dimanche 14 juin 2009

Obama est-il musulman ?

Il était inévitable que le tournant de la politique américaine à l'égard d'Israël commence à susciter des réactions hostiles à l'égard du président Barack Hussein Obama (BHO) parmi ses concitoyens.

Nous avons longuement évoqué dans le passé les questions soulevées par l'absence d'extrait de naissance complet, révélant le lieu précis de sa mise au monde, et qui semblent pour le moment dormir du sommeil du juste dans la société américaine.

En revanche, le discours prononcé au Caire par BHO destiné aux musulmans du monde non seulement contient des erreurs historiques monumentales comme, par exemple associer l'islam en Espagne à la tolérance et le christianisme à l'Inquisition, mais l'usage d'un vocabulaire islamique permet à quelques commentateurs de s'interroger sur la véritable identité religieuse de BHO.

Dans un article publié ce matin par Frank J. Gaffney Jr. président du Center for Security Policy dans les colonnes du Washington Times, l'auteur fait une analyse fine de cette allocution et aboutit à des conclusions qui méritent d'être méditées.

l'auteur aurait pu insister davantage sur l'absence de traces de baptême dans l'itinéraire vers le christianisme de BHO. Un musulman (comme il l'était comme fils de musulman ayant été élevé dans un pays musulman) ne peut devenir chrétien par un coup de baguette magique. Il doit être baptisé.


America's first Muslim president?

Obama aligns with the policies of Shariah-adherents


During his White House years, William Jefferson Clinton -- someone Judge Sonia Sotomayor might call a "white male" -- was dubbed "America's first black president" by a black admirer. Applying the standard of identity politics and pandering to a special interest that earned Mr. Clinton that distinction, Barack Hussein Obama would have to be considered America's first Muslim president.

This is not to say, necessarily, that Mr. Obama actually is a Muslim any more than Mr. Clinton actually is black. After his five months in office, and most especially after his just-concluded visit to Saudi Arabia and Egypt, however, a stunning conclusion seems increasingly plausible: The man now happy to have his Islamic-rooted middle name featured prominently has engaged in the most consequential bait-and-switch since Adolf Hitler duped Neville Chamberlain over Czechoslovakia at Munich.

What little we know about Mr. Obama's youth certainly suggests that he not only had a Kenyan father who was Muslim, but spent his early, formative years as one in Indonesia. As the president likes to say, "much has been made" -- in this case by him and his campaign handlers -- of the fact that he became a Christian as an adult in Chicago, under the now-notorious Pastor Jeremiah A. Wright.

With Mr. Obama's unbelievably ballyhooed address in Cairo Thursday to what he calls "the Muslim world" (hereafter known as "the Speech"), there is mounting evidence that the president not only identifies with Muslims, but actually may still be one himself. Consider the following indicators:

• Mr. Obama referred four times in his speech to "the Holy Koran." Non-Muslims -- even pandering ones -- generally don't use that Islamic formulation.

• Mr. Obama established his firsthand knowledge of Islam (albeit without mentioning his reported upbringing in the faith) with the statement, "I have known Islam on three continents before coming to the region where it was first revealed." Again, "revealed" is a depiction Muslims use to reflect their conviction that the Koran is the word of God, as dictated to Muhammad.

• Then the president made a statement no believing Christian -- certainly not one versed, as he professes to be, in the ways of Islam -- would ever make. In the context of what he euphemistically called the "situation between Israelis, Palestinians and Arabs," Mr. Obama said he looked forward to the day ". . . when Jerusalem is a secure and lasting home for Jews and Christians and Muslims, and a place for all of the children of Abraham to mingle peacefully together as in the story of Isra, when Moses, Jesus and Muhammad (peace be upon them) joined in prayer."

Now, the term "peace be upon them" is invoked by Muslims as a way of blessing deceased holy men. According to Islam, that is what all three were - dead prophets. Of course, for Christians, Jesus is the living and immortal Son of God.

In the final analysis, it may be beside the point whether Mr. Obama actually is a Muslim. In the Speech and elsewhere, he has aligned himself with adherents to what authoritative Islam calls Shariah -- notably, the dangerous global movement known as the Muslim Brotherhood -- to a degree that makes Mr. Clinton's fabled affinity for blacks pale by comparison.

For example, Mr. Obama has -- from literally his inaugural address onward -- inflated the numbers and, in that way and others, exaggerated the contemporary and historical importance of Muslim-Americans in the United States. In the Speech, he used the Brotherhood's estimates of "nearly 7 million Muslims" in this country, at least twice the estimates from other, more reputable sources. (Who knows? By the time Mr. Obama's friends in the radical Association of Community Organizers for Reform Now (ACORN) perpetrate their trademark books-cooking as deputy 2010 census takers, the official count may well claim considerably morethan 7 million Muslims are living here.)

Even more troubling were the commitments the president made in Cairo to promote Islam in America. For instance, he declared: "I consider it part of my responsibility as president of the United States to fight against negative stereotypes of Islam wherever they appear." He vowed to ensure that women can cover their heads, including, presumably, when having their photographs taken for passports, driver's licenses or other identification purposes. He also pledged to enable Muslims to engage in zakat, their faith's requirement for tithing, even though four of the eight types of charity called for by Shariah can be associated with terrorism. Not surprisingly, a number of Islamic "charities" in this country have been convicted of providing material support for terrorism.

Particularly worrying is the realignment Mr. Obama has announced in U.S. policy toward Israel. While he pays lip service to the "unbreakable" bond between America and the Jewish state, the president has unmistakably signaled that he intends to compel the Israelis to make territorial and other strategic concessions to Palestinians to achieve the hallowed two-state solution. In doing so, he ignores the inconvenient fact that both the Brotherhood's Hamas and Abu Mazen's Fatah remain determined to achieve a one-state solution, whereby the Jews will be driven "into the sea."

Whether Mr. Obama actually is a Muslim or simply plays one in the presidency may, in the end, be irrelevant. What is alarming is that in aligning himself and his policies with those of Shariah-adherents such as the Muslim Brotherhood, the president will greatly intensify the already enormous pressure on peaceful, tolerant American Muslims to submit to such forces - and heighten expectations, here and abroad, that the rest of us will do so as well.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Watch and read mohammed T-shirt art from Sweden at,
http://www.mohammedt-shirt.com
Please don`t translate read in English.

Balbino Katz a dit…

Pas toujours d'un excellent goût. Pour amateurs avertis seulement.

Maner a dit…

Juste une chose à dire. C'est stupide en plus d'être une perte de temps de n'avoir rien d'autre à faire que ramner ce sujet sur une supposé appartenance à l'Islam d'Obama. C'est très CON.
Vous êtes de sa famille non ? et si l'était, ça vous dérange ? et puis encore, est-ce pour autant qu'il ne sera pas là pour défendre d'abord et avant tout les intérêts des USA ?

God, get a life !

Anonyme a dit…

Je vous prie de m'excuser, mais je ne partage pas votre avis. Je ne suis pas de sa famille, les Dieux m'en préservent, et je ne trouve pas cela si « con», pour reprendre votre terme, de s'interroger sur l'identité religieuse d'un chef d'Etat comme BHO. Je ne conteste pas que sa principale fonction est de défendre les intérêts des Etats-Unis (USA) et c'est là toute la question. Qu'entend-il par là ? Les intérêts des Etats-Unis compris par BHO sont-ils les mêmes que ceux de Bush junior ? J'en doute et il suffit de lire la presse israélienne pour comprendre que je ne suis pas le seul à m'intéresser à cette question et à ne pas trouver « con » d'y consacrer quelques instants de réflexion.

JM a dit…

s'il n'est pas baptisé, c'est parce que être baptisé est pour un musulman devenir un "renégat", que les imams ne rigolent pas avec ça, et que la punition est en principe la mort...

le lobby "de Wall Street" qui l'a mis en place le sait parfaitement, et peut le faire sauter quand il veut; cet article du Washington Post (qui pendant la campagne aurait été décrié comme un article "réactionnaire") sonne donc comme une menace à l'acteur qui semble dépasser les limites de son rôle...

Balbino Katz a dit…

Franchement, je crois plutôt que BHO a agi par pur opportunisme politique. On peut trouver beaucoup d'explications à cette absence de baptême chrétien au sens le plus traditionnel du terme. La plus probableme me semble être le peu d'intérêt de son église afro-ritualiste pour les questions dogmatiques et théologiques. Le pasteur Wright me paraît davantage porté sur la diatribe racialiste que sur l'exégèse des pères de l'Eglise. En devenant membre en 1996 de cette église africaine en plein Chicago, le jeune BHO s'est acheté à la fois une conduite et une clientèle.

Dans cet article de Newsweek, le plus obamaniaque des médias américains, on trouve la mention d'un baptême en 1990 :
http://www.newsweek.com/id/145971/page/1
mais sans plus de détails. Nous n'avons de photographie, ce qui est étonnant pour un moment aussi solennel dans la vie d'un chrétien.

Quoi qu'il en soit, BHO se croit sans aucun doute sincèrement chrétien. Mais il ne l'est peut-être pas formellement. Ce n'est important que pour son salut.

En revanche, ce manque de solides convictions évangélique comme celles d'un Bush junior, l'empreinte d'une culture musulmane même éphémère, auront des conséquences imprévisibles sur la future politique étrangère américaine.

Il lui sera tout à la fois difficile d'accorder un statut de nation spirituellement privilégiée à l'Etat juif et il lui sera impossible de diaboliser un ennemi d'Israël par le simple fait qu'il s'agit d'un Etat musulman.

En soutenant de toutes ses forces l'élection de BHO, la communauté juive américaine a probablement satisfait son traditonnel penchant à gauche, mais elle a porté un coup sur les intérêts à long terme d'Israël dont on ne peut prévoir pour le moment la gravité.

Anonyme a dit…

Je ne sais pas si Obama est un cheval de Troie de l'islam pratiquant la Taqiyya, il faut d'abord juger sur pièces, c'est seulement au terme de son mandat de quatre ans que nous saurons :
Si le nombre de musulmans a par exemple crû artificiellement et considérablement sur le sol américain.
Si la dynamique des attentats et du prosélytisme ainsi que celle des intimidations (manifestations , offuscations permanentes à tous propos des foules musulmanes) baissent ou non.
Si un changement sensible vers plus de liberté est observable ou non dans les pays de la Oumma, qu'ils soient sunnites ou chi'ites.

Je ne lui fais pas vraiment confiance , mais cela n'est en rien lié à ses origines musulmanes (une autre ex-musulmane, Madame Hirsi Ali ou encore Madame Wafa Sultan , ou encore un Magdi Allam tiennent des propos autrement plus critiques sur l'islam et sont issus de cette culture), mais plutôt à la politique qu'il entend conduire (apaisement ou fermeté?).
Il pourrait être blanc ou de n'importe quelle couleur , catholique , orthodoxe ou protestant, s'il est faible ce sera du pareil au-même s'il se met à faire des concessions et s'abstenir de toute critique justifiée.
La conversion et la foi ne sont pas tout, c'est la force de conviction qui est également importante: Churchill ou Chamberlain, au choix.

Balbino Katz a dit…

Juste un mot sur Chamberlain et Churchill. La force de conviction n'a rien à voir avec le cas de ces deux hommes.

Chamberlain n'avait pas des comptes personnels à régler avec l'histoire ou la postérité. Il conduisait une guerre dans laquelle il n'avait qu'un seul véritable allié, la France.

Churchill quant à lui a plongé son pays dans une guerre totale en pariant que les Etats-Unis viendraient à son secours.

Que se serait-il passé si les Japonais n'avaient pas attaqué à pearl Harbour ?

Il est alors fort probable que le Royaume-Uni n'aurait pas eu d'autre issue que d'accepter une paix de compromis.

A posteriori on tresse des lauriers à Churchill et on blâme Chamberlain.

C'est d'autant plus facile que l'on connaît les crimes du national-socialisme et que les Etats-Unis sont entrés en guerre.

Enfin, n'oublions pas que les choix de Churchill ont eu peut-être une conséquence tragique : le génocide des Juifs. Sans la poursuite de la guerre, il est possible que le régime hitlérien n'aurait pas mis en route son programme génocidaire au profit d'une expulsion massive des Juifs de l'Europe occupée vers un autre territoire.

En ce qui me concerne, j'aurais préféré un arrêt des hostilités pendant l'été 1940 pour laisser le temps aux Juifs de quitter les territoires sous occupation hitlérienne quitte à reprendre la guerre plus tard avec l'aide des Etats-Unis et de l'Union soviétique.