samedi 30 mai 2009

Une vision pessimiste de notre avenir

Je ne suis pas pessimiste par nature et c'est probablement pour cela que je ne m'intéresse pas beaucoup au devenir de notre continent dans les prochaines vingt à trente années.

J'ai probablement tort, mais il est difficile de se réformer.

J'ai découvert un blog qui aborde les questions d'équilibre démographique et de l'avenir de nos sociétés européennes avec un réalisme (ou un pessimisme, c'est selon) qui fait froid dans le dos.

Je vous invite à le visiter.

The Hank's Nest

Une famille hors du commun

Dorian Paskowitz et huit de ses neuf surfeurs d'enfants : David, Jonathan, Abraham, Izzy, Moses, Adam, Salvador et Navah

Que se passerait-il si on était tout le temps en vacances ?

Cette question, bien des enfants se la posent au moment où la fin de l'école approche et où ils commencent à imaginer comment seront leurs prochaines vacances.

Certains rêvent d'une famille où l'on pourrait vivre en s'amusant tout le temps, sans aller à l'école, vivant de l'air du temps, d'amour et d'eau fraîche.

Voici cinquante ans, le médecin Dorian Paskowitz s'est retiré de la vie sociale conventionnelle pour se consacrer entièrement au surf et à une vie « saine ». Durant 14 ans, il a parcouru les plus belles pages accompagné par toute sa famille, vivant de petits boulots et consacrant le plus clair de son temps à sa passion aquatique. Il interdisait à ses enfants tout contact avec les corruptions de la vie organisée, comme une alimentation trop riche en graisses ou en sucres ou encore l'école obligatoire.

Le résultat de cette vie n'est pas forcément ce qu'il avait anticipé.

Voici le récit fort éclairant qu'en fait Adam Higginbotham dans le Daily Telegraph de ce matin.

One family's global surfing Odyssey

Fifty years ago, Dr Dorian Paskowitz dropped out of society and embarked on a 14-year global surfing safari, raising nine children in a 24ft camper van, and catching every wave he could. He dreamt that they could all live untainted by money, school and fatty foods, and never imagined the wipeout that followed.

Picking his way carefully across the hot sand of San Diego's Pacific Beach, Dorian 'Doc' Paskowitz pauses for a moment and looks out to sea, where dozens of surfers bob in the gentle waves breaking between the point and the pier. "I have surfed here when I was the only person for a hundred miles," he says. "Now, there's a hundred people for one mile."

When he first came to Pacific Beach as a boy, there wasn't a single building on the bluffs above us, where expensive homes now overlook the ocean, and when he wasn't surfing he would dig in the cliff for fossils. In 1938 he first had his photograph taken beside a distinctive vertical hollow in the biscuit-coloured rock face. The fading black-and-white image shows a well-muscled young athlete at 17, a curly shock of dark hair, pre-war swimming trunks, and a 14ft longboard casting a deep shadow on the cliff. Every decade since, Paskowitz has posed for a similar portrait, in exactly the same place. The latest was taken two years ago, capturing the veteran surfer and his board at 87, leathery skin hanging loose on his skinny frame. Today, Paskowitz still rides waves when he can – although mostly he does it kneeling down – but suffers from prostate trouble, hyper-thyroidism, arthritis and a failing valve in his heart. 'It'll take a lot of work to get me here to have my picture taken in another 10 years," he admits.

One of the oldest surviving legends of surfing, Doc is renowned as an early pioneer of the sport, the founder of the long-running Paskowitz Surf Camp, which now takes place every summer in San Diego – and as the apparently indestructible patriarch of what he christened 'the First Family of Surfing'. Doc and his children were recently made the subject of a documentary, Surfwise. The film explores Dorian Paskowitz's long quest to live in harmony with the world around him, how he dropped out of society, married his third wife, Juliette, and spent 14 years raising their nine child ren in a 24ft camper van, travelling the globe and surfing every day they were within reach of the ocean. The story it tells is both inspirational and cautionary, its picture of an idyllic, simple existence more than balanced by the realities of bringing up a family of eight boys and one girl without the benefit of living space, money or formal education. Doc's personal experiment in social engineering was lived out beneath the poverty line and required harsh discipline and ascetic dietary restrictions, enforced with dogmatic ruthlessness. Many of the now-adult children emerge from the film as seemingly deeply scarred by the experience, remaining angry with their father even decades later.

Joshua Paskowitz, at 34 the youngest of the children, says he loves the film. But when I ask him if he thinks the filmmakers left anything important out of the story, he has to think for a while. "It doesn't have one per cent of how bad it was," he says. "Not even close."

The odyssey of Dorian Paskowitz began in the island city of Galveston, Texas, where he was born in 1921. 'I'm an island boy, with an island mentality… I'm a beach rat. That's all I ever was,' he tells me as we sit at a corner table in a San Diego branch of Denny's. It is lunchtime, but Paskowitz orders only a glass of water. 'Doc doesn't eat lunch,' Juliette explains; a few hours later, he will dine on a handful of fruit. Rigid in his belief that staying hungry is one of the keys to a long and healthy life, Paskowitz works hard to make sure that at 88 he has no more fat on his body than he did at 17: 14 per cent. Paskowitz's mother held to ideas about food and health that were apparently decades ahead of their time, and these have been refined by her son into the philosophy that went on to dominate his own children's upbringing, and by which he, at least, continues to abide: "Eat clean, live clean, surf clean."

Paskowitz began surfing at the age of 10 in the Gulf of Mexico, and when his family moved to Mission Beach near San Diego in 1934, he became a lifeguard – and part of the first generation of surfers in California. He was accepted as a student at San Diego State University, but had always dreamt of living in the islands where surfing had originated, and so transferred to the University of Hawaii. Riding a board, playing water polo and skin-diving, Paskowitz developed an extra ordinary physique and remarkable agility. 'I used to love to stand around on my hands,' he says.

"I even got an offer to join the circus." He chose instead to become a doctor, and graduated from the prestigious medical school at Stanford in 1945. Commissioned in the US Navy and posted to the Pacific, he witnessed the atomic bomb tests at Bikini Atoll in 1946. After two years in the Navy, he took a month off to brush up on his surfing and then returned to Hawaii to find a job.
Over the next few years, he acquired all the trappings of success due to a Stanford-educated physician in post-war America: he was appointed public health officer for the territory of Hawaii, took an apartment with a maid and a man to wash his car; he began breakfasting regularly with the governor; friends suggested he run for public office. But in spite of his achievements, inside he was unravelling. 'The only time in my life I was convinced I was living the wrong life was when I was fabulously successful,' he says now.

His first marriage failed, his second ended in divorce when he discovered his wife had been unfaithful, leaving him estranged from his first three children, and he began to suffer from insomnia and panic attacks. He had never liked the more visceral aspects of medical work ('Sick people made me nervous… I couldn't stand the sight of blood'), and developed a phobia of cardiac problems and even of his own stethoscope. Determined to resolve his problems, he moved to Los Angeles, took a new job at Mt Sinai Hospital in Beverly Hills and began consulting a psychiatrist twice a week; it didn't help. But when he began taking weekend surfing trips to San Onofre, camping on the beach with old friends, he found that for a few days afterwards he was a changed man.

Finally, in 1956, he realised what was wrong. "I looked in the mirror and said, "Paskowitz, you're a f***ing fraud. People think you're somebody, and you're just a beach bum." ' That night, he moved out of his apartment and fired his maid. He bought an old timbered station wagon for $150, and made it his new home. He decided to dedicate himself to surfing, and take only enough medical work to pay for repairs to the car and the meals he cooked on a camping stove. 'I hoisted myself above the rim of my troubled lifestyle,' he wrote later. 'I tethered myself to one and only one directive – Paskowitz, be healthy, be happy.' He was 35.

Later that year, expanding his plans for adventure, Paskowitz bought a ticket for the SS Zion, bound for Israel, where he planned to discover his Jewish roots. For a year he lived alone on the edge of the desert, sleeping on the beach and eating only fish he caught himself, and attaining a level of almost supernaturally raw health that would inform his thinking about diet and exercise for the rest of his life. Along the way, he also brought surfing to Tel Aviv, where he is still remembered as the man who introduced the sport to Israel.

In an attempt to compensate for the failure of his first two marriages, Paskowitz next decided to improve the level of his carnal knowledge – by travelling the world and having sex with 100 different women, awarding each what he called a 'male deficit score', according to how much more they knew about sex than he did. Paskowitz never made it beyond the 25th girl. In June 1958, in a bar on Catalina Island in California, where he was working as the local doctor, he met Juliette. Classically trained as an opera singer, she was the daughter of Mexican parents living in Long Beach, California. 'You know,' he told her that night, 'one day you may be the mother of my seven sons."

Juliette and Dorian began living together – in Doc's car, a 1949 Studebaker Champion – and married soon afterwards. Their first child, David, was born a little less than nine months later, in 1959. For the next decade, Juliette would either be pregnant or breastfeeding.

Despite the prediction he made on that first night in 1958, Dorian and Juliette now say that having a large family wasn't part of any conscious plan, but simply the inevitable result of their enthusiasm for the mechanics of procreation. Age was the only thing that stopped them. "We should have had more [children]," Paskowitz says, "but I was too old."

After many years in which the family was scattered across the United States, from Hawaii to New York, the nine Paskowitz offspring now all live within reach of their parents, spread out along the coast of Southern California between San Diego and Malibu. Dorian and Juliette's eight sons – David, Jonathan, Abraham, Israel, Moses, Adam, Salvador and Joshua – and one daughter, Navah, were born over the course of 15 years, and it is now more than two decades since the last of them left their parents' care. But each of them bears the unmistakable mark of their father's determination to produce a different breed of human being.

"We're supposed to be a better product," explains David, the eldest at 50, sitting beside his electric-blue surfboard in the back garden of his sun-bleached suburban home in San Marcos. "From the earth, of the earth, yet somehow with the ability to transcend and seamlessly blend into society. Obviously, that didn't work out the way it was supposed to…" David says he is now largely supported by his wife, a software executive, while he gets occasional work singing in local clubs. None of the Paskowitz children holds down a conventional nine-to-five job, and a few profess to barely make a living at all; yet all remain devoted to the metaphysical appeals of surfing, and the healing power of the wave. "They're great guys, aren't they?" Doc asks me, once I have met five of his sons. "We raised them to be great men, not successful men."

Growing up the Paskowitz way meant adhering to simple principles: Doc wanted his children to take only what they needed from the world around them, and to surf every day. "Our plan was to surf all year," he says. "And that's what we did. We went always where the water was warm." When David was born, he was brought straight from the hospital to live in the Studebaker, and the couple's itinerant life continued: the beginning of the family's 300,000-mile journey around the world. A second son, Jonathan, was born in Hawaii in 1961, where Dorian was teaching Waikiki lifeguards about health and fitness. "The kind of job he really enjoyed," Juliette says. "Nothing to do with blood and guts and vomit."

For five years, Juliette gave birth every 13 months, and each child was introduced to the ocean as soon as possible: Jonathan was in the water at five weeks old; Israel was surfing by the age of six. "I would say that I've surfed more than I've walked," David says. "We did not spend very much time out of the water – if it could be helped."

Dorian Paskowitz did not want his children going to school, so he and Juliette taught them all they felt they needed to know at home; when they were under his supervision, Dorian governed the children with rigid, often physical, discipline. But when off on their own, playing in the ocean or roaming the beaches, they could do as they wished. Life seemed like an eternal holiday. 'We did not keep time in the truest sense of the word,' Jonathan, now 48, tells me. "Nobody wore a watch. Nobody knew what time it was. Nobody cared what the month was."

Dorian wanted his new family to live not as Americans did, but to pursue the more primal, holistic existence he had seen shared by other peoples he had spent time with in his travels across the globe. "I lived with the Bedouin Arabs, but also with the South Sea Islanders and the Palo Indians of California… I found out what most people were doing, and that's what I did. I found out what most people in the world are eating, and that's what I ate.' Fatty foods and refined sugar were forbidden; the children arose at dawn to the sound of Chairman Mao's 'wake-up' song played on an old 45 single, and were fed a seven-grain 'gruel' for breakfast. When he noticed chimpanzees in San Diego zoo eating apples but discarding the peel, Doc decided that the chimps knew something that he didn't, and insisted that his children follow suit.

Paskowitz hated money, and often refused to take payment from patients who needed treatment in the remote places they stopped; he took paying work for only short periods, when they absolutely needed cash, so food was not always abundant. The family went fishing whenever they could, and in order to maintain a healthy balance of protein and calcium, Dorian insisted his children eat every last part of what they caught: skin, bones, eyes and all. When no fish were available, there were other stand-bys. 'We would eat sea-snails, and sand fleas – my mom would fry them up,' Salvador, 41, says. 'And they would dive for lobster. We would eat lobster until you were sick of it.'

After a few years living in Hawaii, the family resumed their epic road trip, which would take them from North Dakota to Florida, Venezuela to Israel. Often, all 11 Paskowitzes lived in a small, second-hand camper van, which allowed them three cubic feet of space each. But it wasn't always like that. 'It's an exaggeration to say that we grew up in a camper,' Salvador says. 'At times we were in cars.' At one point during the 1980s, seven of them spent a year living together in a '72 Chevrolet Impala. At night, Navah would dangle her hair through the open window, then roll it shut to keep her head upright while she slept.

There was little room – or money – for personal possessions, and Paskowitz would intermittently throw away everything his children had managed to acquire. But Doc's overwhelming desire was to keep the family together, and with this in mind he launched the Paskowitz International Surf Camp in 1971.

"Mom and I wanted the kids around us. I wanted them to surf with me," he says. Stopping their travels for three months each summer on the beach at San Onofre, the family took in surf students from around the world. The camp helped make them celebrities in the developing surfing subculture, and their apparently enviable escapist whole-earth lifestyle brought them national press and television attention. The boys' prowess as surfers meant that in the finals of some competitions, a Paskowitz would take first, second, third and fourth places. Jonathan remembers being 10 or 11, and driving down to San Onofre at 6am to take part in the annual surf contest there. "We knew everybody,' he says, "and I knew I was going to win. I just felt like we were gods."

At the table in Denny's, Dorian glances at his wife, now 77, and considers what went wrong with the Paskowitz family experiment. 'When we raised little puppies, they were the greatest puppies in the world," he says. "But when they became young dogs, I was not the man that was necessary… I just didn't have what it took."

A stubborn individualist raising a family of stubborn individualists, Paskowitz found the children increasingly difficult to control as they became older and stronger. 'Once we got into our late teens, we started to realise what we were missing,' Salvador says. In Doc's clean-living dictatorship, smoking, drinking and drugs were naturally forbidden – but each year at the surf camp, the Paskowitz children were given a three-month glimpse of life in a world beyond that defined by waves and gruel. They stole cooler boxes from other campsites, and gorged on salami, cheese and beer; surrounded by weekly rotations of young girls sent to the camp from around the world, and handed condoms by their father, they had sex and fell in love; making friends in nearby San Clemente, they stayed with more conventional families.

"Once you'd seen how the normal, everyday kid lived, it was hard to go back on the road in the camper,' Salvador says. When they began to take jobs to help support the family, their independence developed further. In Florida, at 14, Israel took a job working at a supermarket, and spent $4 of each pay-cheque gorging secretly on forbidden foods. "I'd eat fried chicken until I was going to puke,' he says. But Jonathan's acts of teenage rebellion were the worst, culminating in an attempt to steal an Israeli tank from a kibbutz. When even Dorian's most extreme efforts – "I tried to strangle Jonathan… do him in," he says – failed to curb his antics, Doc bought his 16-year-old son a one-way ticket to Israel.

After that, the other children all left gradually: some simply wanted to try staying in one place long enough to go to school, others to get jobs, or live with relatives in the city. Israel remembers that he and Abraham left together after Dorian cut off Abraham's long, blond hair with a combat knife. David stuck with his father the longest – until he was 23, when he moved to New York and became a Johnny Mathis impersonator.

Eventually, Joshua was left alone with his parents in the camper van. For a while, they lived in Acapulco, where Doc worked with the sick in the city's slums, Juliette became chronically ill with brucellosis, and the three of them were bitten by a rabid dog. Josh first tried leaving at 12, because he wanted to go to school – "That's when I started my first band, had my first foursome, did all my first things in life,' he says. When he returned a year later, with the family scattered, his father's commitment to his globetrotting alternative lifestyle had become more extreme than ever. 'He wanted to go further – instead of just pioneering surfing in Mexico, he wanted to pioneer surfing in Spain, or not have a camper any more, but just carry our shit.'

Josh remembers wandering through the railway station in Madrid, weighed down by eight longboards in bags hanging around his neck, and waking up in a collapsed tent on a rain-lashed mountainside. "On my 14th birthday,' he says, 'we were basically nomads in Europe, taking all our stuff by hand.'

Six months later, the last of the Paskowitz children finally left his parents behind: over the next few years, Josh would have little to do with his family, began taking heroin, and, for a while, slept on a couch under a freeway overpass. Dorian and Juliette carried on alone for another 12 years until, in 1998 or 1999, they left their last camper van in a field in Perris, California, and moved into a small apartment in Hawaii. By that time, Dorian Paskowitz was 77 years old. 'Well,' he says, leaning across the table to correct me, "I was never old. I'm only old now because my heart's leaking."

"That's a lot of water," says Adam Paskowitz, looking out across the ocean from a patch of turf overlooking Pacific Beach, 'and taking little kids out into that day after day is not safe. It requires real expertise.' On the road behind him, Adam's brother Israel ('Izzy') is unloading a Ford pickup truck, filled with boards for the members of the week's class of the Paskowitz Surf Camp – 22 of them in all, ranging from two sisters from London, 11 and 13, to a 70 year-old retired estate agent from Texas, attending for his fourth year. Izzy has been running the camp since 1992, and today it remains as loosely organised and raggedly inclusive as it was when it started nearly 40 years ago; so far, it is the only enterprise the Paskowitzes have devised to successfully capitalise on their reputation as the "First Family of Surfing". Over the years, there have been other projects – a television drama series, a feature film, two clothing lines – that have stalled or failed. "We have so much fame, but so little fortune among us," Moses, 44, says.

When they left the camper van behind, many of the Paskowitz children discovered that their vagabond upbringing had done little to prepare them for the realities of adult life. Eventually, Izzy and Jonathan both had successful stints as professional surfers, and Joshua and Adam played together in a rock band that enjoyed a big chart hit in the early 1990s. But they often found themselves ill-equipped to deal with anyone but other Paskowitzes, a brood of guileless Peter Pans unable to deal with modern society. "Generally," Jonathan tells me, "a Paskowitz is an easy mark for being a pushover… we're pretty much lost in our childhood.' At 23, David says he was able to navigate the streets of Manhattan readily enough, but in his personal and business relationships was hopelessly naive: 'I believed that adults told the truth – that lying and deception was a childhood thing and once you graduated to adulthood, you told the truth. So I was easily preyed upon by people who could see that and took advantage of me."

The lack of conventional schooling also proved problematic: in his late teens, Abraham wanted to become a doctor like his father, but discovered it would take 10 years simply to make up for the education he had missed; by the time he was ready to start medical school, he would have already been 30 years old. Izzy says his schooling stopped when he was 11, and even today he finds it difficult to manage the financial side of the surf camp. 'Some of these kids here that are 12 years old know more about business than I do,' he tells me one evening. "I graduated fifth grade… I'm still learning – at 45." In the end, only Moses would manage to attend college, through a football scholarship at the University of New Mexico.

And those that did find an outlet for their talents often found stability hard to hold on to – 15 years ago, Abraham enjoyed a successful career as a chef and lived in a large house in San Clemente with his wife and daughter – but when he discovered his wife was having an affair, he took his brother Jonathan's car and ran off to San Francisco, where he began living in Golden Gate Park, an alcoholic stealing food from grocery shops to feed himself. "We've all gone bananas," Salvador says. "Anyone who had a success always imploded." Ten years ago, Salvador himself was earning a million dollars a year running his own graphic design company, but never saved any money and, given the opportunity to write a film script, simply ditched the whole business overnight. Perhaps unsurprisingly, the screen writing didn't work out, and today he lives with his wife and daughter in a small apartment in Los Angeles. "I have no money," he tells me. "Zero." None the less, he says, he is enjoying his life more than he did when he was more prosperous. "Now is a happy time. I have my head on straight. If and when I become solvent again, I have no plans to be frivolous with money."

Navah is the only one of the Paskowitz children who will admit to wishing she had a more conventional upbringing: "I'd rather we had stayed in Hawaii and gone to school and lived a more normal life. The fact that we had to go into society uneducated was, I think, really unfair."
But none of her brothers would have had it any other way, and many share the conviction that Doc Paskowitz was simply decades ahead of his time. "When I was two years old," Josh says, "my father gave away my only teddy bear to some Guatemalan chilli-eater in the f***in' Yucatán. But what did he give me in return? Knowledge of true meaningfulness. He's brilliant. He saw through the bullshit – and for 14, 16, 18 years, we had pure freedom

jeudi 28 mai 2009

Un triste constat

Un des débats qui parcourt très régulièrement les médias est celui de l'échec scolaire dans les établissements des zones sensibles, une expression de la langue de bois française pour désigner les écoles où se concentrent des élèves issus de la première ou de la deuxième génération de l'immigration afro-musulmane. Un échec scolaire qui frappe principalement les garçons et qui n'est pas sans rapport avec les faits de violence dont la presse se fait l'écho.

Un des facteurs qui peuvent concourir à expliquer l'échec de ces enfants et adolescents est l'inexpérience des enseignants et la difficulté de ces professeurs novices à maîtriser des classes difficiles où une majorité d'élèves ne veut pas étudier mais cherche à établir par l'indiscipline et la violence, une sorte de hiérarchie sociale parallèle, le caïdat scolaire.

Une des solutions avancées par les bureaucrates du Ministère est d'inciter les enseignants plus expérimentés à rester dans ces établissements cars ils seraient plus à même de réduire le taux d'échec.

Une étude rendue publique aujourd'hui, et qui sera publiée bientôt par le Journal of Labor Economics, ne permet pas d'envisager avec optimisme cette politique.

Son auteur, C. Kirabo Jackson de l'université de Cornell University, révèle que si les établissements difficiles, ce qui dans le contexte américain se traduit par des écoles à majorité noire, manquent de bons enseignants, c'est parce que ces professeurs expérimentés les désertent.

Dans la région de Charlotte, en Caroline du Nord, les écoles ont cessé d'intégrer par la force les élèves en 2002. En conséquence, reflétant l'équilibre racial de leur quartier, les écoles sont rapidement devenues à majorité blanche ou noire.

En étudiant les écoles devenues à majorité noire, le chercheur s'est rendu compte que les enseignants expérimentés les quittaient aussi vite que possible pour aller enseigner dans les écoles à majorité blanche.

Constatation plus étonnante encore : les enseignants noirs de qualité ne veulent pas de classes composées de leurs frères de race, ils préfèrent avoir des élèves blancs.

En revanche, pour quelles raisons les enseignants expérimentés, noirs comme blancs, préfèrent des élèves blancs à des élèves noirs, l'étude n'en dit rien et n'hésite pas à écrire qu'il est difficile de le savoir.

L'auteur n'avance pas l'hypothèse que les enseignants n'osent pas avouer leurs motivations.

La conclusion, que se garde bien de tirer le chercheur, est que tant que les spécificités de la pédagogie des enfants noirs ne seront pas reconnues, les causes de l'échec de ces enfants ne pourront pas être analysées et combattues.

Les tristes conclusions de l'étude de C. Kirabo Jackson sont en tout point transposables à la France à la différence près que dans notre pays les oeillères et le politiquement correct sont bien plus forts.

Pauvres enfants !

Study: Teachers choose schools according to student race

A study forthcoming in the Journal of Labor Economics suggests that high-quality teachers tend to leave schools that experience inflows of black students. According to the study's author, C. Kirabo Jackson (Cornell University), this is the first study to show that a school's racial makeup may have a direct impact on the quality of its teachers.

"It's well established that schools with large minority populations tend to have lower quality teachers," Dr. Jackson said. "But it is unclear whether these schools are merely located in areas with a paucity of quality teachers, whether quality teachers avoid these schools because of the neighborhood or economic factors surrounding a school, or whether there is a direct relationship between student characteristics and teacher quality."

Dr. Jackson's findings suggest that it's not neighborhoods keeping high-quality teachers away; it's the students—and it's directly related to their race.

"This is particularly sobering because it implies that, all else equal, black students will systematically receive lower quality instruction," Jackson said. "This relationship may be a substantial contributor to the black-white achievement gap in American schools."

The study focused on the Charlotte-Mecklenberg school district in North Carolina. In 2002, the district ended its race-based busing program, which distributed the district's minority population across its schools. When the policy ended, some schools had a large and sudden inflow of black students. Since the racial makeup of the schools changed suddenly but the neighborhood and economic factors surrounding them stayed the same, Jackson could test the impact the student body itself had on teacher quality.

Using data supplied by the North Carolina Education Research Data Center, Jackson found that schools that had an increase in black enrollment suffered a decrease in their share of high-quality teachers, as measured by years of experience and certification test scores. Teacher effectiveness, as measured by teachers' previous ability to improve student test scores, decreased in the black inflow schools as well. The change in quality for each school generally occurred in the same year that the busing program ended, indicating that teachers moved in anticipation of more black students.

"This study implies teachers may prefer a student body that is more white and less black," Jackson says.

Black teachers were slightly more likely than white teachers to stay in the schools that experienced a black inflow, the study found. However, those black teachers who did leave black schools tended to be the highest qualified black teachers. So the decline in quality was somewhat more pronounced among black teachers than white teachers.

Just what it is about black students that pushes high-quality teachers away is hard to pin down, Dr. Jackson says. It could be that teachers are reacting to notions about black students' achievement or income levels.

C. Kirabo Jackson, "Student Demographics, Teacher Sorting, and Teacher Quality: Evidence from the End of School Desegregation," Journal of Labor Economics 27:2.

Since 1983, the Journal of Labor Economics has presented international research that examines issues affecting the economy as well as social and private behavior. The Journal publishes both theoretical and applied research results relating to the U.S. and international data. And its contributors investigate various aspects of labor economics, including supply and demand of labor services, personnel economics, distribution of income, unions and collective bargaining, applied and policy issues in labor economics, and labor markets and demographics.

mercredi 27 mai 2009

Retour sur Mesurer le Monde

Voici quelque temps, j'avais publié une entrée sur le beau livre de Ken Alder Mesurer le monde publié en poche par Champs Flammarion.

J'ai eu l'opportunité de le relire et j'ai été à nouveau émerveillé par la qualité du travail de cet historien des sciences qui a recueilli les matériaux de son livre, non seulement sur les archives, mais aussi sur le terrain, parcourant à bicyclette l'itinéraire des deux savants français qui ont mesuré l'arc du méridien qui va de Dunkerque à Barcelone.

J'invite mes visiteurs une nouvelle fois à lire ce livre qui est exemple d'érudition mis à la portée de tous dans un style amène et pédagogique à la fois.

Une des pages les plus brillantes de ce travail est l'explication qu'il donne des mesures d'Ancien régime et de leur raison d'être qui explique la résistance universelle à les abandonner au profit du mètre. On retrouve cette attitude dans les défenseurs des mesures anglo-saxonnes.

De nombreuses mesures de l'Ancien Régime, notamment celles qui étaient liées au monde de la production, avaient à l'origine une signification anthropométrique, dérivée des besoins ou des intérêts de l'homme. Cela ne voulait pas dire pour autant qu'elles reflétaient les mensurations du corps humain et que le pied, par exemple, était aussi long que le pied du roi ou qu'un pied humain moyen. En revanche, bien souvent, un grand nombre de ces mesures représentaient la quantité de travail qu'une personne pouvait accomplir dans un laps de temps donné. Ainsi, dans telle région, le charbon était-il mesuré en charges, équivalentes chacune au douzième de la production journalière d'un mineur. La terre arable étaient souvent mesurée en hommées ou en journées, désignant la surface qu'un paysan pouvait labourer ou moissonner en un seul jour. D'autres unités exprimaient la valeur ou les qualités d'un terrain, selon l'estimation des paysans du coin [quelle vilaine traduction!]. Ainsi, la surface d'une terre arable pouvait-elle être également mesurée en boisselées : dans ce cas le terrain avait une superficie égale au nombre de boisseaux de grain nécessaires à son ensemencement. (…) Il arrivait que des propriétés décrites en arpents dans les documents officiels fussent dans la pratique divisées en journées, rendant ainsi impossible toute comparaison avec un autre terrain pour lequel on aurait utilisé des mesures abstraites.

dimanche 24 mai 2009

Crime de guerre en Normandie

The Guardian de ce matin rend compte de propos polémiques outre-Manche sur la nature des bombardements qui ont oblitéré Caen de la surface de la Terre en 1944. L'auteur Anthony Beevor, qui a publié des récits de grande qualité sur les batailles de Stalingrad et de Berlin, récidive avec cette fois un compte-rendu de la bataille de Normandie qui sort des sentiers battus anglo-saxons.

Il rappelle les erreurs commises tant par les Américains que par les Anglais, ces derniers ayant à se reprocher un bombardement de Caen qui, non seulement a causé beaucoup de morts de civils, mais qui a transformé la ville en forteresse.

Antony Beevor, the bestselling historian, has controversially asserted that the British D-Day bombing of the French town of Caen was "close to a war crime".

The claim, which comes ahead of next week's 65th anniversary of the invasion of France, has been fiercely rejected by experts, who accuse Beevor of seeking publicity for his new book, D-Day: The Battle for Normandy.

Beevor, author of acclaimed histories including Stalingrad and Berlin: The Downfall, says in the first book for 20 years to reassess D-Day that numerous mistakes were made by the Allied forces in the Battle for Normandy.

When asked in the BBC History magazine whether the Allies could have reasonably reduced civilian deaths in Caen during the bombing of the town, Beevor replies: "Yes, I'm afraid they could. The British bombing of Caen beginning on D-Day in particular was stupid, counter-productive and above all very close to a war crime.

"There was an assumption, I think, that Caen must have been evacuated beforehand. That was wishful thinking on the part of the British. There were more than 2,000 casualties there on the first two days and in a way it was miraculous that more people weren't killed when you think of the bombing and the shelling which carried on for days afterwards."

In his new book, Beevor writes: "French civilians, caught in the middle of these battlefields or under Allied bombing, endured terrible suffering. Even the joys of liberation had their darker side. The war in northern France marked not just a generation, but the whole of the postwar world, profoundly influencing relations between America and Europe."

Gary Weight, who runs Pegasus Normandy Tours, which specialises in taking Allied veterans on tours of the D-Day beaches, said he was aware of the mounting controversy over Beevor's new book. "What more is there to say about D-Day? The only way you can see him selling this book is by coming up with controversial claims. I'm a little bit saddened by it."

Weight, who has studied the landings extensively, said Caen was considered so important to the Allies that Sword beach was added to the list of landing sites because of its proximity to the town.

But despite weeks of heavy fighting, the Allies were unable to seize Caen and instead opted to carpet bomb it.

Weight said he knew of no one from Caen who shared Beevor's views. "I don't believe there was another way of doing it," he said. "It was not good what they did, but I don't think by any one's estimation you could come close to branding it a war crime."

Beevor also uses his interview in the magazine to attack Field Marshall Montgomery for his "puerile vanity".

"He had wanted to seize Caen, advance to Falaise and then break through to Paris," Beevor says. "That was always the stated objective and either he didn't really plan to do that or he got it badly wrong. I think he probably got it wrong and couldn't admit that when the British were blocked in by German panzer reinforcements."

samedi 23 mai 2009

Séparés par choix

Les Blancs…

Aujourd'hui, le New York Times publie un intéressant reportage sur une école du sud des Etats-Unis où la fête de fin d'études est divisée selon les appartenances raciales du propre choix des élèves.

Le journaliste du quotidien de gauche newyorkais est bien en peine pour rendre compte d'une situation qui ne cadre pas avec ses préjugés idéologiques.

L'article que Gillian Laub consacre à ce sujet cherche à rendre les parents des enfants blancs responsables de cet état de fait.

…et les Noirs.

A Prom Divided

The white students’ prom was held on May 1 at a community center in nearby Vidalia; the black students had theirs at the same place the following night.
Racially segregated proms have been held in Montgomery County — where about two-thirds of the population is white — almost every year since its schools were integrated in 1971. Such proms are, by many accounts, longstanding traditions in towns across the rural South, though in recent years a number of communities have successfully pushed for change. When the actor Morgan Freeman offered to pay for last year’s first-of-its-kind integrated prom at Charleston High School in Mississippi, his home state, the idea was quickly embraced by students — and rejected by a group of white parents, who held a competing “private” prom. (The effort is the subject of a documentary, “Prom Night in Mississippi,” which will be shown on HBO in July.) The senior proms held by Montgomery County High School students — referred to by many students as “the black-folks prom” and “the white-folks prom” — are organized outside school through student committees with the help of parents. All students are welcome at the black prom, though generally few if any white students show up. The white prom, students say, remains governed by a largely unspoken set of rules about who may come. Black members of the student council say they have asked school administrators about holding a single school-sponsored prom, but that, along with efforts to collaborate with white prom planners, has failed. According to Timothy Wiggs, the outgoing student council president and one of 21 black students graduating this year, “We just never get anywhere with it.” Principal Luke Smith says the school has no plans to sponsor a prom, noting that when it did so in 1995, attendance was poor.

Students of both races say that interracial friendships are common at Montgomery County High School. Black and white students also date one another, though often out of sight of judgmental parents. “Most of the students do want to have a prom together,” says Terra Fountain, a white 18-year-old who graduated from Montgomery County High School last year and is now living with her black boyfriend. “But it’s the white parents who say no. … They’re like, if you’re going with the black people, I’m not going to pay for it.”

“It’s awkward,” acknowledges JonPaul Edge, a senior who is white. “I have as many black friends as I do white friends. We do everything else together. We hang out. We play sports together. We go to class together. I don’t think anybody at our school is racist.” Trying to explain the continued existence of segregated proms, Edge falls back on the same reasoning offered by a number of white students and their parents. “It’s how it’s always been,” he says. “It’s just a tradition.”

Earlier this month, on the Friday night of the white prom, Kera Nobles, a senior who is black, and six of her black classmates drove over to the local community center where it was being held. Standing amid a crowd of about 80 parents, siblings and grandparents, they snapped pictures and whooped appreciatively as their white friends — blow-dried, boutonniered and glittering in a way that only high-school seniors can — did their “senior walk,” parading in elegant pairs into the prom. “We got stared at a little, being there,” said one black student, “but it wasn’t too bad.”

After the last couple were announced, after they watched the white people’s father-daughter dance and then, along with the other bystanders, were ushered by chaperones out the door, Kera and her friends piled into a nearby KFC to eat. Whatever elation they felt for their dressed-up classmates was quickly wearing off.

My best friend is white,” said one senior girl, a little glumly. “She’s in there. She’s real cool, but I don’t understand. If they can be in there, why can’t everybody else?”

Niesha Bell, a senior, was voted queen of the black prom. Niesha’s mother, Angela Bell, graduated from Montgomery County High School in 1978 and also attended a racially segregated prom. "I don’t see how things will ever change around here," says Angela, a cashier. "It’s hard to see my girl in the same situation I was in 30 years ago."

The seven teenagers — a mix of girls and boys — slowly worked their way through two buckets of fried chicken. They cracked jokes about the white people’s prom (“I feel bad for them! Their prom is lame!”). They puzzled merrily over white girls’ devotion both to tanning beds (“You don’t like black people, but you’re working your hardest to get as brown as I am!”) and also to the very boys who were excluded from the dance (“Half of those girls, when they get home, they’re gonna text a black boy”). They mused about whether white parents really believed that by keeping black people out of the prom, it would keep them out of their children’s lives (“You think there aren’t going to be black boys at college?”). And finally, more somberly, they questioned their white friends’ professed helplessness in the face of their parents’ prejudice (“You’re 18 years old! You’re old enough to smoke, drive, do whatever else you want to. Why aren’t you able to step up and say, ‘I want to have my senior prom with the people I’m graduating with?’ ”).

It was getting late now. KFC was closing. Another black teenager was mopping the floor nearby. A couple of the boys mentioned they had to wash their cars in the morning. Kera had an early hair appointment. The next night, they would dress up and dance raucously for four hours before tumbling back outside, one step closer to graduating. In the meantime, a girl named Angel checked her cellphone to see if any of the white kids had texted from inside their prom. They hadn’t. Angel shrugged. “I really don’t understand,” she said. “Because I’m thinking that these people love me and I love them, but I don’t know. Tonight’s a different story.”

Dura lex, sed lex

Cette photo du jeune Zachary Neagle, à peine âgé de 14 ans, enchaîné au tribunal de Caldwell dans l'Idaho, hier après-midi, offre un étonnant contraste avec la situation en France ou non seulement les mineurs sont protégés par un anonymat total, mais aussi où on leur épargne le traitement réservé aux adultes.

Le jeune Zachary est accusé d'avoir tué son père d'un coup de fusil et les circonstances de l'affaire laissent supposer que cet enfant ne sera pas lourdement condamné par un jury populaire. Le procureur a annoncé qu'il n'allait pas requérir la peine de mort.

La photo peut choquer les sensibilités mais elle révèle une des caractéristiques de la société américaine qui risque de devenir la nôtre, l'insensibilité au sort d'autrui dans une société « diverse ».

Pourquoi les Américains refusent l'adoption d'un système de protection sociale généralisé à l'ensemble de la population ? Car ils répugnent dans leur majorité de financer un système qui profiterait à des gens qui ne leur ressemblent pas.

Parlons clair : les Blancs ne veulent pas payer pour les Noirs. De leur côté, les Noirs refusent de donner leurs organes parce qu'ils croient [c'est faux] qu'ils pourraient bénéficier à des Blancs. C'est la dure loi de la vie sociale, on ne veut aider que ceux qui sont comme nous.

Dans la criminalité, c'est pareil. Pourquoi les lois répressives sont aussi dures aux Etats-Unis ? Car les délinquants et les criminels sont majoritairement des non-blancs ou des personnes appartenant à des populations marginales, ce que les médias appellent la « white trash ». Les électeurs ne ressentent aucune solidarité à leur égard.

White trash.

On peut se demander si en dépit de son visage angélique, cet enfant n'est pas né dans une de ces familles marginales. Son père avait 33 ans, il aurait donc conçu Zachary à l'âge de 19 ans. Or, aux Etats-Unis, la précocité dans la paternité est un des signes révélateurs de la marginalité sociale. Sa mère est internée dans un hôpital psychiatrique et sa grand-mère veille sur lui. Pourtant, le domicile de la famille n'est pas très révélateur. Pour le voir, aller dans Google maps et copiez-collez : CALDWELL, ID 83605, 1100 East Ustick Road.

vendredi 22 mai 2009

Au fou !

Le fou filmant.

Le cinéaste espagnol Pedro Almodovar vient une nouvelle fois de se distinguer en révélant sa perception totalement déphasée de la réalité de son pays.

Il a déclaré à l'Express :

Vous faites du cinéma depuis vingt-cinq ans et l'Espagne a énormément changé. Comment la société espagnole a-t-elle influencé votre travail ?

Mon travail aurait été impossible sans l'arrivée de la démocratie. Je suis la preuve vivante que la démocratie a ouvert la parole. Après cette explosion des années 1980, qui furent merveilleuses à vivre, le monde politique a tout fait pour que l'Espagne ressemble aux autres pays européens. J'ai avancé en parallèle avec elle. Depuis quelques années, le pays est comme écrasé par le Parti populaire, de droite, qui a montré son visage le plus rétrograde et le plus réactionnaire. Mes prochains films dénonceront cela. Je vais sans doute radicaliser mon cinéma. Je voudrais qu'il soit davantage plongé dans le monde actuel. Aujourd'hui, mes personnages en sont éloignés, car ils sont trop occupés à régler leurs problèmes intimes.

On se demande dans quel société espagnole vit Almodovar. Depuis cinq ans, les socialistes gouvernent sans partage en Espagne en imposant par la loi leur vision de la société, par exemple avec une loi libéralisant encore davantage l'avortement. Une des distinguées ministres du gouvernement Zapatero vient de déclarer qu'un foetus est un être vivant mais pas un être humain.

Comment le journaliste de l'Express peut-il prendre pour argent comptant les déclarations aberrantes d'Almodovar ? Des propos aussi stupides que ceux qu'il faisait à la veille des élections qui ont donné la victoire aux socialistes et dans lesquels il accusait le Parti populaire de préparer un coup d'Etat ?

Au soutien inconditionnel des cinéastes espagnols au régime socialiste répond un appui économique sans équivalent du gouvernement Zapatero à l'industrie du cinéma. L'Espagne est le pays qui dépense le plus par habitant en subventions au cinéma dont bien des productions récoltent davantage d'argent public que de recettes.

mercredi 20 mai 2009


Cette bande annonce vient de sortir aux Etats-Unis. Elle fait un tabac sur internet car le film est le reflet cru de la tragique réalité des filles mères dans la communauté noire américaine. Un film fort. Un film juste. La jeune actrice est tout à fait étonnante.

La déclaration finale de Louis XVI

Voici le texte intégral de la déclration de Louis telle qu'on peut la lire dans le Moniteur, tome XV, p. 715.

Tant que le Roi a pu espérer voir renaître l'ordre et le bonheur du royaume par les moyens employés par l'Assemblée nationale, et par sa résidence auprès de cette Assemblée dans la capitale du Royaume, aucun sacrifice personnel ne lui a coûté ; il n'aurait pas même argué de la nullité dont le défaut absolu de liberté entache toutes les démarches qu'il a faites depuis le mois d'octobre 1789, si cet espoir eût été rempli. Mais aujourd'hui que la seule récompense de tant de sacrifices est de voir la destruction de la royauté, de voir tous les pouvoirs méconnus, les propriétés violés, la sûreté des personnes mise partout en danger, les crimes rester impunis, et une anarchie complète s'établir au-dessus des lois, sans que l'apparence d'autorité que lui donne la nouvelle Constitution soit suffisante pour réparer un seul des maux qui affligent le royaume, le Roi, après avoir solennellement protesté contre tous les actes émanés de lui pendant sa captivité, croit devoir mettre sous les yeux des Français et de tout l'Univers le tableau de sa conduite, et celui du Gouvernement qui s'est établi dans le royaume.
On a vu Sa Majesté, au mois de juillet 1789, pour écarter tout sujet de défiance, renvoyer les troupes qu'elle n'avait appelées auprès de sa personne qu'après que les étincelles de révolte s'étaient déjà manifestées dans Paris et dans le régiment même de ses gardes. Le Roi, fort de sa conscience et de la droiture de ses intentions, n'a pas craint de venir seul parmi les citoyens armés de la Capitale.
Au mois d'octobre de la même année, le Roi, prévenu depuis longtemps des mouvements que les factieux cherchaient à exciter, dans la journée du 5 fut averti assez à temps pour pouvoir se retirer où il eût voulu ; mais il craignit qu'on ne se servit de cette démarche pour allumer la guerre civile, et il aima mieux se sacrifier personnellement, et ce qui était plus déchirant pour son cœur, mettre en danger la vie des personnes qui lui sont le plus chères. Tout le monde sait les événements de la nuit du 6 octobre, et l'impunité qui les couvre depuis près de deux ans. Dieu seul a empêché l'exécution des plus grands crimes, et a détourné de la nation française une tache qui aurait été ineffaçable.
Le Roi, cédant au vœu manifesté par l'armée des Parisiens, vint s'établir avec sa famille au château des Tuileries. Il y avait plus de cent ans que les Rois n'y avaient fait de résidence habituelle, excepté dans la minorité de Louis XV. Rien n'était prêt pour recevoir le Roi, et la disposition des anciens appartements est bien loin de procurer les commodités auxquelles Sa Majesté était accoutumée dans les autres maisons Royales, et dont tout particulier qui a de l'aisance peut jouir. Malgré la contrainte qui avait été apportée, et les incommodités de tout genre qui suivaient le changement de séjour du Roi, fidèle au système de sacrifice que Sa Majesté s'était fait pour procurer la tranquillité publique, elle crut, dès le lendemain de son arrivée à Paris, devoir rassurer les provinces sur son séjour dans la Capitale, et inviter l'Assemblée à se rapprocher de lui, en venant continuer ses travaux dans le même ville.
Mais un sacrifice plus pénible était réservé au cœur de Sa Majesté ; il fallut qu'elle éloignât d'elle les gardes du corps de la fidélité desquels elle venait d'avoir une preuve bien éclatante dans la funeste matinée du 6 ; deux avaient péri victimes de leur attachement au Roi et à sa famille, et plusieurs autres blessés grièvement en exécutant strictement les ordres du Roi qui leur avait défendu de tirer sur la multitude égarée. L'art des factieux a été bien grand pour faire envisager sous des couleurs si noires une troupe aussi fidèle, et qui venait de mettre le comble à la bonne conduite qu'elle avait toujours tenue. Mais ce n'était pas tant contre les gardes du corps que leur intention était dirigée, c'était contre le Roi lui-même. On voulait l'isoler entièrement en le privant du service de ses gardes du corps dont on n'avait pas pu égarer les esprits, comme on avait réussi auprès de ceux du régiment des Gardes Françaises qui, peu de temps auparavant, était le modèle de l'armée.
C'est aux soldats de ce même régiment, devenu troupe soldée par la ville de Paris, et aux Gardes Nationaux volontaires de cette même ville, que la garde du Roi a été confiée. Ces troupes sont entièrement sous les ordres de la municipalité de Paris, dont le commandant général relève, et le Roi s'est vu par là prisonnier dans ses propres Etats ; car comment peut-on appeler autrement l'état d'un Roi qui ne commande à sa Garde que pour les choses de parade, qui ne nomme à aucune des places, et qui même est obligé de se voir entouré de plusieurs personnes dont il connaît les mauvaises intentions pour lui et pour sa famille ?
Ce n'est pas pour inculper la Garde Nationale parisienne et les troupes du centre, c'est pour faire connaître l'exacte vérité que le Roi relève ces faits ; et en la faisant connaître, il aime à rendre justice au zèle pour le bon ordre et à l'attachement qu'en général cette troupe lui a montrés pour sa personne, lorsque les esprits ont été laissés à eux-mêmes, et qu'ils n'ont pas été égarés par les clameurs et les mensonges des factieux.
Mais plus le Roi a fait des sacrifices pour le bonheur de ses peuples, plus les factieux ont travaillé pour qu'ils en méconnussent le prix, et présenter la royauté sous les couleurs les plus fausses et les plus odieuses.
La convocation des États Généraux, le doublement des députés du Tiers État, les peines que le Roi a prises pour aplanir toutes les difficultés qui pouvaient retarder l'assemblée des États Généraux, et celles qui s'étaient élevées depuis leur ouverture ; tous les retranchements que le Roi avait faits sur sa dépense personnelle, tous les sacrifices qu'il a faits à ses peuples dans la séance du 23 juin, enfin la réunion des Ordres, opérée par la manifestation du vœu du Roi, mesure que Sa Majesté jugea alors indispensable pour l'activité des États Généraux : tous ses soins, toutes ses peines, toute sa générosité, tout son dévouement pour son peuple, tout a été méconnu, tout a été dénaturé.
Lorsque les États Généraux s'étant donnés le nom d'Assemblée nationale, ont commencé à s'occuper de la Constitution du royaume, qu'on se rappelle les mémoires que les factieux ont eu l'adresse de faire venir de plusieurs provinces, et les mouvements de Paris, pour faire manquer les députés à une des principales clauses portée dans tous leurs cahiers, qui portait que — la confection des lois se ferait de concert avec le Roi —. Au mépris de cette clause l'Assemblée a mis le Roi tout à fait hors de la Constitution en lui refusant le droit d'accorder ou de refuser sa sanction aux articles qu'elle regarde comme constitutionnels, en se réservant le droit de ranger dans cette classe tous ceux qu'elle juge à propos, et en restreignant sur ceux purement législatifs, la prérogative royale à un droit de suspension jusqu'à la troisième législature, droit purement illusoire, comme tant d'exemples ne le prouvent que trop.
Que reste-t-il au Roi autre chose que le vain simulacre de la royauté ? On lui a donné vingt-cinq millions pour sa Liste civile ; mais la splendeur de la Maison qu'il doit entretenir pour faire honneur à la dignité de la Couronne de France, et les charges qu'on a rejetées dessus, même depuis l'époque où ces fonds ont été réglés, doivent en absorber la totalité. On lui a laissé l'usufruit de quelques-uns des domaines de la Couronne, avec plusieurs formes gênantes pour leur jouissance. Ces domaines ne sont qu'une petite partie de ceux que les Rois ont possédé de toute ancienneté, ou des patrimoines des ancêtres de Sa Majesté qu'ils ont réunis à la Couronne. On ne craint pas d'avancer que si tous ces objets étaient réunis, ils dépasseraient de beaucoup les sommes allouées pour l'entretien du Roi et de sa famille, et qu'alors il n'en couûterait rien au peuple pour cette partie.
"Une remarque qui coûte à faire au Roi, est l'attention qu'on a eue de séparer, dans tous les arrangements sur la finance et toutes les autres parties, les services rendus au Roi personnellement, ou à l'Etat, comme si ces objets n'étaient pas vraiment inséparables, et que les services rendus à la personne du Roi ne l'étaient pas à l'Etat.
Qu'on examine ensuite les diverses parties du gouvernement :

Le Roi n'a aucune participation à la confection des lois, il a le simple droit d'empêcher jusqu'à la troisième législature sur les objets qui ne sont pas réputés constitutionnels, et celui de prier l'Assemblée nationale de s'occuper de tel ou tel objet, sans avoir le droit d'en faire la proposition formelle. La Justice se rend au nom du Roi, les provisions des juges sont expédiées par lui, mais ce n'est qu'une affaire absolument de forme, et le Roi a seulement la nomination des commissaires du Roi, places nouvellement créées qui n'ont qu'une partie des attributions des anciens procureurs généraux, et sont seulement destinés à faire maintenir l'exécution des formes : toute la partie publique est dévolue à un autre officier de justice. Ces places de commissaires sont à vie et non révocables, pendant que l'exercice de celles de juges ne doit durer que six années. Un des derniers décrets de l'Assemblée vient de priver le Roi d'une des plus belles prérogatives attachées partout à la Royauté : celle de faire grâce et de commuer les peines. Quelques parfaites que soient les lois, il est impossible qu'elles prévoient tous les cas ; et ce sera alors les jurés qui auront véritablemnt le droit de faire grâce, en appliquant suivant leur volonté le sens de la loi, quoique les apparences paraissent contraires. D'ailleurs combien cette disposition ne diminue-t-elle pas la Majesté Royale aux yeux des peuples, étant accoutumés depuis si longtemps à recourir au Roi dans leurs besoins et dans leurs peines, et à voir en lui le père commun qui pouvait soulager leurs afflictions !

Elle est tout entière dans les mains des départements, des districts et des municipalités, ressorts trop multipliés qui nuisent au mouvement de la machine, et qui souvent peuvent se croiser. Tous ces corps sont élus par le pleuple et ne ressortissent du gouvernement, d'après les décrets, que pour leur exécution et celle des ordres particuliers qui en sont la suite. D'un côté ils n'ont aucune grâce à en attendre, et de l'autre les manières de punir ou de réprimer leurs fautes, comme elles sont établies par les décrets, ont des formes si compliquées qu'il faudrait des cas bien extraordinaires pour pouvoir s'en servir, ce qui réduit à bien peu de chose la surveillance que les ministres doivent avoir sur eux. Ces corps ont d'ailleurs acquis peu de force et de considération, et les Sociétés des Amis de la Constitution qui ne sont pas responsables, se trouvent bien plus fortes qu'eux, et par là l'action du gouvernement devient nulle. Depuis leur établissement, on a vu plusieurs exemples que, quelque bonne volonté qu'ils eussent pour maintenir le bon ordre, ils n'ont pas osé se servir des moyens que la loi leur donnait, par la crainte du peuple poussé par d'autres intigations.
Les corps électoraux, quoiqu'ils n'aient aucune action, et soient restreints aux élections, ont une force réelle par leur masse, par leur durée biennale, et par la crainte naturelle aux hommes, et surtout à ceux qui n'ont pas d'état fixe, de déplaire à ceux qui peuvent servir ou nuire.
La disposition des forces militaires est, par les décrets, dans la main du Roi. Il a été déclaré chef suprême de l'Armée et de la Marine. Mais tout le travail de formation de ces deux armes a été fait par les Comités de l'Assemblée sans la participation du Roi ; tout, jusqu'au moindre réglement de discipline, a été fait par eux ; et s'il reste au Roi le tiers ou le quart des nominations, suivant les occasions, ce droit devient à peu près illusoire par les obstacles et les contrariétés sans nombre que chacun se permet contre les choix du Roi. On l'a vu être obligé de refaire tout le travail des officiers généraux de l'Armée, parce que ces choix déplaisaient aux Clubs ; en cédant ainsi, Sa Majesté n'a pas voulu sacrifier d'honnêtes et braves militaires, et les exposer aux violences qu'on aurait sûrement exercées contre eux, comme on n'en a vu que de trop fâcheux exemples. Les Clubs et les corps administratifs se mêlent des détails intérieurs des troupes qui doivent être absolument étrangers même à ces derniers, n'ayant que le droit de requérir la force publique lorsqu'ils pensent qu'il y a lieu à l'employer. Ils se sont servis de ce droit quelquefois même pour contrarier les dispositions du gouvernement sur la distribution des troupes, de manière qu'il est arrivé plusieurs fois qu'elles ne se trouvaient pas où elles devaient être. Ce n'est qu'aux Clubs qu'on doit attribuer l'esprit de révolte contre les officiers et la discipline militaire qui se répand dans beaucoup de régiments, et qui, si on n'y met bon ordre efficacement, sera la destruction de l'Armée. Que devient une armée quand elle n'a plus ni chefs ni discipline ? Au lieu d'être la force et la sauvegarde d'un Etat, elle en devient alors la terreur et le fléau. Combien les soldats français, quand ils auront les yeux dessillés, ne rougiront-ils pas de leur conduite, et ne prendront-ils pas en horreur ceux qui ont perverti le bon esprit qui régnait dans l'Armée et la Marine françaises ? Funestes dispositions que celles qui ont encouragé les soldats et les marins à fréquenter les Clubs ! Le Roi a toujours pensé que la loi doit être égale pour tous ; les officiers qui sont dans leur tort doivent être punis, mais ils doivent l'être, comme les subalternes, suivant les dispositions établies par les lois et règlements. Toutes les portes doivent être ouvertes pour que le mérite se montre et puisse avancer ; tout le bien-être qu'on peut donner aux soldats est juste et nécessaire ; mais il ne peut pas y avoir d'armée sans officiers, et il n'y en aura jamais tant que les soldats se croiront en droit de juger la conduite de leurs chefs.

La nomination aux places de ministres dans les Cours étrangères a été réservée au Roi, ainsi que la conduite des négociations ; mais la liberté du Roi pour ces choix est aussi nulle que pour ceux des officiers de l'Armée ; on en a vu l'exemple à la dernière nomination. La révision et confirmation des traités, que s'est réservé l'Assemblée nationale, et la nomination d'un Comité diplomatique, détruit (sic) absolument la seconde disposition. Le droit de faire la guerre ne serait qu'un droit illusoire, parce qu'il faudrait être insensé pour croire qu'un roi qui n'est ni ne veut être despote, allât, de but en blanc, attaquer un autre royaume lorsque le vœu de la nation s'y opposerait et qu'elle n'accorderait aucun subside pour la soutenir. Mais le droit de faire la paix est d'un tout autre genre. Le Roi, qui ne fait qu'un avec la nation, qui ne peut avoir d'autre intérêt que le sien, connaît ses besoins et ses ressources, et ne craint pas alors de prendre les engagements qui lui paraissent propres à assurer son bonheur et sa tranquilité. Mais quand il faudra que les conventions subissent la révision et la confirmation de l'Assemblée nationale, aucune puissance étrangère ne voudra prendre des engagements qui peuvent être rompus par d'autres que par celui avec qui elle contracte ; et alors, tous les pouvoirs se concentrent dans cette même Assemblée. D'ailleurs, quelque franchise qu'on mette dans les négociations, est-il possible d'en confier le secret à une Assemblée dont les délibérations sont nécessairement publiques !

Le Roi avait déclaré, bien avant la convocation des États Généraux, qu'il reconnaissait dans les Assemblées de la nation le droit d'accorder des subsides, et qu'il ne voulait plus imposer les peuples sans leur consentement. Tous les cahiers des députés aux États Généraux s'étaient accordés à mettre le rétablissement des finances au premier rang des objets dont cette Assemblée devait s'occuper ; quelques-uns y avaient mis des restrictions pour des articles à faire décider préalablement. Le Roi a levé les difficultés que ces restrictions auraient pu occasionner, en allant au-devant lui-même et accordant, dans la séance du 23 juin, tout ce qui avait été désiré. Le 4 février 1790, le Roi a pressé l'Assemblée de s'occuper efficacement d'un objet si important ; elle ne s'en est occupé que tard et d'une manière qui peut paraître imparfaite. Il n'y a point encore de tableau exactement fait des recettes et des dépenses, et des ressources qui peuvent servir à combler le déficit. On s'est laissé aller à des calculs hypothétiques. L'Assemblée s'est pressée de détruire plusieurs impôts dont la lourdeur, à la vérité, pesait beaucoup sur le peuple, mais qui donnaient des ressources assurées ; elle les a remplacés par un impôt presque unique dont la levée exacte sera peut-être très difficile. Les contributions ordinaires sont à présent très arrièrées, et la ressource extraordinaire des douze premiers millions d'assignats est déjà presque consommée. Les dépenses des départements de la Guerre et de la Marine, au lieu d'être diminuées, sont augmentées, sans y comprendre celles que des armements nécessaires ont occasionnées dans la dernière année. Pour l'administration de ce département, les rouages ont été fort multipliés, en en confiant les recettes aux administrations de districts. Le Roi qui le premier n'avait pas craint de rendre publics les comptes de son administration des finances, et avait montré la volonté que les comptes publics fussent établis comme une règle du gouvernement, a été rendu, si cela est possible, encore plus étranger à ce département qu'aux autres ; et les préventions, les jalousies, et les récriminations contre le gouvernement ont été plus répandues encore sur cet objet. Le règlement des fonds, le recouvrement des impositions, la répartition entre les départements, les récompenses pour services rendus, tout a été ôté à l'inspection du Roi, et il ne lui reste que quelques stériles nominations, et pas même la distribution de quelques gratifications à donner aux indigents. Le Roi connaît les difficultés de cette administration, et s'il était possible que la machine du gouvernement pût aller sans sa surveillance directe sur la gestion des finances, il ne regretterait que de ne pouvoir plus travailler par lui-même à établir un ordre qui pût faire parvenir à la diminution des impositions — objet qu'on sait que Sa Majesté a toujours vivement désiré, et qu'elle eût pu effectuer sans les dépenses de la dernière guerre —, et de ne plus avoir la distribution des secours pour le soulagment des malheureux.
Enfin par les décrets le Roi est déclaré chef suprême de l'administration du royaume ; d'autres décrets subséquents ont réglé l'organisation du ministère, de manière que le Roi, que cela doit regarder plus directement, ne peut pourtant y rien changer sans décision de l'Assemblée. Le système des chefs du parti dominant a été si bien suivi, de jeter une telle méfiance sur tous les agents du gouvernement, qu'il devient presque impossible aujourd'hui de remplir les places de l'administration. Tout gouvernement ne peut pas marcher ni subsister sans une confiance réciproque entre les administrateurs et les administrés, et les derniers règlements proposés à l'Assemblée nationale sur les peines à infliger aux ministres ou aux agents du pouvoir exécutif qui seraient prévaricateurs, ou seraient jugés avoir dépassé les limites de leur puissance, doivent faire naître toutes sortes d'inquiétudes, — ces dispositions pénales s'étendent même jusqu'aux subalternes, ce qui détruit toute subordination, les inférieurs ne devant jamais juger les ordres de leurs supérieurs qui sont responsables de ce qu'ils ordonnent —. Ces règlements, par la multiplicité des précautions et des genres de délits qui y sont indiqués, ne tendent qu'à inspirer de la méfiance au lieu de la confiance qui serait nécessaire.
Cette forme de gouvernement, si vicieuse en elle-même, le devient plus encore par deux causes :
1er/ L'Assemblée, par le moyen de ses Comités, excède à tout moment les bornes qu'elle s'est prescrites ; elle s'occupe d'affaires qui tiennent uniquement à l'administration intérieure du royaume et à celle de la Justice, et cumule ainsi tous les pouvoirs. Elle exerce même par son Comité des Recherches, un véritable despotisme plus barbare et plus insupportable qu'aucun de ceux dont l'histoire ait jamais fait mention.
2°/ Il s'est établi dans presque toutes les villes, et même dans plusieurs bourgs et villages du Royaume, des associations connues sous le nom des Amis de la Constitution : contre la teneur des décrets, elles ne souffrent aucune autre qui ne soit pas affiliée avec elles, ce qui forme une immense corporation plus dangereuse qu'aucune de celles qui existaient auparavant. Sans y être autorisées, mais même au mépris de tous les décrets, elles délibèrent sur toutes les parties du gouvernement, correspondent entre elles sur tous les objets, font et reçoivent des dénonciations, affichent des arrêtés, et ont pris une telle prépondérance que tous les corps adminitratifs et judiciaires, sans en excepter l'Assemblée nationale elle-même, obéissent presque toujours à leurs ordres. Le Roi ne pense pas qu'il soit possible de gouverner un royaume d'une si grande étendue et d'une si grande importance que la France par les moyens établis par l'Assemblée nationale tels qu'ils existent à présent. Sa Majesté, en accordant à tous les décrets indistinctement une sanction qu'elle savait bien ne pas pouvoir refuser, y a été déterminée par le désir d'éviter toute discussion que l'expérience lui avait appris être au moins inutile; elle craignait de plus qu'on ne pensât qu'elle voulût retarder ou faire manquer les travaux de l'Assemblée nationale à la réussite desquels la nation prenait un si grand intérêt. Elle mettait sa confiance dans les gens sages de cette Assemblée qui reconnaissaient qu'il était plus aisé de détruire un gouvernement que d'en reconstruire un sur des bases toutes différentes, et qui avaient plusieurs fois senti la nécessité, lors de la révision annoncée des décrets, de donner une force d'action et de coaction nécessaire à tout gouvernement ; ils reconnaissent aussi l'utilité d'inspirer pour ce gouvernement et pour les lois qui doivent assurer la prospérité et l'état de chacun, une confiance telle qu'elle ramenât dans le royaume tous les citoyens que le mécontentement dans quelques-uns, et dans la plupart la crainte pour leur vie ou pour leur propriété, ont forcés de s'expatrier.
Mais plus l'Assemblée approche du terme de ses travaux, plus on voit les gens sages perdre de leur crédit, plus les dispositions qui ne peuvent mettre que de la difficulté et même de l'impossibilité dans la conduite du gouvernement, et inspirer pour lui de la méfiance et de la défaveur, augmentent tous les jours. Les autres règlements, au lieu de jeter un baume salutaire sur les plaies qui saignent encore dans plusieurs provinces, ne font qu'accroître les inquiétudes et aigrir les mécontentements. L'esprit des Clubs domine tout et envahit tout, les mille journaux et pamphlets calomniateurs et incendiaires qui se répandent journellement ne sont que leurs échos, et préparent les esprits de la manière dont ils veulent les conduire. L'Assemblée nationale n'a jamais osé remédier à cette licence bien éloignée d'une vraie liberté; elle a perdu son crédit et même la force dont elle aurait besoin pour revenir sur ses pas et changer ce qui lui paraîtrait bon à être corrigé. On voit par l'esprit qui règne dans les Clubs, et la manière dont ils s'emparent des nouvelles assemblées primaires, ce qu'on doit attendre d'eux ; et s'ils laissent apercevoir quelques dispositions à revenir sur quelque chose, c'est pour détruire les restes de la royauté que les premiers décrets ont laissé subsister, et établir un gouvernement métaphysique et philosophique impossible dans son exécution.
Français, est-ce là ce que vous attendiez en envoyant vos représentants à l'Assemblée nationale ? Désiriez-vous que l'anarchie et le despotisme des Clubs remplaçât le gouvernement monarchique sous lequel la nation a prospéré pendant quatorze cents ans ? Désiriez-vous voir votre Roi comblé d'outrages et privé de sa liberté pendant qu'il ne s'occupait que d'établir la vôtre ?
L'amour pour ses rois est une des vertus des Français, et Sa Majesté en a reçu personnellement des marques trop touchantes pour pouvoir jamais les oublier. Les factieux sentaient bien que tant que cet amour subsisterait, leur ouvrage ne pourrait jamais s'achever. Ils sentirent également que pour l'affaiblir, il fallait, s'il était possible, anéantir le respect qui l'a toujours accompagné ; et c'est la source de tous les outrages que le Roi a reçus depuis deux ans, et de tous les maux qu'il a soufferts. Sa Majesté n'en retracerait pas ici l'affligeant tableau si elle ne voulait faire connaître à ses fidèles sujets l'esprit de ces factieux qui déchirent le sein de la patrie en feignant de vouloir la régénérer.
Ils profitèrent de l'espèce d'enthousiasme où l'on était pour M. Necker, pour lui procurer sous les yeux mêmes du Roi un triomphe d'autant plus éclatant que dans le même instant les gens qu'ils avaient soudoyés pour cela affectèrent de ne faire aucune attention à la présence du Roi. Enhardis par ce premier essai, ils osèrent dès le lendemain, à Versailles, faire insulter M. l'archevêque de Paris, le poursuivre à coup de pierres, et mettre sa vie dans le plus grand danger. Lorsque l'insurrection éclata dans Paris, un courrier que le Roi avait envoyé fut arrêté, publiquement fouillé, et les lettres du Roi même furent ouvertes. Pendant ce temps l'Assemblée nationale semblait insulter à la douleur de Sa Majesté en ne s'occupant qu'à combler de marques d'estime ces mêmes ministres dont le renvoi a servi de prétexte à l'insurrection, et que depuis elle n'a pas mieux traités pour cela. Le Roi s'étant déterminé à aller porter lui-même des paroles de paix dans la capitale, des gens apostés sur toute la route eurent grand soin d'empêcher ces cris de vive le Roi si naturels aux Français, et les harangues qu'on lui fit, loin de porter l'expression de la reconnaissance, ne furent remplies que d'une ironie amère.
Cependant on accoutumait de plus en plus le peuple au mépris de la royauté et des lois : celui de Versailles essayait de pendre deux houzards à la grille du château, arrachait un parricide au supplice, s'opposait à l'entrée d'un détachement de chasseurs destiné à maintenir le bon ordre, tandis qu'un énergumène faisait publiquement au Palais Royal la motion de venir enlever le Roi et son fils, de les garder à Paris, et d'enfermer la Reine dans un couvent, et que cette motion, loin d'être rejetée avec l'indignation qu'elle aurait dû exciter, était applaudie. L'Assemblée de son côté, non contente de dégrader la royauté par ses décrets, affectait du mépris même pour la personne du Roi, et recevait d'une manière qu'il est impossible de qualifier convenablement, les observations du Roi sur les décrets de la nuit du 4 au 5 août.
Enfin arrivèrent les journées du 5 au 6 octobre : le récit en serait superflu, et Sa Majesté l'épargne à ses fidèles sujets ; mais elle ne peut pas s'empêcher de faire remarquer la conduite de l'Assemblée pendant ces horribles scènes. Loin de songer à les prévenir ou du moins à les arrêter, elle resta tranquille et se contenta de répondre à la motion de se transporter en corps chez le Roi, que cela n'était pas de sa dignité.
Depuis ce moment, presque tous les jours ont été marqués par de nouvelles scènes plus affligeantes les unes que les autres pour le Roi, ou par de nouvelles insultes qui lui ont été faites. A peine le Roi était-il aux Tuileries qu'un innocent fut massacré, et sa tête promenée dans Paris presque sous les yeux du Roi. Dans plusieurs provinces, ceux qui paraissaient attachés au Roi ou à la Couronne, ont été persécutés, plusieurs même ont perdu la vie sans qu'il fut possible au Roi de faire punir les assassins, ou même d'en témoigner de la sensibilité. Dans le jardin même des Tuileries, tous les députés qui ont parlé contre le Roi ou contre la religion — car les factieux dans leur rage n'ont pas plus respecté l'autel que le trône — ont reçu les honneurs du triomphe, pendant que ceux qui pensent différemment y sont à tout moment insultés, et leur vie même est continuellement menacée.
A la fédération du 14 juillet 1790, l'Assemblée, en nommant le Roi par un décret spécial pour en être le chef, s'est montrée par là penser qu'elle aurait pu en nommer un autre. A cette même cérémonie, malgré la demande du Roi, la famille royale a été placée dans un endroit séparé de celui qu'il occupait, chose inouïe jusqu'à présent. — C'est pendant cette fédération que le Roi a passé les moments les plus doux de son séjour à Paris ; elle s'arrête avec complaisance sur le souvenir des témoignages d'attachement et d'amour que lui ont donné les gardes nationaux de toute la France rassemblés pour cette cérémonie —.
Les ministres du Roi, ces mêmes ministres que l'Assemblée avait forcé le Roi de rappeler, ou dont elle avait applaudi la nomination, ont été contraints, à force d'insultes et de menaces, de quitter leurs places, excepté un.
Mesdames, tantes du Roi, et qui étaient restées constamment près de lui, déterminées par un motif de religion, ayant voulu se rendre à Rome, les factieux n'ont pas voulu leur laisser la liberté qui appartient à toute personne, et qui est établie par la déclaration des droits de l'homme. Une troupe, poussée par eux, s'est portée vers Bellevue pour arrêter Mesdames. Le coup ayant été manqué par leur prompt départ, les factieux ne se sont pas déconcertés, ils se sont portés chez Monsieur sous prétexte qu'il voulait suivre l'exemple de Mesdames ; et quoiqu'ils n'aient recueilli de cette démarche que le plaisir de lui faire une insulte, elle n'a pas été tout à fait perdue pour leur système. Cependant, n'ayant pu faire arrêter Mesdames à Bellevue, ils ont trouvé les moyens de les faire arrêter à Arnay-le-Duc, et il a fallu des ordres de l'Assemblée nationale pour les laisser continuer leur route, ceux du Roi ayant été méprisés. A peine la nouvelle de cette arrestation était-elle arrivée à Paris, qu'ils ont essayé de faire approuver par l'Assemblée nationale cette violation de toute liberté ; mais leur coup ayant manqué, ils ont excité un soulèvement pour contraindre le Roi à faire revenir Mesdames. Mais la bonne conduite de la Garde nationale — dont le Roi s'est empressé de lui témoigner sa satisfaction — ayant dissipé l'attroupement, ils recoururent à d'autres moyens.
Il ne leur avait pas été difficile d'observer qu'au moindre mouvement qui se faisait sentir, une grande quantité de fidèles sujets se rendait aux Tuileries et formait une espèce de bataillon capable d'en imposer aux malintentionnés. Ils excitèrent une émeute à Vincennes, et firent courir à dessein le bruit que l'on se servirait de cette occasion pour se porter aux Tuileries, afin que les défenseurs du Roi pussent se rassembler comme ils l'avaient déjà fait, et qu'on pût dénaturer leurs intentions aux yeux de la Garde nationale en leur prêtant les projets des forfaits mêmes contre lesquels ils s'armaient. Ils réussirent si bien à aigrir les esprits que le Roi eut la douleur de voir maltraiter sous ses yeux, sans pouvoir les défendre, ceux qui lui donnaient les plus touchantes preuves de leur attachement. Ce fut en vain que Sa Majesté leur demanda elle-même les armes qu'on avait rendues suspectes ; ce fut en vain qu'ils lui donnèrent cette dernière marque de leur dévouement, rien ne put ramener ces esprits égarés qui poussèrent l'audace jusqu'à se faire livrer et briser ces mêmes armes dont le Roi s'était rendu dépositaire.
Cependant le Roi ayant été malade, se disposait à profiter des beaux jours du printemps pour aller à Saint-Cloud, comme il y avait été l'année dernière une partie de l'été et de l'automne. Comme ce voyage tombait dans la Semaine Sainte, on osa se servir de l'attachement connu du Roi pour la religion de ses Pères pour animer les esprits contre lui ; et dès le dimanche au soir, le Club des Cordeliers se permit de faire afficher un arrêté dans lequel le Roi lui-même était dénoncé comme réfractaire à la loi. Le lendemain Sa Majesté monta en voiture pour partir, mais arrivée à la porte des Tuileries, une foule de peuple parut vouloir s'opposer à son passage. Et c'est avec bien de la peine qu'on doit dire ici que la Garde nationale, loin de réprimer les séditieux, se joignit à eux et arrêta elle-même les chevaux. En vain M. de La Fayette fit-il tout ce qu'il put pour faire comprendre à cette Garde l'horreur de la conduite qu'elle tenait, rien ne put réussir. Les discours les plus insolents, les motions les plus abominables retentissaient aux oreilles de Sa Majesté ; les personnes de sa Maison qui se trouvaient là s'empressèrent de lui faire au moins un rempart de leurs corps si les intentions qu'on ne manifestait que trop venaient à s'exécuter. Mais il fallait que le Roi bût le calice jusqu'à la lie ; ses fidèles serviteurs lui furent arrachés avec violence. Enfin, après avoir enduré pendant une heure trois quarts tous ces outrages, Sa Majesté fut contrainte de céder et de rentrer dans sa prison, car après cela on ne saurait appeler autrement son palais.
Son premier soin fut d'envoyer chercher le directoire du département, chargé par état de veiller à la tranquillité et à la sûreté publique, et de l'instruire de ce qui venait de se passer. Le lendemain, elle se rendit elle-même à l'Assemblée nationale pour lui faire sentir combien cet événement était contraire même à la nouvelle constitution. De nouvelles insultes furent tout le fruit que le Roi retira de ces deux démarches ; il fut obligé de consentir à l'éloignement de sa Chapelle et de la plupart de ses grands officiers, et d'approuver la lettre que son ministre a écrite en son nom aux Cours Étrangères, enfin d'assister le jour de Pâques à la messe du nouveau curé de Saint-Germain-l'Auxerrois.
D'après tous ces motifs, et l'impossibilité où le Roi se trouve à présent d'opérer le bien et d'empêcher le mal qui se commet, est-il étonnant que le Roi ait cherché à recouvrer sa liberté et à se mettre en sûreté avec sa famille ?
Français, et vous surtout Parisiens, vous habitants d'une ville que les ancêtres de Sa Majesté se plaisaient à appeler la bonne ville de Paris, méfiez-vous des suggestions et des mensonges de vos faux amis, revenez à votre Roi, il sera toujours votre père, votre meilleur ami. Quel plaisir n'aura-t-il pas d'oublier toutes ses injures personnelles, et de se revoir au milieu de vous lorsqu'une Constitution qu'il aura acceptée librement fera que notre sainte religion sera respectée, que le gouvernement sera établi sur un pied stable et utile par son action, que les biens et l'état de chacun ne seront plus troublés, que les lois ne seront plus enfreintes impunément, et qu'enfin la liberté sera posée sur des bases fermes et inébranlables.

A Paris, le 20 juin 1791, Louis.

Le Roi défend à ses ministres de signer aucun ordre en son nom jusqu'à ce qu'ils aient reçu ses ordres ultérieurs, et il enjoint au Garde du Sceau de l'Etat, de le lui renvoyer d'abord qu'il en sera requis de sa part.

A Paris, le 20 juin 1791, Louis.

Louis XVI retrouvé

Le Figaro, sous la plume de Jacques de Saint Victor, publie un fort intéressant article sur le « testament politique de Louis XVI », appelation sous laquelle est connue la déclaration rédigée par lui et laissée à Paris lors de son départ vers l'exil en juin 1791.

Le testament politique de Louis XVI retrouvé
La dernière page du manuscrit, qui en compte seize en tout, racheté par un collectionneur français. Louis XVI termine son message par ces mots : « Français, et vous surtout Parisiens, vous habitants d'une ville que les ancêtres de Sa Majesté se plaisaient à appeler la bonne ville de Paris, méfiez-vous des suggestions et des mensonges de vos faux amis, revenez à votre Roi, il sera toujours votre père, votre meilleur ami. Quel plaisir n'aura-t-il pas d'oublier toutes ses injures personnelles, et de se revoir au milieu de vous lorsqu'une Constitution qu'il aura acceptée librement fera que notre sainte religion sera respectée, que le gouvernement sera établi sur un pied stable et utile par son action, que les biens et l'état de chacun ne seront plus troublés, que les lois ne seront plus enfreintes impunément, et qu'enfin la liberté sera posée sur des bases fermes et inébranlables. A Paris, le 20 juin 1791, Louis.» (DR)
Avant de fuir en juin 1791, le roi de France avait rédigé un texte pour se justifier. Le manuscrit, qui avait disparu, a été découvert aux États-Unis.

Il avait disparu depuis la Révolution française. Il se cachait dans une collection américaine où il vient d'être acquis par un Français, collectionneur de manuscrits anciens. Le testament politique de Louis XVI est une œuvre politique majeure, datant de la fuite à Varennes, dans la nuit du 20 juin au 21 juin 1791. Avant de partir, Louis XVI a probablement quelques scrupules. Il pense enfin pouvoir échapper à l'Assemblée constituante mais il ne veut pas quitter Paris sans laisser un document expliquant les raisons de sa fuite. Il entend s'adresser à son peuple. Aussi rédige-t-il cette Déclaration à tous les Français, un manuscrit de seize pages in quarto, qui deviendra, selon la tradition historique, son «testament politique» (à ne pas confondre avec le testament qu'il rédigera dans la prison du Temple avant de monter sur l'échafaud et qui est plus personnel et moral). Le roi demandera à La Porte, son intendant, de déposer le lendemain de sa fuite cette Déclaration sur le bureau du président de l'Assemblée, qui est alors Alexandre de Beauharnais. L'histoire se télescope : celui qui recueille le testament du dernier roi de l'Ancien Régime n'est autre que le premier époux de Joséphine, la future impératrice des Français ! Le monde est petit.

Dans ce texte long et parfois assez mal structuré, Louis XVI entend exprimer sa conception politique la plus profonde. Au moment de le rédiger, il se sent libéré des contraintes, des faux-semblants et des réserves qu'il a toujours dû s'imposer depuis le début de la Révolution. Il déclare même, au moment de partir, qu'«une fois le cul sur la selle, il serait tout autre». Se voyant déjà loin de Paris et de l'Assemblée, il livre sa véritable conception des événements révolutionnaires, depuis la réunion des États généraux, et exprime son idéal politique, une monarchie constitutionnelle avec un monarque puissant.

C'est donc un texte d'une portée considérable. Dans sa biographie de Louis XVI, Jean-Christian Petitfils, insiste à juste titre sur son caractère essentiel pour bien comprendre l'évolution de la pensée du monarque : «La plupart des historiens, écrit Petitfils à propos de la déclaration royale, ne lui ont pas donné l'importance qu'elle mérite. Ils l'ont soit négligée, soit hâtivement lue et commentée» (1). Son contenu n'était en effet pas ignoré des savants, dans la mesure où le texte a été reproduit dans de nombreux documents parlementaires, notamment les Archives parlementaires (publiées sous le Second Empire), mais l'original avait disparu. C'est lui qui vient enfin d'être retrouvé. Il ne fait aucun doute qu'il s'agit du document authentique. Son acquéreur, Gérard Lhéritier, président de la société Aristophil, une société qui achète des manuscrits anciens et propose ensuite à des collectionneurs de devenir en partie propriétaires de ces documents (tout en les conservant dans son Musée des lettres et manuscrits), insiste sur son caractère unique. «C'est une pièce exceptionnelle, vibrante d'histoire, que nos experts ont pu retrouver aux États-Unis.» Cette certitude est confirmée par des spécialistes de grand renom, comme Thierry Bodin, expert en autographes près la cour d'appel de Paris. Pour ce dernier, la paternité du document est évidente. «C'est la signature du roi et, surtout, il a été paraphé et signé par le président de l'Assemblée nationale, Alexandre de Beauharnais.» D'autant que la prise de Gérard Lhéritier est double. Il y a non seulement le document en lui-même mais un autre manuscrit de huit pages rédigées par le propre frère de Louis XVI, le comte de Provence, futur Louis XVIII. Ce texte avait été demandé par le roi à son frère peu de temps avant son départ, afin que celui-ci retrace les injustices subies par la famille royale depuis 1789. C'était une manière d'impliquer le comte de Provence dans le projet de fuite et le contraindre, par la même occasion, de quitter Paris le même jour (le roi craignait que son frère, qui n'avait pas toujours été tendre avec le couple royal, ne cherche à profiter de son départ pour se hisser sur le trône). Jugées trop agressives à l'égard de l'Assemblée, les remarques du comte de Provence ne furent pas toutes reprises par Louis XVI, qui commentera puis écartera ces huit pages.

Pièce à charge lors du procès du roi
Comment un tel trésor a-t-il pu s'évanouir dans la nature ? La plupart des historiens et des spécialistes avouent leur ignorance sur les circonstances de la disparition de ces documents capitaux. C'est un mystère digne du Da Vinci Code. Jean-Christian Petitfils rappelle que ce n'est pas le seul document officiel qui ait disparu sous la Révolution. Il suffit de songer, dans un autre registre, au vol des diamants de la Couronne. Selon Thierry Bodin, le document devait probablement avoir été conservé jusqu'au procès de Louis XVI qui s'ouvre en décembre 1792. «Il disparaît ensuite, sans laisser de trace.» Certains pensent qu'il aurait pu, au milieu du XIXe siècle, faire partie du fonds d'un collectionneur fameux, Étienne Charavay, mais il ne figure pas dans la vente des manuscrits de ce dernier. D'autres évoquent la possibilité qu'il ait été dans le fonds de Feuillet de Conches, autre collectionneur célèbre du XIXe siècle, qui a publié des Lettres et documents inédits de Louis XVI (1864-1873), mais où les documents les plus authentiques côtoient les faux les plus étonnants. Il faut se rendre à l'évidence : on ne sait pas comment le manuscrit a pu disparaître pour ensuite quitter le territoire. Son existence est signalée dans les années 1950, à l'occasion d'une vente Hennessy, mais le document original n'y figure pas. Puis on perd définitivement sa trace jusqu'à son acquisition aujourd'hui par la société Aristophil. Un mystère surprenant, alors même que ce texte a eu, dans la vie du monarque, un rôle on ne peut plus funeste.

Car la Déclaration fut en effet une des pièces à charge lors du procès du roi sous la Terreur. Ainsi, le rapport d'accusation, lu par Lindet le 10 décembre 1792, à la Convention, le cite précisément et l'utilise pour prouver la duplicité du roi et ses mauvaises intentions. «C'était sans doute le Manifeste destiné à plonger la France dans les horreurs de la guerre civile, écrit Lindet. (…) Son Manifeste du 20 juin atteste ses intentions hostiles ; il voulait le renversement de l'État, puisqu'il ne voulait ni les lois, ni la Constitution qu'il avait juré de maintenir» (2). Indéniablement, cette Déclaration a contribué à poser Louis XVI en ennemi de la Révolution. Mais que dit précisément le texte ? En réalité, le roi est loin d'avoir rédigé un brûlot contre-révolutionnaire. Il ne se résout certes pas à l'abaissement de la monarchie. Il juge que les réformes de l'Assemblée et l'attitude des clubs, «calomniateurs et incendiaires», ont porté atteinte à «la dignité de la Couronne de France». Il s'en prend notamment au refus, par l'Assemblée, de lui accorder un droit de veto absolu (il n'est que «relatif»), au poids excessif des comités de la Constituante, notamment le Comité des recherches qui exerce, selon le roi, «un véritable despotisme plus barbare et plus insupportable qu'aucun de ceux dont l'histoire ait jamais fait mention».

Le monarque n'avait jamais été aussi conciliant
Le roi critique aussi l'excessive décentralisation, la suppression de son droit de grâce, etc. Mais, sur le plan social, il se rallie pourtant à la révolution juridique de l'été 1789 ; il ne rejette plus l'abolition des ordres, comme dans sa Déclaration du 23 juin 1789. Il admet l'égalité civile et insiste même sur les réformes qu'il avait cherché à faire, notamment en 1787, en matière fiscale, afin que les privilégiés ne bénéficient plus d'exemptions indues. Il conclut, sur le ton de l'époque : «Français, et vous surtout Parisiens (…), revenez à votre roi ; il sera toujours votre père, votre meilleur ami.»

La rédaction du texte lui a pris à peu près quatre ou cinq mois de réflexion. Il y a travaillé seul, à l'insu de ses ministres, et il n'y associera son frère qu'à la dernière minute, le samedi 18 juin, comme en témoigne ce dernier. On sait comment tout cela finira. Son arrestation à Varennes va, comme le rappelle Mona Ozouf, se révéler fatale pour la monarchie (3). La déclaration du roi se montrera bien incapable de lui sauver la mise. Bien au contraire. Le prestige de la monarchie sera pour jamais terni par cette équipée malheureuse. Pourtant, comme le remarque à juste titre Jean-Christian Petitfils, ce testament politique de Louis XVI prouve que le roi n'avait jamais été aussi conciliant. C'est ce triste paradoxe que met en évidence le document laissé à l'Assemblée : «Jamais Louis XVI n'avait été aussi proche de la Révolution qu'en fuyant la capitale. Sur la route de Varennes, il était devenu un souverain constitutionnel, à la recherche, hélas, d'une impossible Constitution» (4). De toute cette histoire tragique, il ne reste plus aujourd'hui qu'un seul témoignage, ce manuscrit oublié.

(1) «Louis XVI», Perrin, 2005, p. 810.

(2) «Moniteur», tome XV, p. 715.

(3) «Varennes, la mort de la royauté (21 juin 1791)», Gallimard, 2008.

(4) «Louis XVI», op. cit., p. 815.