'avait pas davantage déserté le monde oriental. Byzance n'a jamais oublié l'enseignement de Platon et d'Aristote et continua à produire de grands savants. Il faut ici saluer l'influence essentielle des chrétiens syriaques, car « jamais les Arabes musulmans n'apprirent le grec, même al-Farabi, Avicenne ou ­Averroès l'ignoraient ». L'écriture arabe coufique fut forgée par des missionnaires chrétiens qui donnèrent aussi aux Arabes musulmans les traductions des œuvres grecques. De ce point de vue, l'arrivée au pouvoir des Abbassides, en 751, ne constitua pas une rupture fondamentale. Contredisant la thèse d'un « islam des Lumières », avide de science et de philosophie, l'auteur montre les limites d'une ­hellénisation toujours restée superficielle. Il est vrai que la Grèce représentait un monde radicalement étranger à l'islam qui « soumit le savoir grec à un sérieux examen de passage où seul passait à travers le crible ce qui ne comportait aucun danger pour la religion ». Or ce crible fut très sélectif. La littérature, la tragédie et la philosophique grecques n'ont guère été reçues par la culture musulmane. Quant à l'influence d'Aristote, elle s'exerça essentiellement dans le domaine de la logique et des sciences de la nature. Rappelons que ni La Métaphysique, ni La Politique ne furent traduites en arabe.

Parler donc à son propos d'hellénisation « dénature la civilisation musulmane en lui imposant par ethnocentrisme ? une sorte d'occidentalisation qui ne correspond pas à la réalité, sauf sous bénéfice d'inventaire pour quelques lettrés ».

Félicitons M. Gouguenheim de n'avoir pas craint de rappeler qu'il y eut bien un creuset chrétien médiéval, fruit des héritages d'Athènes et de Jérusalem. Alors que l'islam ne devait guère proposer son savoir aux Occidentaux, c'est bien cette rencontre, à laquelle on doit ajouter le legs romain, qui « a créé, nous dit Benoît XVI, l'Europe et reste le fondement de ce que, à juste titre, on appelle l'Europe ».

Aristote au Mont-Saint-Michel, Les Racines grecques de l'Europe chrétiennede Sylvain Gouguenheim, Seuil, 280 p., 21 €.

9 commentaires:

bdriassa1 a dit…

Résumé
La Vérité
Les Origines de la langue Française de D.Benaissa
« La Nostalgie Française Pour le Pays de Cèdre »
Dans ce livre (1ere Partie) je vous mène aux origines de cette langue comment, par qui, ou (lieu) et ainsi que par l’existence de différents mots arabe qui ont étés écourtés ou subissaient un changement presque radicale, dites technologique ou devenus universels a notre ère.
Des milliers d’idées passent et s’effacent, l’une annule l’autre, et se renouvellent pleins d’autres lumières. Voici quelques mots parmi les 40 milles mots arabes abrégés dans le latin en particulier dans le français d'après mes recherches et découvertes quelques mots ne sont ni historiés ou archivés nuls part .Certains intellectuels Français rejettent et nient la transmission de la science et le savoir des arabo –musulmans vers l’Europe et leurs apport et contribution dans la grammaire, vocabulaire française et dans le monde en générale, les preuves sont la. L’étymologie des mots établit surement l’histoire des origines du vocabulaire d’une langue. Lire certains écrits des historiens Français :
<>.
Pourquoi la langue française n'est pas une langue latine
-L'existence des variantes dialectales présentes en France est incompatible avec une origine unique, latine, de toutes ces langues ou dialectes, dits "latins".
-Des variantes dialectales se seraient alors créées, correspondantes aux entités politiques(Ottomans) ou de civilisations (islamiques) apparues entre la fin de l'Empire Romain et aujourd'hui. >>. Certaines terminaisons des mots écrits en français différent du latin, selon la prononciation des libanais et syriens par voie nasale ; quelques terminaisons ée ,elou,inii,eli,ehnée ,bedi,bedou,benou,on,sannée,sohrée,sakhrée ect. Ils confirment mes pensées mais sans nous menés à la vérité, ou apporté la moindre indication sur les origines de cette langue(*). Ce qui m’a permis de lancer un défit aux historiens sur les origines de la langue française.
Mes pensées, constatations et analyses des mots, m’ont conduit à l’histoire des premiers pas de la langue française (grammaire, vocabulaire, orthographe). Ces créateurs auparavant leurs aïeux(*) s’appelés réellement«El-Phiniyinne (artistes-calligraphistes) inventeur d’alphabet» et non pas phénicien, ainsi que syriens et Irakiens, à partir du 11ieme.
Le but est d’avoir une langue propre aux francs et se débarrasser de l’ancien latin (Romain ou dit vulgaire) non compris lors des cérémonies religieuses, sur le vœu d’un chef de la croisade.
Par ces découvertes ce n’est plus un mythe, le transfert est réel de ces sciences et savoirs.
Je laisse l’explication de l’origine des mots suivants: commissaire, commissariat, inkachari, code, moteur,vélo cycle , horloge, l’été(saison),semaine ,kilomètre, kilogramme,automatic , droite, gauche,bonjour,bonsoir,vague etc. pour la 2eme partie du livre origine des mots français, défiant tout chercheur pouvant trouver la signification de ces mots de leur origine arabe.
De même d’où vient le mot latin, la plus grande découverte est comment les quatres langues latines (Française, Italienne, Espagnole, Portugale) ont étés grammaticalisées ou accentuées et différenciée l’une de l’autre selon les …………? Par qui ….. ? Et comment……. ? par les Arabes.
Mon but dans ces recherches est de répondre à certains histo-riens et intellectuels, et d’éveiller d’autres chercheurs plus compétents dans ce domaine pour réécrire la vraie histoire des origines du vocabulaire des langues latines et rendre a césar ce qui lui appartient.

bouyer ( terre les aigles) a dit…

heu! Que je sache la gaule n'a jamais parlé une langue romaine pur, même dans sont langage vernaculaire.
Car que l'on parle de la gaule romanisé ou de la France le langage est le même seul les tournures de phrase et la formulation écrite ont changé, la phonétique est resté semblable à peut de chose prés.
L'apport des langues sémitique est quasi nul et la romanisation du langage à souffert de dyslexie de la part de nos ancêtres qui ne maitrisaient pas la langue de l'envahisseur romain.

Part contre je ne saurait trop conseiller à un linguiste en herbe de se procurer in dictionnaire Breton-Français et inversement pour se pencher un peut sur les racines de certains de vos mots de vocabulaire.

En ce qui concerne les Arabes ne les écoutez pas ils sont nationalistes à un point tel qu'a coté d'eux Marine Le Pen et ses acolytes sont des enfants de cœurs.

Anonyme a dit…

I am regular visitor, how are you everybody?
This post posted at this web site is in fact good.

Also visit my page :: Pages.rediff.com
My page: catherinesimpsonart.com

Anonyme a dit…

My partner and Ӏ stumbled oveг here differеnt web аddrеss anԁ thоught I might as well
check thingѕ out. I like what I see so і am
just fοllowing you. Look forωarԁ to looking into youг web pаge
yet аgain.

Also visit mу blog post; http://hatredfun.com

Anonyme a dit…

Attгactive section οf content. I simply stumblеԁ upοn уour website and in accession capital to claim that I
get in fact enjoyed account yοur weblog posts.
Any way I'll be subscribing in your augment or even I fulfillment you access persistently rapidly.

Here is my homepage; Chemietoilette

Anonyme a dit…

I don't know if it's just me or if perhaps everybody else
experiencing problems with your blog. It looks like some of the written text in your posts are
running off the screen. Can somebody else please comment and let me know if
this is happening to them too? This could be a problem with
my web browser because I've had this happen before. Appreciate it

Here is my blog post ... curved shower rod for shower stall

Anonyme a dit…

Caгefullу allοw gо аnd thеn sеt the sрider upsiԁе ԁown (wіth its
legs іn the аіr) to ԁry. The ρubliсan ρurchаsed Daiѕy, his baгmаіd, to ρrovіde ѕome сelеbгatorу сombіned bevегages.
Fabriс markers haѵe even been usеd and can be hеlpful to touch-up thе ѕectіons on the sneaκeгs
thе ρlace thе сοlorаtion ԁiԁ not just take (the sеamѕ еspecially).



Ϻу wеb-site; neckping14.wordpress.com

Anonyme a dit…

I conѕtantly emailеd this ωeblog post рage to all my
contаcts, because if liκe to reaԁ it
neхt my linκs will too.

Here іs my webѕite :: Galerie.melies.cz

Anonyme a dit…

It's an awesome paragraph for all the internet viewers; they will obtain advantage from it I am sure.

Feel free to surf to my blog post; Augen lasern