jeudi 28 février 2008

Les mystères de la bombe allemande


Une photographie du réacteur atomique allemand dans l’état où le trouvèrent vers la fin de la guerre les Américains qui se dépêchèrent de le démonter afin que les Français ne s’en emparent pour le remettre à l’équipe du professeur Frédéric Joliot-Curie.

Les Américains ont lancé le projet Manhattan qui allait déboucher sur la bombe atomique parce qu’ils craignaient que les Allemands ne les devancent sur cette voie. Or, à la fin de la guerre, la surprise des Alliés fut grande en constatant le retard des Allemands dans le domaine des applications militaires de l’atome. Les spécialistes du renseignement américains et les historiens ont peut-être tiré un trait trop vite sur les physiciens allemands. Un livre récent Hitlers Bombe vient de relancer la polémique.

L’une des nombreuses productions « héroïques » de l’après-guerre, le film la Bataille de l’eau lourde (Jean Dréville, 1947), laissait penser aux spectateurs que seul le coup de main hardi mené par des commandos anglo-norvégiens contre l’usine de Rjukan avait empêché le IIIe Reich de se doter de l’arme nucléaire.
En réalité, l’histoire de l’atome en Allemagne est bien plus compliquée. Attribuer aux Allemands la capacité de construire une munition nucléaire s’inscrirait-il alors dans le cadre de la science-fiction historique ?
Les faits sont controversés. Deux publicistes Rainer Karlsch et Mark Walker, l’un allemand, l’autre américain, prétendent, en extrapolant quelques documents, que les savants du IIIe Reich auraient réalisé et expérimenté une arme nucléaire primitive pendant les dernières semaines de la Seconde guerre mondiale. Etat de la question.



Trois physiciens hongrois fuyant l’antisémitisme ont attiré l’attention du gouvernement américain sur les risques posés par le programme allemand de recherches nucléaires. De haut en bas : Edward Teller Leo Szilard et Eugene Wigner. Une fois l’Allemagne vaincue, Szilard ne voyait plus d’utilité à la bombe et, en juillet 1945, il fit circuler une pétition signée questionnant son usage contre le Japon.


L’atome, une exclusivité américaine ?

Le soixantième anniversaire du premier emploi militaire de l’arme nucléaire sur les villes japonaises d’Hiroshima et Nagasaki a été commémoré avec gravité le 5 août 2005.
Le largage en 1945 de ces bombes atomiques était l’aboutissement d’un gigantesque effort de guerre mené par des hommes de l’art américains et britanniques, ainsi que des exilés dont de nombreux Français : c’est le « plan Manhattan ».
Ces physiciens, ingénieurs et chimistes avaient dû surmonter d’énormes difficultés avant de pouvoir expérimenter pour la première fois l’arme nouvelle. Et ce n’était qu’au mois de mai, après la capitulation allemande. Ce résultat représentait le fruit d’une course contre la montre, engagée en 1940 avec leurs homologues allemands pour la maîtrise de la fission nucléaire dans un but militaire.
Sollicité par trois physiciens hongrois ayant fui l’antisémitisme hitlérien, Leo Szilard, Edward Teller et Eugene Wigner, Albert Einstein (1) s’y était lui même impliqué en signant dès 1939 une lettre où il était demandé au président Roosevelt de prendre au sérieux les possibilités d’emploi militaire de l’atome.
1) Physicien et mathématicien allemand, né à Ulm en 1879, naturalisé suisse en 1900, puis américain en 1940. Depuis le printemps 2005, son portrait, accompagné de citations, s’étale sur les édifices publics de Berlin, ville où il demeura jusqu’en 1933. Il fuira ensuite les persécutions antisémites du IIIe Reich, résidant en France, Belgique puis Royaume-Uni, avant de franchir définitivement l’Atlantique en reniant son pays d’origine dans une lettre célèbre.


Alors que la guerre s’achève en Europe, il apparaît aux Américains que les inquiétudes soulevées en 1939 par Einstein et ses amis étaient sans fondement, les Allemands sont très en retard sur le plan des applications militaires de l’atome.
Le « plan Uranium » du Reich avait bien été mis en chantier en 1939, en vue d’étudier les réacteurs nucléaires et la séparation des isotopes ainsi que les possibilités d’explosions atomiques. Mais il n’impliquait pas plus de quelques dizaines de savants éparpillés sur l’ensemble du territoire. Et, de plus, nombre d’entre eux ne se consacraient pas exclusivement aux recherches nucléaires.
Comparativement, le plan Manhattan occupait lui des milliers de savants, ingénieurs et techniciens et disposait d’un budget colossal de plusieurs milliards de dollars.
A partir de ces données, les historiens ont conclu fort logiquement que le IIIe Reich était loin de pouvoir prétendre maîtriser le nucléaire.
Mais de nouveaux éléments viennent d’amener à reconsidérer cette idée toute faite. Les choses seraient à la fois plus compliquées et plus intéressantes.




En haut : le prix Nobel 1932, fondateur de la mécanique quantique, Werner Heisenberg était l’un des plus brillants physiciens allemands. Au centre : Heisenberg et Bohr discutent de physique à Copenhague. En bas : le prix Nobel danois Niels Bohr. Il reçut le prix en 1922 pour ses découvertes sur la structure de l’atome.


L’Allemagne et la bombe : une drôle d’histoire


L’approche historique des projets allemands visant à réaliser des armes nucléaires lors de la Seconde Guerre mondiale a évolué au fur et à mesure que de nouvelles sources devenaient accessibles.
Ainsi en 1992 les autorités britanniques rendaient disponible la transcription des conversations entre dix savants allemands internés en 1945 à Farm Hall près de Cambridge. Elles avaient été enregistrées secrètement. Or neuf d’entre ces chercheurs avaient été impliqués dans le plan Uranium (2). La nouvelle du bombardement d’Hiroshima sembla d’autant plus les surprendre que les savants allemands étaient persuadés d’avoir pris de l’avance sur les Alliés dans la course au nucléaire !
2) Erich Bagge, Kurt Diebner, Walther Gerlach, Otto Hahn, Paul Harteck, Werner Heisenberg, Horst Korsching, Carl Friedrich von Weizsäcker, Karl Wirtz.



En 1940, le jeune et brillant Carl von Weizsäcker rejoint l’équipe de recherches dirigée par Werner Heisenberg.

De nouvelles pièces d’archives dérangeantes sont apparues en 2002 lorsque, dans le fonds Niels Bohr à Copenhague, on découvrit les brouillons de lettres, écrites à la fin des années 1950, où le savant rendait compte d’une visite effectuée en septembre 1941 par Heisenberg et von Weizsäcker dans le Danemark occupé. Après la guerre, les deux physiciens allemands avaient prétendu être allés à Copenhague tout simplement pour apporter leur aide à Bohr et obtenir sa collaboration afin de mener à bien leurs efforts visant à prévenir la fabrication d’armes nucléaires. Mais dans ces lettres Bohr contestait qu’il s’agisse d’aussi nobles motifs.
Une trouvaille récente dans les archives russes est venue enrichir la saga de l’atome allemand. Il s’agit en particulier de documents provenant de l’institut de physique Kaiser Wilhelm de Berlin. Parmi ces découvertes figurent quatre pièces majeures : un rapport officiel de von Weizsäcker effectué après un voyage à Copenhague en mars 1941 ; un projet de brevet rédigé par lui durant la même année ; un texte de brevet corrigé datant de novembre 1941 ; enfin le texte d’une conférence « grand public » donnée par Heisenberg en juin 1942.
Ces documents, ainsi que d’autres, ont été utilisés par Rainer Karlsch pour son livre controversé Hitlers Bombe (3).

3) Hitlers Bombe, édité par Deutsche Verlags-Anstalt. c.f. aussi la revue Physics World d’avril 2005


Publié en mars 2005, cet ouvrage a ouvert un débat passionné visant à déterminer jusqu’où l’Allemagne était parvenue dans sa marche vers un armement nucléaire et si celui-ci était crédible.
Travaillant en collaboration avec le journaliste Heiko Petermann, Karlsch affirme qu’en mars 1945, une équipe de savants allemands aurait expérimenté un réacteur nucléaire et testé un « engin » dans l’est du pays, sur l’île de Rügen.
Selon des témoignages oculaires, recueillis dès la fin de l’expérience et dans les deux décennies suivantes, l’essai aurait provoqué la mort de centaines de prisonniers de guerre et de détenus de camps de concentration. Bien que l’on n’ait pu établir si l’invention testée avait fonctionné de manière satisfaisante, on sait qu’elle était destinée à faire appel à la fission et à la fusion nucléaires.
Autrement dit, il s’agissait d’une arme atomique.
A la suite de la publication de Hitlers Bombe un autre document est sorti d’archives privées. Réalisée immédiatement après la fin de la guerre en Europe, cette pièce non-datée comprend les seuls plans connus d’une arme nucléaire allemande.

Qu’est-ce que les savants allemands savaient vraiment ?


Au fil des années plusieurs auteurs sont arrivés à la conclusion qu’Heisenberg et ses collègues n’avaient pas compris le fonctionnement d’une bombe atomique Parmi ceux-ci le physicien Samuel Goudsmit, qui publia en 1947 les résultats d’une enquête de l’armée américaine consacrée à l’effort allemand pour acquérir la bombe. (4) En 1998, l’écrivain Paul Lawrence Rose concluait de même dans son livre Heisenberg and the Nazi Atomic Bomb Project 1939-1945.

4) Il convient de préciser que Samuel Goudsmit avait parcouru l’Allemagne de long en large en 1945 avec la mission américaine Alsos pour étudier en détail chaque site consacré à l’atome afin d’en démonter les éléments utiles et en détruire les autres. Une des obsessions des Américains était de priver les Français de tout accès aux travaux allemands.


Les Allemands auraient-ils mené à bien l’essai d’une « bombe sale » au cours des dernières semaines de la guerre sur l’île de Rügen dans la mer Baltique ? Les études finlandaises de radioactivité dans la région n’apportent pas d’eau au moulin de cette hypothèse.

Ces auteurs prétendaient que les savants allemands n’avaient pas compris la réaction en chaîne qui permet à des neutrons émis par de l’uranium-235 ou du plutonium de provoquer la fission du noyau atomique. Goudsmit comme Rose déclaraient aussi que les Allemands n’avaient pas compris non plus que le plutonium pouvait constituer un explosif nucléaire.
Ces critiques mettant en avant l’incompétence des chercheurs allemands semblaient être confirmées par l’enregistrement des conversations de Farm Hall, révélant qu’Heisenberg apprenant la nouvelle d’Hiroshima aurait initialement réagi par un calcul erroné concernant la masse critique, avant de rectifier celui-ci dans les jours suivants (5). Par ailleurs il y a d’autres preuves démontrant que, quelque soit la réaction d’Heisenberg à Farm Hall, ses collègues et lui même avaient compris que la bombe atomique fonctionnait grâce à la réaction en chaîne et que le plutonium comme l’uranium-235 étaient des matières fissibles.

5) Il n’est peut-être pas inutile de rappeler ici que le physicien allemand Werner Heisenberg (1901-1976) s’est fait connaître par ses travaux sur la mécanique quantique de l’atome et a obtenu le prix Nobel en 1932. Il est passé principalement à la postérité dans le domaine de la physique nucléaire grâce à son « principe d’incertitude ». Quant à Otto Hahn (1879-1968), également prix Nobel (1944), il découvrit en 1938 la fission de l’uranium. Ceci ne semble pas conforter le point de vue de Goudsmit et Rose.
Ainsi, en février 1942, les responsables militaires des recherches en armement décrivaient les progrès du « plan Uranium » dans un rapport intitulé « Production d’énergie à partir de l’uranium », retrouvé dans les années 1980. Celui-ci concluait que l’uranium-235, qui ne comprend que 0,7 % de l’uranium naturel le reste étant composé d’U-238 non-fissible, constituait un explosif nucléaire un million de fois plus puissant que les explosifs classiques. Il déclarait aussi qu’une fois le réacteur nucléaire en service, il pourrait produire du plutonium qui constituerait un explosif de puissance comparable. La masse critique d’une telle arme était située « entre 10 et 100 kilogrammes », estimation comparable à celle effectuée par les Alliés le 6 novembre 1941 et que l’on retrouve dans l’historique officiel du plan Manhattan, dit « Rapport Smyth » (2 à 100 kg).


En juin 1942, le ministre Speer et les plus hauts responsables militaires assistèrent à une réunion où Heisenberg leur expliqua les potentialités d’une bombe nucléaire.

Le projet de brevet de von Weizsäcker de 1941, qui constitue peut-être la plus remarquable trouvaille des archives russes, fait apparaître sans équivoque que celui-ci avait compris à la fois les propriétés du plutonium et ses applications militaires possibles. (6)
6) L’historien David Irving avait trouvé dans les archives de Commission américaine pour l’énergie atomique à Oak Ridge, l’original de la proposition de von Weizsäcker datée du 1er juillet 1940. Rien de neuf sous le soleil.




Quelles ont été les véritables raisons du bombardement d’Hiroshima et Nagasaki par les Américains ? L’argument traditionnel (épargner les vies américaines en rendant inutile un débarquement au Japon) ne résiste pas à l’examen. Le débat fait rage entre les historiens depuis que les Américains ont publiquement admis qu’ils connaissaient en détail les positions du gouvernement japonais grâce à l’interception et au déchiffrement de ses communications les plus secrètes.


Von Weizsäcker avait également établi clairement que le plutonium pouvait être utilisé pour fabriquer une bombe puissante et il écrivait « Par rapport à l’énergie dégagée pour une masse égale, cet explosif serait dix millions de fois plus puissant que tout autre (explosif connu) et seulement comparable à l’uranium 235 à l’état pur ». Et il développait sa théorie dans la suite du document.
Ce texte était de nouveau présenté le 3 novembre 1941 sous le titre « Production d’énergie et de neutrons et création de nouveaux éléments par la fission de l’uranium ou d’éléments lourds proches ».
Cette nouvelle présentation différait de la précédente en deux points significatifs.
D’abord le brevet n’était plus déposé au seul nom de von Weizsäcker, mais de l’Institut Kaiser Wilhelm dans son ensemble. Ensuite toutes les mentions relatives à un explosif nucléaire ou à une bombe avaient été supprimées.
Ceci peut correspondre à une évolution dans le déroulement du conflit mondial : en novembre 1941, la perspective d’une rapide victoire allemande s’éloignait, ce qui n’était pas le cas auparavant (7). L’explication peut aussi résider dans une baisse d’enthousiasme de von Weizsäcker et de ses collègues pour l’application militaire de la fission nucléaire. Ce qui pourrait justifier les déclarations d’après-guerre d’Heisenberg et von Weizsäcker selon lesquelles ils avaient rendu visite à Bohr en septembre 1941 car ils avaient des scrupules à travailler sur cette arme de destruction massive.
7) Rappelons que le 22 juin 1941 la Wehrmacht avait lancé avec un succès dépassant toutes prévisions sa grande offensive de Russie. A l’automne, celle-ci s’enlisait pourtant avant d’être bloquée par un froid précoce.


Enrico Fermi s’installa aux Etats-Unis après avoir reçu son prix Nobel en 1938. Il comprit le potentiel des découvertes d’Otto Hahn qu’il mit en pratique pour réaliser la première pile atomique.

C’est la thèse chaudement défendue par Thomas Powers dans un ouvrage publié en 1993, intitulé Heisenberg’s War (« la Guerre de Heisenberg »).
Mais un autre document parmi ceux découverts en Russie – le rapport de von Weizsäcker concernant son voyage à Copenhague au printemps 1941 – laisse penser qu’à cette époque du moins les recherches sur l’uranium l’enthousiasmaient. Par ailleurs, on sait qu’après la guerre des savants travaillant au même institut que Bohr ont accusé leurs deux collègues allemands d’être venus au Danemark dans un but d’espionnage. Il pourrait y avoir là une part de vérité dans la mesure où en mars 1941, alors que l’Allemagne n’avait pas encore envahi l’Union soviétique et devait selon toute probabilité gagner la guerre (8), von Weizsäcker écrivait au commandement militaire :

8) Jusqu’à l’invasion de l’Union soviétique, seul le Royaume-Uni faisait encore face au IIIe Reich en position d’assiégé dans ses îles. Le Danemark était lui dans une situation particulière : occupé sans combats en 1940, son souverain le roi Christian X n’avait pas quitté le pays où il pratiquait la résistance passive.


« On n’a pas entrepris à Copenhague de produire de l’énergie par fission de l’uranium. On y sait qu’en Amérique Fermi (9) a lancé des recherches dans ce domaine, mais il n’y a pas de nouvelles informations de parvenues depuis le début de la guerre. Manifestement le professeur Bohr ignore que nous travaillons sur ces questions et bien sûr je l’ai conforté dans cette idée… La collection de la publication américaine Physical Reviews était complète à Copenhague jusqu’au numéro du 15 janvier 1941. J’ai rapporté des photocopies des plus importants articles. Nous avons pris des dispositions pour que l’ambassade d’Allemagne photocopie (fasse des photographies de) les numéros à venir ».

9) Enrico Fermi (1901-1954), physicien italien établi aux Etats Unis à partir de 1938 et prix Nobel la même année. En 1942 il réalisa à Chicago la première pile atomique.


Ceci ressemble en effet très fort à du renseignement scientifique effectué grâce à la « documentation ouverte ».


Dans leur course à l’armement nucléaire, les Américains investirent des sommes considérables dans la mise au point de puissants calculateurs comme l’ENIAC.


Diebner sous le projecteur

Le livre de Rainer Karlsch Hitlers Bombe rappelle ce qui était déjà connu sur les travaux de recherche nucléaire effectués par les Allemands pendant la guerre et fait appel à des documents tirés des archives russes, à des témoignages oraux comme à l’archéologie industrielle, pour ouvrir de nouvelles voies dans ce domaine historique.
Durant la majeure partie du conflit deux équipes ont travaillé concurrentiellement sur les réacteurs nucléaires : l’une implantée à Gottow près de Berlin avait à sa tête un physicien militaire (donc peu médiatisé), Kurt Diebner (10) ; l’autre regroupant des chercheurs dirigés par Heisenberg opérait à Leipzig et Berlin.

10) En effet, contrairement à son « concurrent » et aux camarades de détention de celui-ci à Farm Hall, Diebner est ignoré des dictionnaires et encyclopédies généralistes.
Alors que les expériences menées par Heisenberg utilisaient des couches d’uranium alternant avec un isolant, l’équipe de Diebner faisait appel à une technique supérieure avec des cubes d’uranium noyés dans l’isolant. Heisenberg n’a jamais voulu reconnaître les mérites de Diebner et des chercheurs travaillant avec lui, mais le prix Nobel utilisa la technique de son concurrent pour sa dernière expérience, effectuée à Haigerloch dans le sud-ouest de l’Allemagne.
Grâce à Karlsch on sait désormais que Diebner s’était arrangé pour effectuer une dernière expérience vers la fin de la guerre. Mais les détails sur cet essai manquent de clarté.
Après avoir réalisé une série de mesures, Diebner écrivit une courte lettre à Heisenberg le 10 novembre 1944, l’informant de l’expérience en suggérant qu’il y avait eu des problèmes avec le réacteur. Malheureusement l’on n’a pas retrouvé d’autres documents concernant cette dernière expérimentation du réacteur de Gottow.
Les investigations d’archéologie industrielle effectuées sur le site en 2002 et 2003 laissent penser qu’une réaction en chaîne au moins brève s’est produite, entraînant la mise hors service du réacteur.
L’histoire ne s’arrête pas avec la guerre : en 1955 Diebner déposait un brevet pour un nouveau type de réacteur nucléaire, qui manifestement était issu des recherches qu’il avait effectuées à la fin du conflit et particulièrement de sa dernière expérience.
Autre révélation du livre de Karlsch, encore plus surprenante : une équipe de chercheurs dirigée par Diebner aurait réalisé et expérimenté une arme nucléaire avec le ferme soutien de Walther Gerlach. Ce dernier était un expert en physique nucléaire, chargé en 1944 du « plan Uranium » pour le Conseil de la recherche du Reich. Il semble que Hahn, Heisenberg, von Weizsäcker et la plupart des savants réputés travaillant au « plan Uranium » ignoraient l’existence de cette arme nouvelle.
Il s’agissait d’un système faisant appel aux réactions de fission nucléaire, sans pouvoir être pour autant qualifié de bombe « atomique » comme celles utilisées contre Hiroshima et Nagasaki. Et bien qu’il soit aussi destiné à faire appel à la fusion nucléaire, il n’aurait rien eu à voir avec les bombes « à hydrogène » expérimentées par les Etats Unis et l’Union soviétique dans les années 1950.
A leur différence, des explosifs brisants classiques étaient disposés en charge creuse et non en masse compacte pour concentrer l’énergie et la chaleur en un point situé au centre. L’arme, qui faisait appel à l’uranium enrichi, était à considérer comme tactique plutôt que stratégique et n’aurait de toutes façons pas pu gagner la guerre.
Néanmoins on ignore l’efficacité du système et comment les réactions de fission et de fusion étaient effectivement provoquées.
Mais l’important est qu’une petite équipe de chercheurs travaillant dans les derniers mois de la guerre aurait essayé d’aboutir.



Otto Hahn avec découvert la fission nucléaire et il fut horrifié quand ses gardiens anglais l’informèrent du bombardement atomique d’Hiroshima. Il se sentait personnellement responsable de la mort de ces centaines de milliers de civils. Ci-dessous : en décembre 1943, Walther Gerlach fut placé par Gœring à la tête de la recherche allemande en physique.

Des plans pour une bombe

Peu après la fin de la guerre en Europe, un savant allemand ou autrichien dont on ignore le nom a rédigé un rapport décrivant les recherches concernant la bombe effectuées durant le conflit.
C’est encore Rainer Karlsch qui a découvert ce document, mais après la publication de son ouvrage. On y trouve des informations fiables et des spéculations qui le sont moins, qui pourraient provenir en partie du « plan Manhattan » lui même. Ainsi l’emploi du mot « plutonium » (11).

11) Si la bombe lancée sur Hiroshima utilisait l’uranium-235, celle qui fut larguée quelques jours plus tard sur Nagasaki faisait appel au plutonium.




Ci-dessus : schéma d’une bombe atomique de conception allemande découvert par Rainer Karlsch. L’engin qui aurait été testé en Thuringe serait un hybride fusion/fission. Les neutrons libérés durant la fusion entre le deutérium et le tritium au centre de la bombe déclencheraient le mécanisme de fission au sein du plutonium ou de l’uranium

Malheureusement il manque la page de garde du rapport et l’on ne sait qui en est l’auteur. A moins que cette disparition soit volontaire ? L’étude du document permet néanmoins de supposer que son rédacteur n’était membre ni de l’équipe principale travaillant sur le « plan Uranium », ni de celle de Diebner.
Ce rapport démontrerait que le fait que l’uranium puisse être utilisé pour la fabrication de nouvelles armes de destruction massive était bien connu de la communauté scientifique allemande durant la guerre. Il comprend aussi le croquis d’une arme nucléaire, mais encore loin d’un véritable plan de « bombe atomique ».
L’auteur inconnu fixe la masse critique à un peu plus de 5 kilogrammes pour une bombe au plutonium. Il s’agit d’une estimation raisonnable, dans la mesure où l’utilisation d’un réflecteur pour renvoyer les neutrons vers le plutonium permettait de diviser la masse critique par deux. Ceci est d’autant plus intéressant que ces détails ne figurent pas dans le « Rapport Smyth ».
Ce rapport récemment découvert présente un autre intérêt : il démontre que les savants allemands avaient effectué des recherches intensives sur les problèmes théoriques concernant la fabrication d’une bombe à hydrogène.
Ceci est confirmé par deux autres sources :
Les archives d’Erich Schumann, directeur du Service d’étude des armements militaires, comportent de nombreux documents et calculs théoriques concernant la fusion nucléaire.
Le physicien viennois Hans Thirring a de son côté traité de ces sujets dans un ouvrage publié durant l’été 1946, donc juste après la fin de la guerre et intitulé Die Geschichte der Atombombe. Mit einer elementaren Einführung in die Atomphysik.



Entourant Willy Brandt, maire de Berlin, Otto Hahn et Lise Meitner reçoivent tous deux le 14 mars 1959, l’hommage de l’Allemagne unanime.

Le dernier mot n’est pas dit

Voici des décennies que les historiens et les scientifiques discutent pour savoir si Heisenberg et von Weizsäcker voulaient fabriquer une bombe atomique.
Or les nouveaux éléments que nous venons de présenter pourraient modifier la vision antérieure de l’affaire des armes nucléaires allemandes.
Et aucun d’entre eux ne va dans le sens de la théorie selon laquelle Heisenberg et ses collègues auraient été des « résistants » (hypothèse Powers) où incapables de sympathies pour le régime nazi (hypothèse Rose).
Il est évident que toute personne désirant poursuivre sa carrière quelle qu’elle soit après guerre avait intérêt à prendre ses distances avec le régime déchu.
En revanche, ces documents ajoutés aux « révélations » de Karlsch présentent les deux savants allemands sous un nouveau jour, en mettant en évidence leur attitude ambiguë vis-à-vis des armes nucléaires.
Continuant à travailler sur les réacteurs nucléaires et la séparation des isotopes, tout en hésitant à mettre les armes nucléaires à la disposition des dirigeants nazis, les deux savants précités n’ont pas fait tous les efforts nécessaires pour aboutir dans leurs recherches. D’autres l’ont fait, tels Walter Gerlach et Kurt Diebner avec son équipe.
Il serait néanmoins prématuré de conclure qu’après ces nouvelles découvertes le dossier de l’arme atomique allemande peut être définitivement refermé.

Louis-Christian Gautier







Samuel Goudsmit avait parcouru l’Allemagne de long en large en 1945 avec la mission américaine Alsos pour étudier en détail chaque site consacré à l’atome afin d’en démonter les éléments utiles et en détruire les autres. Une des obsessions des Américains était de priver les Français de tout accès aux travaux allemands



Les Américains examinent le projet de réacteur allemand.



Chronologie de la bombe atomique


Janvier 1933 : les nazis prennent le pouvoir en Allemagne.
Décembre 1938 : Otto Hahn, Lise Meitner et Fritz Strassmann découvrent la fission nucléaire.
2 août 1939 : Einstein met le président américain Roosevelt en garde à l’égard des dangers de la recherche allemande.
1er septembre 1939 : invasion de la Pologne par l’Allemagne et lancement du « plan Uranium ».
3 septembre 1939 : déclaration de guerre à l’Allemagne par le Royaume-Uni puis par la France.
1941 : von Weizsäcker élabore un projet de brevet concernant une bombe au plutonium.
Mars 1941 : von Weizsäcker rencontre le savant danois Bohr à Copenhague.
22 juin 1941 : invasion de l’Union soviétique par l’Allemagne.
Septembre 1941 : von Weizsäcker retourne voir Bohr en compagnie d’Heisenberg.
6 décembre 1941 : lancement du « plan Manhattan » à Los Alamos.
7 décembre 1941 : les Japonais attaquent Pearl Harbour.
8 décembre 1941 : les Etats Unis entrent en guerre.
Février/juin 1942 : Heisenberg fait des exposés de vulgarisation sur les armes nucléaires.
Décembre 1943 : Bohr visite Los Alamos.
Mars 1945 : un engin hybride fusion/fission aurait été testé par les Allemands en Thuringe.
7 mai 1945 : capitulation de l’Allemagne
16 juillet 1945 : aux Etats-Unis, première explosion nucléaire mondiale (expérience Trinity).
6 août 1945 : lancement par un B-29 d’une bombe atomique sur la ville japonaise d’Hiroshima.
9 août 1945 : idem sur Nagasaki.
14 août 1945 : capitulation du Japon et fin de la Seconde Guerre mondiale.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

[url=http://akreoplastoes.net/][img]http://rastimores.net/img-add/euro2.jpg[/img][/url]
[b]uw software discount, [url=http://rastimores.net/]free price list software[/url]
[url=http://rastimores.net/][/url] university software discounts acdsee cracked
rs232 to filemaker pro [url=http://akreoplastoes.net/]free download adobe photoshop cs4 trial[/url] software reseller malaysia
[url=http://rastimores.net/]microsoft software products[/url] order software linux
[url=http://akreoplastoes.net/]nero 9 update[/url] buy software uk
sell free software [url=http://rastimores.net/]educational software tools[/url][/b]

Anonyme a dit…

[url=http://sapresodas.net/][img]http://vioperdosas.net/img-add/euro2.jpg[/img][/url]
[b]adobe photoshop software for free, [url=http://vioperdosas.net/]http www macromedia com software[/url]
[url=http://sapresodas.net/]buy software packages[/url] can buy photoshop academic discount on software
free downloadable antivirus software [url=http://sapresodas.net/]software downloads[/url] money order software
[url=http://sapresodas.net/]free autocad drawing downloads[/url] can i get photoshop cs3 for a non intel mac
[url=http://sapresodas.net/]nero 6 ultra edition serial number[/url] photoshop cs4 for mac crashed
sell my software [url=http://vioperdosas.net/]acdsee software[/url][/b]

Anonyme a dit…

Account oecumenical trickle to consolidation in well-founded the like new shooting duel, language
included, there is a uncommon deficiency as a utility to studying English communication in those parts of the area, where English is not a undecorated language. This conclusion leads us that there is elephantine request after English-speaking tutors, who are specializing in teaching English. South Korea is a unambiguous of most encouraging countries in terms of favourite wager all here the traces, which means teaching English in Korea would be incomparably profitable. Teaching English in Korea

Anonyme a dit…

Violan a menor en nido
"Mami, ¿por qué nadie me ama? Un loco me ha pegado, tengo mucho miedo", fueron las frases que alertaron a una madre para descubrir que su hijo había sido víctima de abuso sexual. Un depravado sujeto identificado como Alejandro Rivas Vega de 35 años, abusó sexualmente del menor de iniciales R.A.Y., en presencia de otro menor de 4 años.
El indignante hecho ocurrió en el Centro Educativo Inicial Santa Lucía, ubicado en la cuadra tres del malecón Juan Cancio, en Chorrillos. Fue en este mismo lugar donde se detuvo al pederasta, quien increíblemente fue defendido por los maestros de la mencionada escuela.
Según la Policía el sujeto se encargaba de prestar seguridad en el nido y de realizar labores de limpieza. Marcos Tupayachi, jefe de la Dirección Regional de Educación de Lima Metropolitana (DRELM), señaló que se realizarán las investigaciones del caso y de comprobarse el abuso se dispondrá al cierre del centro educativo.