lundi 23 mars 2009

France Inter et le pape : pan sur le bec !

Dans le Le Grand Journal de Fabrice Drouelle, diffusé à 8 h par France Inter, le journaliste a révélé un esprit partisan en contradiction flagrante avec l'éthique de la profession.

Fabrice Drouelle a ouvert son journal bar un bilan du voyage du pape en Afrique pour lequel il n'a retenu que ses propos sur l'usage du préservatif et sur la mort malheureuse de deux jeunes dans une bousculade.

Il n'a pas manqué de raconter les affrontements entre de jeunes catholiques et des militants homosexuels, verts et communistes, venus manifester à la sortie de al messe à Notre-Dame. Bien sûr, il a été question de militants d'extrême droite venus régler leur compte aux braves défenseurs de l'humanité souffrante. On se demande à quel groupuscule pouvaient-ils bien appartenir ces extrémistes, sortis de la messe et chantant des cantiques en latin comme le précise Rémi Guerber, secrétaire fédéral des Jeunes Verts.

Si le journaliste de France Inter avait un peu travaillé son sujet au lieu d'être aveuglé par ses préjugés, il aurait appris qu'il s'agissait en grande majorité tout simplement de jeunes catholiques mobilisés par le site de convivialité Facebook.

Voici leur version des faits :


Lundi 23 mars 2009 - Provocations et castagne à Notre-Dame : ce qui s'est réellement passé…
par Frigide Barjot, interviewée ce matin à 6h30 sur RMC
Suite aux provocations des militants du PCF et d'Act-Up de ce dimanche à la sortie de la messe de Notre-Dame de Paris , ( distribution de préservatifs aux catholiques pour les uns et insultes « Benoit XVI = assassin ! » pour les autres), le groupe
«Touche pas à mon Pape ! », cité à charge dans plusieurs reportages, et le manifeste associé
«Benoit j'ai confiance en toi ! », tiennent à préciser publiquement :
• Nous dénonçons les amalgames faits par les « autorités » (sic) et les medias sur les participants catholiques à la manifestation, en rappelant le s faits suivants :
"Il faut distinguer deux groupes de contre-manifestants à deux moments différents : vers 11h30, une quinzaine de militants d’extrême-droite, aisément reconnaissables à leur « uniforme treillis-rangers-et-boule-à-zéro », sont venus en découdre avec le PCF ont déclenché des échauffourées. Ces individus n’ont RIEN à voir avec nos représentants pacifiques de TOUCHE PAS A MON PAPE.
A part, se tenaient, nos jeunes catholiques au look (cravaté et/ou néo-baba) plus conventionnel; contrairement à ce que dit la presse, ils ne portaient aucune pancarte, mais de jolis autocollants-main jaune et blanc sur le cœur. Ils ont cherché à calmer les réactions exaspérées de certains par la récitation de chapelets et de cantiques, ou de slogans : « Benoît, on t’aime !»
Puis, vers 12h30, à la sortie de la messe, les manifestant d’Act Up sont venus faire un « dying » et se coucher devant les grilles de Notre Dame, sous l’œil maintenant habitué du Chanoine de Notre Dame. C’est à ce moment-là que certains des nôtres, exaspérés par les insultes intolérables envers leur Pape « Benoit XVI assassin », « le préservatif c’est la vie », ont voulu soutiré les tracts accusateurs des objectifs de télé et ont lancé quelques œufs pourris sur les manifestants couchés d’Act Up.
Ayant ainsi maladroitement répondu aux provocations anticatholiques, les inconscients ont été rapidement et sans ménagement « maîtrisés » et embarqués par la police, sous les « Christus vincit, Christus regnat » ("Christ vaincra, Christ régnera", hymne catholique conciliaire) de leur coreligionnaires"
• Nous dénonçons toute forme de violence, verbale ou physique à l’encontre des chrétiens fidèles au Christ et au magistère de l’Eglise, surtout lorsque ces violences s’exercent volontairement sur nos lieux de culte.
• Nous dénonçons aussi toutes celles éventuellement commises, à force d’exaspération, envers les provocateurs ou opposants à la Foi chrétienne.
• Nous tenons à rappeler que les catholiques s’abstiennent des provocations inverses : imagine-t-on seulement un chrétien distribuant des chapelets à la Gay Pride ou à la sortie de boîtes échangistes, au cris de « Pierre Bergé assassin » ?
• Nous encoureageons et apportons notre soutien à tous les catholiques sincères qui veulent, comme Jésus et Saint-Paul les y invitent, témoigner de leur fidélité au Christ et annoncer son message « à temps et à contretemps ». C’est notamment le cas quand l’Eglise, emmenée avec conviction et chaleur par le Saint-Père Benoît XVI, veut attester depuis le continent Africain, abandonné des pays développés, de l’Evangile de la Vie et de l’Amour.
• Face à un monde autiste enfermé dans sa bonne-conscience technique et humanitaire, qui ne veut pas entendre un autre et véritable message d’amour pleinement libre, responsable et humanisé, "Touche Pas A Mon Pape et "Benoît j'ai confiance en toi!" invitent les catholiques à rester unis et nombreux derrière leur Eglise et leur Pape, dans la prière, le pardon et courage de leur foi en Jésus-Christ, qui nous sauvera tous par sa Résurrection »
Aleluia !
video

Fabrice Drouelle a poursuivi en détaillant les résultats d'un sondage de l'IFOP auprès de personnes se disant catholiques qui souhaiteraient massivement un départ du pape.

Rien que cela !

Les micros trottoirs ont interrogé des catholiques hostiles au pape et ils ont fait appel aux commentaires éclairés de Christian Terras, l'inamovible patron de la revue Golias, connue pour ses attaques tous azimuts contre l'Eglise.

Pas un mot sur le contexte dans lequel le pape a prononcé ses propos sur le préservatif, pas un entretien avec une ecclésiastique pour défendre le point de vue de l'Eglise.

Pourtant, il y aurait beaucoup à dire sur le préservatif et le sida. Certes, dans les pays développés il contribue à réduire la vitesse de propagation du sida dans les milieux à forte promiscuité.

En revanche, il n'est pas aussi évident que son rôle soit aussi positif que ne l'affirment les professionnels d'Act Up ou des organisations humanitaires pour lesquelles la lutte contre le sida par des moyens uniquement mécaniques constitue un gros business.

Le rôle de ces ONG est dénoncé par les scientifiques qui luttent tous les jours contre le sida, comme par exemple David Baker, professeur d'éducation et de sociologie à l'université de Penn State lequel affirme que la meilleure arme pour ralentir la propagation du sida est l'éducation.

En cela, il ne diffère guère des propos du pape quand on prend la peine de les lire en son entier. Les lire sur le site de l'agence Zenit


Voici la question du journaliste et la réponse de Benoît XVI, dans son contexte.

Question - Votre Sainteté, parmi les nombreux maux qui affligent l'Afrique, il y a également en particulier celui de la diffusion du sida. La position de l'Eglise catholique sur la façon de lutter contre celui-ci est souvent considérée comme n'étant pas réaliste et efficace. Affronterez-vous ce thème au cours du voyage ?

Benoît XVI - Je dirais le contraire : je pense que la réalité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lutte contre le sida est précisément l'Eglise catholique, avec ses mouvements, avec ses différentes réalités. Je pense à la Communauté de Sant'Egidio qui accomplit tant, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, aux Camilliens, à toutes les religieuses qui sont à la disposition des malades... Je dirais qu'on ne peut pas surmonter ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. Si on n'y met pas l'âme, si on n'aide pas les Africains, on ne peut pas résoudre ce fléau par la distribution de préservatifs : au contraire, le risque est d'augmenter le problème. La solution ne peut se trouver que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c'est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui apporte avec soi une nouvelle manière de se comporter l'un avec l'autre, et le deuxième, une véritable amitié également et surtout pour les personnes qui souffrent, la disponibilité, même au prix de sacrifices, de renoncements personnels, à être proches de ceux qui souffrent. Tels sont les facteurs qui aident et qui conduisent à des progrès visibles. Je dirais donc cette double force de renouveler l'homme intérieurement, de donner une force spirituelle et humaine pour un juste comportement à l'égard de son propre corps et de celui de l'autre, et cette capacité de souffrir avec ceux qui souffrent, de rester présents dans les situations d'épreuve. Il me semble que c'est la juste réponse, et c'est ce que fait l'Eglise, offrant ainsi une contribution très grande et importante. Nous remercions tous ceux qui le font.


2 commentaires:

Kebel-touseg a dit…

Forcément, dès qu'on a l'information complète, c'est plus facile de se forger une opinion sur la question !
Je ne cesserais jamais d'admirer ce talent, un don peut-être, qu'on les journalistes qui arrivent à sortir des propos de leur contexte, à les commenter de manière à les diaboliser. Les gens passifs qui se contentent de l'information tout droit sortie de leur poste de télévision sans chercher à la vérifier ni à écouter le point de vue opposé ont aussi à blâmer.
Nous vivons dans une société de consommateurs...

Kebel-touseg a dit…

Forcément, dès qu'on a l'information complète, c'est plus facile de se forger une opinion sur la question !
Je ne cesserais jamais d'admirer ce talent, un don peut-être, qu'on les journalistes qui arrivent à sortir des propos de leur contexte, à les commenter de manière à les diaboliser. Les gens passifs qui se contentent de l'information tout droit sortie de leur poste de télévision sans chercher à la vérifier ni à écouter le point de vue opposé ont aussi à blâmer.
Nous vivons dans une société de consommateurs...