dimanche 30 décembre 2007

Le New York Times s'étonne

Une vision de l'événement par Emiliano Ponzi.

Dans les colonnes du New York Times de ce matin, Eric Foner (professeur d'histoire à l'université de Columbia), s'étonne du manque de résonance publique du 200e anniversaire de l'interdiction de l'importation d'esclaves noirs aux Etats-Unis.

Pourtant, cette décision a largement contribué à réduire la part de la population noire dans le total de la population de la jeune république. A titre de contre-exemple, les Noirs sont devenus majoritaires à Cuba vers 1840 grâce à l'importation massive d'esclaves pour nourrir les plantations de sucre, culture industrielle mise à la mode par les Français venus de Saint-Domingue.

Il est probable que le manque de publicité s'explique par le fait que cette commémoration rappellerait trop que ce sont les Européens qui sont à l'origine de la fin de la traite puis de la fin de l'esclavage, alors que les autres civilisations esclavagistes comme l'islam ne l'ont toujours pas fait deux siècles après.

Forgotten Step Toward Freedom


WE Americans live in a society awash in historical celebrations. The last few years have witnessed commemorations of the bicentennial of the Louisiana Purchase (2003) and the 50th anniversary of the end of World War II (2005). Looming on the horizon are the bicentennial of Abraham Lincoln’s birth (2009) and the sesquicentennial of the outbreak of the Civil War (2011). But one significant milestone has gone strangely unnoticed: the 200th anniversary of Jan. 1, 1808, when the importation of slaves into the United States was prohibited.

This neglect stands in striking contrast to the many scholarly and public events in Britain that marked the 2007 bicentennial of that country’s banning of the slave trade. There were historical conferences, museum exhibits, even a high-budget film, “Amazing Grace,” about William Wilberforce, the leader of the parliamentary crusade that resulted in abolition.

What explains this divergence? Throughout the 1780s, the horrors of the Middle Passage were widely publicized on both sides of the Atlantic and by 1792 the British Parliament stood on the verge of banning the trade. But when war broke out with revolutionary France, the idea was shelved. Final prohibition came in 1807 and it proved a major step toward the abolition of slavery in the empire.

The British campaign against the African slave trade not only launched the modern concern for human rights as an international principle, but today offers a usable past for a society increasingly aware of its multiracial character. It remains a historic chapter of which Britons of all origins can be proud.

In the United States, however, slavery not only survived the end of the African trade but embarked on an era of unprecedented expansion. Americans have had to look elsewhere for memories that ameliorate our racial discontents, which helps explain our recent focus on the 19th-century Underground Railroad as an example (widely commemorated and often exaggerated) of blacks and whites working together in a common cause.

Nonetheless, the abolition of the slave trade to the United States is well worth remembering. Only a small fraction (perhaps 5 percent) of the estimated 11 million Africans brought to the New World in the four centuries of the slave trade were destined for the area that became the United States. But in the Colonial era, Southern planters regularly purchased imported slaves, and merchants in New York and New England profited handsomely from the trade.

The American Revolution threw the slave trade and slavery itself into crisis. In the run-up to war, Congress banned the importation of slaves as part of a broader nonimportation policy. During the War of Independence, tens of thousands of slaves escaped to British lines. Many accompanied the British out of the country when peace arrived.

Inspired by the ideals of the Revolution, most of the newly independent American states banned the slave trade. But importation resumed to South Carolina and Georgia, which had been occupied by the British during the war and lost the largest number of slaves.

The slave trade was a major source of disagreement at the Constitutional Convention of 1787. South Carolina’s delegates were determined to protect slavery, and they had a powerful impact on the final document. They originated the three-fifths clause (giving the South extra representation in Congress by counting part of its slave population) and threatened disunion if the slave trade were banned, as other states demanded.

The result was a compromise barring Congress from prohibiting the importation of slaves until 1808. Some Anti-Federalists, as opponents of ratification were called, cited the slave trade clause as a reason why the Constitution should be rejected, claiming it brought shame upon the new nation.

The outbreak of the slave revolution in Haiti in the early 1790s sent shock waves of fear throughout the American South and led to new state laws barring the importation of slaves. But in 1803, as cotton cultivation spread, South Carolina reopened the trade. The Legislature of the newly acquired Louisiana Territory also allowed the importation of slaves. From 1803 to 1808, between 75,000 and 100,000 Africans entered the United States.

By this time, the international slave trade was widely recognized as a crime against humanity. In 1807, Congress prohibited the importation of slaves from abroad, to take effect the next New Year’s Day, the first date allowed by the Constitution.

For years thereafter, free African-Americans celebrated Jan. 1 as an alternative to July 4, when, in their view, patriotic orators hypocritically proclaimed the slave-owning United States a land of liberty.

It is easy to understand, however, why the trade’s abolition appears so anticlimactic. Banning American participation in the slave trade did not end the shipment of Africans to the Western Hemisphere. Some three million more slaves were brought to Brazil and Spanish America before the trade finally ended. With Southerners dominating the federal government for most of the period before the Civil War, enforcement was lax and the smuggling of slaves into the United States continued.

Those who hoped that ending American participation in the slave trade would weaken or destroy slavery were acutely disappointed. In the United States, unlike the West Indies, the slave population grew by natural increase. This was not because American owners were especially humane, but because most of the South lies outside the tropical environment where diseases like yellow fever and malaria exacted a huge toll on whites and blacks alike.

As slavery expanded into the Deep South, a flourishing internal slave trade replaced importation from Africa. Between 1808 and 1860, the economies of older states like Virginia came increasingly to rely on the sale of slaves to the cotton fields of Alabama, Mississippi and Louisiana. But demand far outstripped supply, and the price of slaves rose inexorably, placing ownership outside the reach of poorer Southerners.

Let us imagine that the African slave trade had continued in a legal and open manner well into the 19th century. It is plausible to assume that hundreds of thousands if not millions of Africans would have been brought into the country.

This most likely would have resulted in the “democratization” of slavery as prices fell and more and more whites could afford to purchase slaves, along with a further increase in Southern political power thanks to the Constitution’s three-fifths clause. These were the very reasons advanced by South Carolina’s political leaders when they tried, unsuccessfully, to reopen the African slave trade in the 1850s.

More slaves would also have meant heightened fear of revolt and ever more stringent controls on the slave population. It would have reinforced Southerners’ demands to annex to the United States areas suitable for plantation slavery in the Caribbean and Central America. Had the importation of slaves continued unchecked, the United States could well have become the hemispheric slave-based empire of which many Southerners dreamed.

Jan. 1, 1808, is worth commemorating not only for what it directly accomplished, but for helping to save the United States from a history even more terrible than the Civil War that eventually rid our country of slavery.

L'incroyable Chavez


Des ambitions impériales. Sacrifices humains en moins ?


Un journaliste espagnol, Pedro Fernandez Barbadillo, vient de lever un beau livre : les ambitions impériales de Hugo Chavez, le Bokassa de l'Orénoque. Le vibrionnant président vénézuélien s'entête à prouver qu'il est le descendant, pas moins, du dernier empereur aztèque, Moctezuma II.

Le bloggeur s'interroge : Chavez va-t-il un jour se faire appeler : Sa majesté impériale Hugo Ier de Moctezuma, président à vie de la république du Venezuela, guide de la révolution bolivarienne, premier citoyen, indigène de souche et généralissime des armées nationales ?

Pour asseoir cette ambition, l’indigène en chef de Caracas a envoyé des enquêteurs au Mexique et interrogé l’ambassade d’Espagne. On retrouvé plus de détails sur cette surréaliste expédition dans le bulletin de généalogie et d’héraldique de Madrid, dirigé par un français ancien haut fonctionnaire de l’Unesco : Yves de la Goublaye de Ménorval

« Le président Chavez a trouvé parmi ses ancêtres un François Moctezuma qu’il suppose parent de l’avant-dernier empereur aztèque. Peu lui importe que pour parvenir à s’accrocher à cet illustre ancêtre il ait dû passer par cinq unions illégitimes. Peu importe également qu’il existait un François de Moctezuma, cacique principal d’un village de la Nouvelle Espagne et de la lignée de l’empereur, dont nous possédons une trace dans les archives près de quatre-vingt ans avant l’ancêtre supposé du président Chavez.

L'empereur Moctezuma assis sur son trône.

On si on consulte les généalogistes, on découvre que le sang de l’empereur Moctezuma coule toujours dans des veines… européennes.

En effet, il est peu connu des Français que l’héritier de la dynastie est depuis 1991 Juan Jose Marcilla de Teruel Moctezuma y Jimenez, Ve Duque de Moctezuma et Grand d’Espagne, descendant d’un fils de l’empereur.

Qaunt à la fille de l’empereur, baptisée catholique sous le prénom d’Isabelle, elle s’est mariée en 1532 avec Juan Cano de Saavedra donnant naissance à une belle lignée dont le chef actuel est le duc d’Abrantès.

Parmi les très nombreux descendants de l’empereur Moctezuma on retrouve des noms bien connus de l’aristocratie française. Un exemple méconnu de métissage dont Libération ne nous rabat pas les oreilles. Dans leur cas, le sang bleu s’est teint de brun.

samedi 29 décembre 2007

Faut-il régler son compte à Mai-68 ?

Daniel Cohn-Bendit, les plus beaux restes de Mai-68 ?

Un auditeur bordelais de Radio-France, Bernard Dugué, vient de publier un intéressant compte-rendu du débat orchestré par Alain Finkielkraut sur France-Culture entre Henri Guaino et Daniel Cohn-Bendit. Ayant moi-même écouté cet entretien, je laisse la parole à Bernard Dugué dont je partage les impressions d'auditeur.

Le compte-rendu commence ainsi :

Il est parfois des moments où le sens des événements se livre avec clarté. Ce fut le cas lors de cette rencontre qui était inéluctable et qu’on attendait avec impatience. Ce samedi 22 décembre, Henri Guaino et Daniel Cohn-Bendit ont été invités dans l’émission d’Alain Finkielkraut pour faire le point sur une page de l’Histoire commencée un 22 mars en 1968. On ne présente plus les invités, le premier, parolier du président Sarkozy et le second, porte-parole et témoins des événements de Mai-68 dont on va célébrer avec passion, enfin, c’est moins sûr, le quarantième anniversaire.


Lire la suite sur Agora Vox.


Henri Guaino, le porte-drapeau de la présidence.


Sur Agora Vox, Bernard Dugué se présente ainsi :
Scientifique, philosophe, écrit vain. Ce que j’ai fait et sais faire : enseigner (niveau universitaire), chercher, analyser, synthétiser, écrire ; accessoirement, radio libre et animation café philo. Domaines du savoir maîtrisés correctement ou plus : sciences physiques, chimie, biochimie, sciences du vivant, neurosciences, sciences cognitives, systémique, épistémologie, psychologie, philosophie, sociologie, histoire, théologie. En quête d’un emploi, étudie propositions Diplômes Ingénieur de l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, 1980 Doctorat de Pharmacologie, (...)
Bernard Dugué possède un site web fort intéressant à explorer.

Toqués de l'Avé


Il est peu de chants plus chargés d'émotion que les différentes mises en musique de la célèbre prière catholique Ave Maria.

Ave Maria, gratia plena
Dominus tecum
Benedicta tu in mulieribus ;
Et benedictus fructus ventris tui, Jesus !
Sancta Maria, Mater Dei,
Ora pro nobis, peccatoribus,
Nunc, et in ora mortis nostræ.

Amen
Un groupe de catholiques américains a mis en ligne une page web TheAveMaria.org qui émet en boucle les plus belles interprétations de cette prière. D'Alfredo Kraus à Pavarotti, en passant par Lara Fabian, une palette étonnante d'artistes qui ont mis leur voix au service de la Mater Dei. Il est possible de l'écouter aussi sur son gestionnaire de musique préféré comme iTunes.

La mort d’une république inviable

Le journal officiel du royaume d'Espagne a publié la très controversée loi intitulée « de la mémoire historique ». Paradoxalement, c'est la gauche espagnole qui est la victime d'un étrange phénomène d'amnésie comme le démontre le récent ouvrage ¿Por qué fracaso la II Republica ? Historia documentada de sus errores (Altera, 2007) de l'auteur espagnol José Antonio Navarro Gisbert.

Une manifestation organisée par l'association des victimes du terrorisme.


Dans les rues de Madrid, il est un moyen infaillible d’identifier la couleur politique d’un défilé politique. Les manifestants de droite arborent en grand nombre des drapeaux espagnols sang et or. Leurs homologues de gauche agitent des drapeaux de Cuba, du Vénézuéla de Chavez, da la Catalogne ou du Pays basque. En revanche, pas un seul drapeau espagnol à l’horizon en dehors de quelques drapeaux républicains.

Une manifestation socialiste.

Ce refus du sang et or n’est pas le résultat d’une consigne officielle mais plutôt le révélateur d’un état d’esprit.

La gauche espagnole a du mal à digérer son passé. Sa responsabilité écrasante dans le déclenchement de la guerre civile lui pèse, mais lui pèse encore davantage d’avoir déclenché à dessein une guerre et de l’avoir perdue. Amenant avec la défaite l’avènement d’un régime autoritaire qui l’a exclue des prébendes du pouvoir durant plus de quarante ans.
La gauche adore se pencher ad nauseam sur l'histoire des fascismes pour tirer des arguments utiles à son combat politique. Voilà pourquoi on trouve des bibliographies interminables sur l'Espagne de Franco et la guerre civile. En revanche, on cherche en vain une histoire de la Seconde République espagnole, ce régime délétère qui, de 1931 à 1939, conduisit le pays à la tragédie de la guerre civile. Cette réticence des historiens est bien compréhensible : ils seraient obligés de révéler une réalité en complète contradiction avec le mythe complaisamment entretenu par la gauche.

Une manifestation sans représentants du PSOE (parti socialiste espagnol).

Or ce mythe se porte bien. En avril 2006, à la tribune du parlement espagnol, le premier ministre Zapatero dressait un panégyrique de la République. Un peu plus tard, dans un colloque international organisé à Madrid, des intellectuels à la mode ont paré ce régime de toutes les vertus et accablé ces misérables militaires rebelles qui, en se soulevant, ont réduit à néant l'espérance de liberté de tout un peuple. C'est très beau, mais c'est faux.

Il est frappant de constater à quel point les universitaires et intellectuels de gauche ne s'intéressent aux faits que dans la mesure où ils confortent leurs schémas de pensée. Or, il suffit de lire les souvenirs des hommes politiques de gauche et de compulser les collections des journaux d'alors pour prendre conscience de la nature perverse de cette république, un sinistre régime de partis dans un pays sans état.

Face au refus des historiens de métier de s'intéresser à ces années tragiques de l'histoire de l'Espagne, les éditions Altera ont publié le gros volume écrit par un journaliste féru d'histoire et résolu à comprendre les raisons de l’échec de cette République promise au plus bel des avenirs.

En 1931, l’instauration de la république fut saluée avec enthousiasme dans une Europe qui semblait promise aux totalitarismes rouge et brun. Pourtant, à peine cinq ans plus tard, l’Espagne attirait à nouveau l’attention du monde, mais cette fois en se signalant comme le seul régime partlementaire qui s’est décomposé de l’intérieur et qui a débouché dans une cruelle guerre civile.

Cette rapide décomposition demeure mystérieuse car peu d’historiens cherchent à en comprendre les mécanismes.Cette réticence se comprend mieux quand on découvre au fil des pages de ce fort volume, bien rédigé et exhaustif, à quel point les forces de la gauche ont tout fait pour le détruire de l’intérieur.

Paradoxalement, la monarchie est morte d'une victoire électorale. Remportant la majorité des voix aux élections municipales, les partis monarchiques avaient néanmoins perdu les grands centres urbains. Effrayé par la menace des partis marxistes da gagner par l’émeute les élections qu’ils avaient perdues dans les urnes, le roi s'enfuit en abandonnant sa famille dans un palais déserté.Après des mois de bourrage de crâne républicain par les intellectuels comme Ortega y Gasset, Marañon ou Perez de Ayala qui voulaient faire de l’Espagne une démocratie libérale, personne ne descend dans la rue pour défendre Alphonse XIII. La république gagne par abandon de son adversaire.

Un mois plus tard, les partis de gauche donnaient l'ordre à leurs militants de commencer à incendier les églises dans le but de créer une stratégie de tension à même de favoriser une révolution marxiste. Cette stratégie délibérée allait connaître un premier épisode sanglant quand en 1934, le Parti socialiste, plus enragé et plus révolutionnaire que le Parti communiste, déclenchait un soulèvement ouvrier dans les Asturies, noyée dans le sang par l'armée sous les ordres du général Franco (dont un des officiers n'était autre que le grand-père du premier ministre Zapatero).

La gauche voit dans l'instauration du régime républicain le moyen d'engager le processus révolutionnaire qui va conduire à faire de l'Espagne une république socialiste sur un modèle soviétique. L'incendie des églises et des couvents qui commence à peine un mois après la proclamation de la République n'est au yeux des chefs socialistes qu'une mise en bouche pour mettre en appétit les masses populaires et effrayer les possédants

L'amésie historique n'est pas où l'on croit.


Le tournant de février 1936

Cruel paradoxe de l'histoire, le gouvernement socialiste d'aujourd'hui est l'héritier direct de parti socialiste de 1936 qui publiait dans sa presse : « Nous sommes déterminés à faire en Espagne la même chose qu'en Russie ».

La modération du programme du Front populaire en 1936 cachait le fait que la majorité des partis le composant avait inscrit dans leurs programmes l'instauration d'une république de classes et la nationalisation de la terre et de la banque.

La presse socialiste écrivait : « disons-le : 1936 sera une année révolutionnaire. Rien ne va s'opposer à ce que nous voyons cette année le commencement de la révolution qui ne peut avoir lieu lors de la chute de la monarchie . »

Il est difficile d'imaginer les mois qui précédé le déclanchement de la Guerre civile.De janvier à juillet 1936, l'Espagne a vécu dans une guerre civile virtuelle, où toutes les composantes de la société espagnole sentent que le passage de l'affrontement politique à l'affrontement armé n'est qu'une question de jours.

Surs de leur force, les partis de gauche font tout pour accroître la tensions et pousser la droite à la faute. Ils rêvent d'un « pronunciamiento » d'une fraction de l'armée qui permette de déclencher une répression féroce contre toutes les forces de droite, des libéraux aux Phalangistes en passant par les catholiques et les monarchistes. Un puputsch, voilà ce qu’il faut à la gauche pour liquider le régime parlementaire.

Les différentes composantes de la droite ont compris qu'il ne leur reste aucune possibilité constitutionnelle pour arrêter le processus révolutionnaire.La constitution, le parlement, les élections, ne sont plus que des illusions entretenues par un gouvernement de gauche qui n'attend que le moment opportun pour instaurer une dictature marxiste.

La gauche contre la démocratie

En réalité, contrairement à ce qu’affirme la propagande marxiste new look dont vous êtes abreuvés, la guerre d’Espagne est le résultat de deux coups d’Etat successifs.

Le Parti socialiste (l’ancêtre direct de celui qui est aujourd’hui au pouvoir en Espagne) ne supporte pas que la république s’embourgeoise et se rapproche des modèles parlementaristes de l’Europe du nord. Le meilleur moyen de renverser le régime est de déclencher un soulèvement ouvrier. Il est déclenché en octobre 1934 contre un gouvernement de droite absolument légitime et respectueux des institutions. Cette révolte armée est planifiée dès le départ comme une guerre civile dans le but d’imposer par la terreur un régime de type soviétique et par les nationalistes pour obtenir l’indépendance de la Catalogne. Ce coup d’Etat reçoit l’appui des communistes, d’une partie des anarchistes et des républicains de gauche mais échoue au bout de deux semaines en laissant sur le carreau 1 400 victimes et de très nombreux dégâts matériels.

Ayant assimilé les leçons de l’échec de 1934, le second coup d’Etat contre la démocratie est déclenché après les élections de février 1936 que le front populaire une victoire marginale. De l’aveu même de Manuel Azaña, le dirigeant de gauche qui prend alors le pouvoir, ces élections avaient été entachées par de nombreuses violences et par de graves irrégularités.
Les partis de gauche, après la proclamation des résultats, cherchent à gagner par l’émeute les élections qu’ils n’avaient pas été en mesure de remporter nettement dans les urnes. Pendant ce temps, le nouveau gouvernement destitue le président de la république Alcala-Zamora, prive de leur mandat des députés de droite, épure la haute fonction publique, supprime l’indépendance de la justice et laisse faire les émeutiers lesquels en trois mois ont causé de plus de 300 morts, brûlé des centaines d’églises, mis à sac des journaux, des centres culturels et politiques, etc. Quand les hommes politiques conservateurs, modérés comme Gil-Robles ou plus musclés comme Calvo Sotelo, mettent en demeure le gouvernement de faire respecter la légalité républicaine, les élus de gauche comme la sinistre Pasionaria les menacent de mort depuis les bancs même du parlement.

La destruction programmée de la légalité républicaine par les partis de gauche et la décomposition totale de l’Etat sont apparues aux yeux de tous quand un détachement mixte de policiers en uniforme et de miliciens socialistes enlève à son domicile puis assassine le député Calvo Sotelo après avoir échoué dans une tentative similaire à l’encontre de Gil-Robles. Ce crime est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et qui pousse à la rébellion une partie de l’armée. Au cours des semaines précédentes, la tournure prise par les événements avait encouragé certains militaires à préparer une riposte à la violence des partis de gauche, mais ils étaient très réticents à se lancer à l’aventure notamment en raison de la très grande probabilité d’échec (qui fut à deux doigts de se produire).

Le livre Jose Antonio Navarro Gisbert nous rappelle que ce n’est pas le soulèvement militaire qui a détruit la démocratie en Espagne. C’est la destruction organisée de la démocratie par les partis de gauche radicalisés qui a déclenché la guerre. Ce conflit qui a déchiré l’Espagne n’a pas vu l’affrontement de démocrates contre des fascistes, mais a mis en scène la lutte à mort entre des totalitaires de gauche et des autoritaires de droite.

Gregorio Marañon.

Gregorio Marañon a eu ce commentaire lucide et non dénué d’amertume : « Mon amour et mon respect de la vérité m’obligent à reconnaître que la République espagnole fut un échec tragique ».






¿Por qué fracaso la II Republica ?

Historia documentada de sus errores

José Antonio Navarro Gisbert

Altera, 700 p., notes, index, 28 e, ISBN 84-89779-92-9. Disponible sur www.alterra.net

Des marranes oubliés

Dans le village indien d’Acoma au Nouveau Mexique, l’église et le petit couvent témoignent de l’effort d’évangelisation de l’Espagne qui préférait dans ces régions la conquête par la croix à une conquête par le sabre.

Certains habitants du Nouveau-Mexique, officiellement chrétiens, suivent des traditions judaïques : ils seraient les descendants de juifs d’Espagne convertis de force au catholicisme à la fin du xve siècle, qui auraient continué à pratiquer secrètement leur foi originelle.
Quelques semaines après avoir pris ses fonctions d’historien du Nouveau-Mexique, dans le sud-ouest des Etats-Unis, Stanley Hordes a commencé à recevoir d’étranges visiteurs dans son bureau de Santa Fe, qui lui faisaient des révélations sur leurs voisins : « untel allume des bougies le vendredi soir, untel ne mange pas de porc ».
Intrigué, Stanley Hordes a commencé à sillonner les villages ruraux pour interroger les « viejitos », vieux habitants hispanophones dont les familles vivent dans l’Etat depuis des générations.
Bien que manifestement catholiques, ceux-ci suivaient des traditions du judaïsme, a-t-il découvert avec étonnement. Certains expliquaient simplement suivre la coutume familiale, mais d’autres déclaraient sans détour être juifs. Pourtant leurs villages étaient construits autour de chapelles catholiques, pas de synagogues, ils ne connaissaient pas la Torah et ne savaient pratiquement rien de la religion juive.
Un quart de siècle plus tard, Stanley Hordes a une explication sur la présence de ce « crypto-judaïsme » au Nouveau-Mexique. En 1492, les juifs d’Espagne ont été contraints de choisir : se convertir au catholicisme ou quitter le pays. Beaucoup sont partis, allant jusqu’à Istanbul, Londres ou Le Caire. D’autres ont simplement accepté d’abjurer leur foi.
Mais certains des nouveaux convertis ont en fait continué à pratiquer le judaïsme en secret. L’Inquisition espagnole a cherché à les identifier et à les punir. On a découvert quelques communautés de ces « crypto-juifs » qui ont survécu dans la péninsule ibérique et sur le continent américain pendant des siècles, cachant leur véritable identité religieuse à leurs voisins et à l’Eglise catholique.



L’autel et le modeste retable de l’église de San Miguel au Nouveau-Mexique. Dans tous les pays coquis par les Espagnols et par les Portugais, les judaïsants ont été nombreux. Toutefois, le passage des générations a, dans la plupart des cas, oblitéré le souvenir de cet héritage.

Dans un livre publié en 2005, To the End of the Earth : A History of the Crypto-Jews of New Mexico (« Vers le bout du monde : une histoire des crypto-juifs du Nouveau-Mexique »), Hordes suggère que nombre de ces apostats ont gagné la frontière nord de l’empire colonial espagnol, où il était plus facile d’échapper à l’autorité de l’Eglise et de l’Etat.
Là, ils ont continué à pratiquer leur foi originelle clandestinement en se fondant dans la culture catholique. « Ils étaient invisibles », souligne Hordes.
Mais ce secret qui les a protégés a aussi fini par les couper de leurs racines spirituelles. Ils n’avaient pas de synagogue, de Torah ou de lien avec la culture juive dans le reste du monde. Ils étaient immergés dans la culture catholique avec ses propres traditions.
Si bien qu’au xxe siècle, il ne leur restait plus que quelques coutumes inspirées du judaïsme et le vague sentiment chez les plus âgés d’être juifs.
Sonya Loya, qui a grandi dans la ville catholique de Ruidoso, déclare s’être toujours sentie juive. Elle a commencé à observer le shabbat il y a six ans lorsqu’elle a appris l’histoire de ses origines, mis au jour par Hordes et d’autres chercheurs. En 2004, son père a donné son assentiment à sa conversion au judaïsme et lui a révélé qu’il avait des ascendants juifs. Un oncle revenu de la Seconde Guerre mondiale a raconté avoir vu le nom de la famille dans une liste de détenus des camps de concentration.


Le père Bill Sanchez, curé catholique de l’église de St. Edwin Catholic à Albuquerque, porte en sautoir un crucifix et une étoide de David pour témoigner de ses origines marranes.



En Espagne, la redécouverte de l’héritage juif de la péninsule est très à la mode comme en témoigne cette plaque de rue en Galice.


Bill Sanchez, un prêtre catholique de la région, a fait analyser son ADN, examen qui a révélé qu’il possédait une série de marqueurs génétiques sur son chromosome Y, présents chez 30 % des hommes juifs. Se sentant juif depuis toujours, il a embrassé cet héritage. Il porte autour du cou une étoile de David à côté de son crucifix. « Nous sommes déjà juifs, nous n’avons pas besoin de le devenir », dit-il.

Les crypto-juifs du Nouveau-Mexique ont une relation inconfortable avec ce passé en partie enfoui. S’ils proclament leur judéité sur la base d’un héritage revendiqué, ils n’ont aucun moyen de le prouver. « On a des indices, mais au n’aura jamais la preuve », estime Sonya Loya.

jeudi 27 décembre 2007

Fidèles au Magistère

Il a démodé les cols roulés.

Telle un iceberg, la presse française est bien plus riche que ne laissent le supposer les rayons des marchands de journaux. En dépit de la qualité de leur contenu, un grand nombre de titres échappent à la curiosité des lecteurs potentiels en raison des contraintes commerciales imposées par une distribution en kiosque.

La presse catholique n’échappe pas à cette règle. Les croyants français disposent chez leur marchand de journaux d’une abondante production de magazines qui va de Témoignage chrétien à Télérama en passant par le Pèlerin. Pourtant, en dehors du quotidien la Croix, la majorité des titres qui se disent chrétiens sont en perte de vitesse. Comment s’en étonner ? Ils véhiculent les valeurs d’une génération de clercs en fin de cycle. Des prêtres qui ont longtemps cru aux idées de l’aile la plus progressiste de Vatican II. Mal conseillés, mal informés, ou tout simplement mal intentionnés, ces curés du rouge au rose ont largement contribué à dénaturer le concile dans la pratique ecclésiale.

Avec Benoît XVI, l’Eglise a finalement tiré un trait sur une expérience de quarante ans qui a échoué. Les prêtres en pull a col roulé et les religieuses habillées chez les Trois Suisses vont progressivement céder la place car ni les uns ni les autres ne séduisent la jeunesse qui se reconnaît dans l’Eglise.

Si la presse qu’aiment à lire les catholiques n’est pas dans les kiosques, où est-elle ? Elle se fait connaître par le bouche à oreille, par la prospection postale, par l’affichage dans quelques points de vente ponctuels… A l’abri des regards, et loin des coups de crosse épiscopaux, elle chemine souterrainement, en attendant de se diffuser au grand jour.

L’Homme nouveau est de cette presse encore discrète. Certes, ce n’est probablement pas le genre de magazine trendy et glossy que fabriquent à la chaîne les éditeurs spécialisés dans le « chrétien cool » pour ados. Néanmoins, dirigé par Philippe Maxence, un journaliste ferme dans ses convictions mais à l’esprit ouvert, ce bimensuel réussit à concilier la qualité de l’information religieuse, un ultramontanisme light et un relatif anticonformisme.
Il est probable que la lecture de l’Homme nouveau déclenche un furieux prurit dans les sacristies où le portrait du père Yves Congar fait face à celui de Hans Kung et dans les palais épiscopaux où les mitrés lisent plus volontiers Libération que l’Osservatore Romano. Mais qu’importent leurs démangeaisons, leur heure est passée.



Un magazine qui annonce l’Eglise de demain

L’avenir de l’Eglise est ailleurs. Il est dans ces jeunes qui retrouvent les chemins de la foi grâce à une liturgie traditionnelle qui parle plus à leur cœur que la logorrhée progressiste scandée au rythme du djembé.

L’Eglise de demain est probablement à l’image de ces familles que l’on croise dans les pèlerinage, la mère avec une poussette et le père transportant dans un sac à dos le pique-nique de la ribambelle d’enfants qui les suit.

La force du catholicisme du XXIe siècle sera de réunir sous le même toit des sensibilités très différentes, des communautés catéchuménales à des prélatures comme l’Opus Dei ou encore aux Légionnaires du Christ, aux jésuites (ou ce qu’il en reste), aux dominicains en passant par les franciscains fondus de télévision de l’Eternal Word Television Network. Quant aux fidèles, ils trouveront eux aussi une voie qui leur conviendra dans une offre religieuse diversifiée mais unie sur l’essentiel.

Comme tout corps vivant, l’Eglise est le lieu d’affrontements où les ambitions bien humaines compliquent des enjeux théologiques bien complexes. Voilà pourquoi, l’un des plaisirs de la lecture régulière de l’Homme nouveau est de suivre les péripéties des combats à crosses démouchetées entre les tenants de la « tradition » au sens large et ceux qui défendent ce qu’ils appellent « les acquis du concile ».

Ainsi, les péripéties de la réception du motu proprio du 7 juillet 2007 de Benoît XVI, levant tous les obstacles hiérarchiques à la célébration de messes dans le rite traditionnel, dit « extraordinaire », par opposition au rite conciliaire dit « ordinaire », valent le détour.

Le bimensuel ne se limite pas aux affaire d’Eglise. Il jette un regard curieux et critique sur la société et ça fait du bien de lire d’autres points de vue que ceux des médias conformistes. Par exemple, dans son numéro de fin décembre 2007, le magazine offre un intéressant dossier sur le scoutisme où l’on trouve le récit peu connu des origines des Scouts d’Europe et aussi un papier d’humeur dénonçant le « temps des assassins », quand les terroristes non-repentis d’Action directe se retrouvent en liberté alors qu’un site internet à leur gloire fait un appel permanent à la violence. Mais l’important est ailleurs. Il se trouve en Une dans l’appel de l’abbé Chanut à grandir dans l’espérance chrétienne « maintenant que l’optimisme béat de la période post-conciliaire a fait preuve de sa fatuité prédatrice ».

video



video


Les jeunes catholiques ont le sens de l'humour. Voici deux savoureuses mises en boîte des délires ayant accompagné l'imposition du Novus Ordo.

Même pas peur

Les lecteurs de l’Homme nouveau sont des hommes et des femmes qui ont connu le nadir de la foi catholique et qui pourtant ont persévéré dans leur foi. Après les trente désastreuses qu’ils ont vécues avec leurs familles, plus grand chose ne peut les abattre. Ils risquent de nous réserver quelques surprises.

La traite compassionnelle

Hier, la Cour criminelle de N'Djamena (anciennement Fort Lamy) ont condamné à huit ans de travaux forcés six Français pour enlèvement d'enfants et corruption de leur identité. Ce verdict est une bonne nouvelle pour l'Afrique et pour l'Europe. Bien sûr, dit comme cela, sans précautions oratoires, cette affirmation risque de hérisser le poil de nombreux internautes.
Pourtant, il est temps d'arrêter le délire compassionnel qui pousse de nombreux Européens à croire qu'ils ont pour mission de sauver de petits Africains en les arrachant à leur continent, à leur pays, à leur famille, pour leur offrir une « vraie » vie dans une banlieue pavillonnaire française.
L'arrogance insupportables des zozos de l'Arche de Zoé n'est en rien différente de celle des colonisateurs venus apporter la civilisation au continent noir. Elle n'était pas très différente de celle de ces commerçants de Nantes ou de Liverpool venus offrir une « vie meilleure » dans des plantations américaines à des milliers d'Africains mis en esclavage par leurs propres frères de race. Cette arrogance est partout, dans la presse, dans les commentaires des hommes politiques français. Elle suscitait l'amertume de nombreux Tchadiens comme par exemple celle de Bello Bakary :

Donc, Eric Breteau, président de la nébuleuse Association Arche de Zoé, s'apprêtait à embarquer, en octobre dernier 103 enfants, pour la France. Pour lui et ses amis, il n’y a rien là. Aucun crime commis. C’est juste une action humanitaire. Le Tchad et ses lois ça ne compte pas. Les parents de ces enfants, ça n’a pas d’importance. Les Tchadiens ne sont que des arriérés vivant en dehors de l’humanité.

Au fait, Éric Breteau et ses acolytes n’ont pas tort. Le Tchad est un pays en déliquescence. L’État n’existe pas. Il n’assure pas à sa population les besoins de base : l’Education, la santé, la sécurité. Alors le premier aventurier qui se présente, pour pallier à l’absence de l’État, on lui fait confiance. Non pas parce que la population veut se débarrasser des enfants. Mais parce que comme tout parent, ils souhaitent un futur meilleur à leurs progénitures. C’est ce qui est arrivé dans « l’affaire Arche de Zoé ». Surtout que cette association a promis une éducation aux enfants. Éric Breteau et ses compagnons ont trahi les enfants et leurs parents.
Venus sauver des orphelins du Darfour en les remettant à des familles françaises en marge de la la loi et en échange d'espèces sonnantes et trébuchantes, la bande à Zoé s'est rabattue sur des enfants de familles pauvres du Tchad en leur mentant. Les parents ont raconté comment cela s'est passé à la barre du tribunal :

Les cinq pères entendus à la barre assurent pourtant être Tchadiens et n'avoir jamais su que l'association recherchait des orphelins soudanais. 
"Les Blancs ont volé les enfants pour les emmener en France", a ainsi lancé un père qui a confié l'un de ses fils à deux intermédiaires à Tiné, ville frontalière du Soudan. "On nous disait qu'ils allaient les mettre à l'école à Abéché (est). Ils ont trompé notre confiance pour voler les enfants". 
Les récits des parents, dont les propos en dialecte sont traduits par un interprète, sont similaires. Un père, vêtu d'une djellabah et d'une toque blanches, raconte avoir confié ses enfants au marabout soudanais Souleïmane Ibrahim Adam, jugé pour "complicité d'enlèvement" et accusé par le président de L'Arche de Zoé Eric Breteau d'avoir menti en présentant les enfants comme des orphelins du Darfour. 



"Souleïmane a emmené les enfants dans une charrette vers Adré (autre ville frontalière) pour les scolariser. Mais quand nous sommes allés les voir à Adré, ils étaient déjà partis à Abéché", témoigne-t-il. 

"Les avoir emmenés à Abéché est déjà contraire à ce qu'ils avaient promis. C'est du vol d'enfants", tranche aussitôt un avocat des parties civiles. 
La défense revient alors sur la nationalité et la filiation des enfants, dont les Français sont accusés d'avoir "compromis l'état civil".
L'histrion primus inter pares du barreau français, Gilbert Collard n'a pas manqué une occasion de se faire remarquer :

Avec insistance, Me Gilbert Collard demande à un père s'il dispose des actes de naissance de ses enfants. 
"Non", répond celui-ci. 
"Comment peut-on compromettre un état civil quand il n'y en a pas", s'exclame alors l'avocat français, immédiatement recadré par les magistrats de la Cour qui s'emploient à lui expliquer que, dans les "régions reculées" dont sont originaires ces familles, l'acte de naissance est un document très rare. 
"Je suis surpris que la défense devienne aussi légaliste alors que les enfants allaient être emmenés en France sans aucune autorisation", rétorque le procureur général Beassoum Ben Ngassoro. 
"De la même façon, nous demandons à la défense de présenter les actes de décès attestant que les enfants sont orphelins", renchérit un avocat des parties civiles.
Cette « traite compassionnelle » fait partie d'un phénomène migratoire plus vaste qui prive dangereusement l'Afrique de ses enfants les plus aptes à participer au développement du continent. Voici ce qu'écrit un chercheur africain à ce sujet :

Les pays manqueront, inéluctablement, d’un capital humain de matières grises locales, suffisant pour faire face aux défis, tels que l’éducation, la lutte contre les maladies ou la lutte contre la pauvreté.

Avec l’exode de ses cerveaux, les pays africains souffrent du capital humain insuffisant, de matières grises, qui normalement s’avère aussi, efficace, en terme de propositions locales, de formation d’élites locales ou des cadres, pour permettre la continuité du savoir et de la connaissance, et donc, s’assurer de la relève de l’intelligentsia de demain, par la transmission de savoir.

Or, l’indépendance économique et le développement d’un pays dépendent de la capacité de s’organiser, autour de son potentiel humain bien formé, et, en conséquence, sa fuite, constitue un désastre économique qui compromet au développement économique, social et culturel des pays

Dans le cas d’espèce du manque de disponibilité constante et suffisantes des cerveaux, les associations, peuvent, difficilement, disposer des cerveaux bénévoles ou volontaires, nécessaires, pour aider les régions où les populations désireuses, d’un pays, dans des domaines, aussi variées, comme la médecine, l’enseignement…

Par ailleurs, il existe dans certains pays riches, des réseaux qui se sont constitués, pour exploiter les cerveaux étrangers à des salaires moins rémunérateurs, ce qui permet de réaliser à court terme, la réalisation de la valeur ajoutée de certaines entreprises malveillantes, en exemple, certaines entreprises recrutent des africains à des postes moins qualifiés et au fil des temps, on lui confie des taches qui nécessitent des connaissances. L’administration française aussi, est sur la ligne de mire, elle ne rémunère pas au même niveau les diplômes étrangers et les diplômes français dans l’enseignement et surtout dans la médecine. Dans ces deux cas, la fuite des cerveaux devient un désastre, pour l’individu surtout, sur le plan psychologique
L'adoption internationale ne se compare en rien à l'achat d'un animal de compagnie. C'est un acte grave aux conséquences qui peuvent être dramatiques pour l'enfant concerné et pour sa famille. Il serait bien mieux d'encourager les formules de parrainage pour maintenir les enfants au sein de leurs communautés tout en contribuant à l'amélioration globale de la situation de la famille.

mercredi 26 décembre 2007

Loi et histoire, un couple diabolique

Le 5 décembre dernier, dans les colonnes du Los Angeles Times, Ian Buruma, professeur au Bard College, a publié un article fort pertinent sur les dangers qu'entraîne la volonté de légiférer sur le passé. Le livre le plus récent de cet auteur est Murder in Amsterdam: The Killing of Theo van Gogh and the Limits of Tolerance.


Legislating history

The law is too blunt an instrument to deal with a nation's mistakes.
By Ian Buruma

In October, the Spanish parliament passed the Law of Historical Memory, which bans rallies and memorials celebrating the late dictator Francisco Franco. His Falangist regime will be officially denounced and its victims honored.

There are plausible reasons for enacting such a law. Many people killed by the fascists during the Spanish Civil War lie unremembered in mass graves. There is still a certain degree of nostalgia on the far right for Franco's dictatorship. People who gathered at his tomb earlier this year chanted "We won the civil war!" while denouncing socialists and foreigners, especially Muslims. Reason enough, one might think, for Socialist Prime Minister Jose Luis Rodriguez Zapatero to use the law to exorcise the demons of dictatorship for the sake of democracy's good health.

But legislation is a blunt instrument for dealing with history. Although Spain's new law won't put historical discussion out of bounds, even banning ceremonies celebrating bygone days may go a step too far.

The desire to control both past and present is, of course, a common feature of dictatorships. This can be done through propaganda, distorting the truth or suppressing the facts. Anyone in China who mentions what happened at Tiananmen Square (and many other places) in June 1989 will soon find himself in the less-than-tender embrace of the state security police. Indeed, much of what happened under Chairman Mao Tse-tung remains taboo.

Spain, however, is a democracy. Sometimes the wounds of the past are so fresh that even democratic governments deliberately impose silence in order to foster unity. When Charles de Gaulle revived the French Republic after World War II, he ignored the history of Vichy France and Nazi collaboration by pretending that all French citizens had been good republican patriots.

More truthful accounts, such as Marcel Ophuls' magisterial documentary, "The Sorrow and the Pity," were, to say the least, unwelcome. Ophuls' 1968 film was not shown on French state television until 1981. After Franco's death in 1975, Spain too treated its recent history with remarkable discretion.

But memory won't be denied. A new generation in France, born after the war, broke the public silence with a torrent of books and films on French collaboration in the Holocaust as well as the Vichy regime, sometimes in an almost inquisitorial spirit. The French historian Henri Russo dubbed this new attitude the "Vichy syndrome."

Spain seems to be going through a similar process. Children of Franco's victims are making up for their parents' silence. Suddenly, the civil war is everywhere: in books, television shows, movies, academic seminars and now in the legislature.

This is not just a European phenomenon. Nor is it a sign of creeping authoritarianism. On the contrary, it often comes with more democracy. When South Korea was ruled by military strongmen, Korean collaboration with Japanese colonial rule in the first half of the 20th century was not discussed -- partly because some of those strongmen, notably the late Park Chung-hee, had been collaborators themselves. Now, under President Roh Moo-hyun, a new "truth and reconciliation" law has not only stimulated a thorough airing of historical grievances but has led to a hunt for past collaborators.

Lists have been drawn up of people who played a significant role in the Japanese colonial regime, ranging from university professors to police chiefs -- and extending even to their children, reflecting the Confucian belief that families are responsible for the behavior of their individual members. The fact that many family members, including Park's daughter, Geun-hye, support the conservative opposition party is surely no coincidence.

Opening up the past to public scrutiny is part of maintaining an open society. But when governments do it, history can easily become a weapon to be used against political opponents -- and thus be as damaging as banning historical inquiries. This is a good reason for leaving historical debates to writers, journalists, filmmakers and historians.

Government intervention is justified only in a very limited sense. Many countries enact legislation to stop people from inciting others to commit violent acts, though some go further. For example, Nazi ideology and symbols are banned in Germany and Austria, and Holocaust denial is a crime in 13 countries, including France, Poland and Belgium. Last year, the French Parliament introduced a bill to proscribe denial of the Armenian genocide too.

Even if extreme caution is sometimes understandable, it may not be wise, as a matter of general principle, to ban abhorrent or simply cranky views of the past. Banning opinions, no matter how perverse, has the effect of elevating their proponents into dissidents. Last month, British writer David Irving, who was jailed in Austria for Holocaust denial, had the bizarre distinction of defending free speech in a debate at the Oxford Union.

Although the Spanish Civil War was not on a par with the Holocaust, even bitter history leaves room for interpretation. Truth can be found only if people are free to pursue it. Many brave people have risked -- or lost -- their lives in defense of this freedom.

It is right for a democracy to repudiate a dictatorship, and the new Spanish law is cautiously drafted. But it is better to leave people free to express even unsavory political sympathies because legal bans don't foster free thinking, they impede them.

dimanche 23 décembre 2007

Le catholicisme britannique fait la course en tête

Tony Blair rencontre le pape Benoît XVI à Rome
quelques jours avant de rendre publique la nouvelle de sa conversion.


La nouvelle de la conversion au catholicisme de l’ancien premier ministre anglais Tony Blair était attendue depuis plusieurs mois. Elle a néanmoins eu un profond impact sur une société insulaire qui n’en finit pas de digérer les conséquences de la lubricité du roi Henri VIII.

Le catholicisme revient de loin dans ce pays : des lois pénales reléguant les fidèles de Rome à une citoyenneté de deuxième classe à la situation actuelle où la religion proscrite est devenue le groupe religieux dominant, dépassant l’Eglise d’Angleterre. Comme le souligne la presse anglaise, désormais plus de fidèles fréquentent les messes que le culte anglican. Il est frappant de relever que 25 millions de Britanniques se disent anglicans pour seulement 4 millions de catholiques.

Le laxisme de l'Eglise d'Angleterre y est probablement pour beaucoup. Depuis 2000, la fréquentation du culte a baissé de 20 % en grande partie en raison de l’abandon progressif par les anglican des principes de base du christianisme : relativisme social et religieux, ordination des femmes,acceptation des unions homosexuelles, etc. Il n’est pas d’idée à la mode dont les anglican ne cherchent à s’emparer.

Grossie des déserteurs de l’anglicanisme, enrichie par les nombreux immigrants d’abord d’Irlande puis du continent, l’Eglise catholique prend des forces en dépit du progressisme rabique de son épiscopat. S’agit-il d’une embellie momentanée ? Il est encore trop tôt pour le dire.

Les convertis célèbres

Une des particularités de la compétition religieuse en Angleterre est le grand nombre de personnalités qui se convertissent à la foi catholique, ce que les anglophones appellement joliment « traverser le Tibre à la nage ». Les conversions dans l’autre sens sont pratiquement inexistantes.

Ce phénomène a pris une grande relevance au Royaume-Uni dans la première moitié du XIXe siècle, avec notamment la conversion d’une des figures de proue de l’anglicanisme, John Henry Newman, dont l’autobiographie Apologia pro vita sua demeure un des grands monuments de la littérature anglaise.

J’ai trouvé dans la presse quelques exemples de convertis célèbres.

EVELYN WAUGH
Né en 1903 de père pasteur anglican, il se convertit à l’âge de 27 ans. Il laisse un chef d’œuvre de la littérature anglaise Brideshead Revisited.

Trois générations de Waugh, de gauche à droite : Auberon, Alexander et Evelyn Waugh photographiés dans la résqixence familiale de Combe Florey en 1965.


DAVE BRUBECK
Ce grand pianiste de jazz s’est converti en 1980.



GARY COOPER C’est une fois star de Hollywood que l’&cteur s’est converti dans les années 1950.



FAYE DUNAWAY L’actrice est une des nombreuses stars du cinéma américain à s’être convertie.



GUSTAV MAHLER Né au sein d’une famille juive, le compositeur autrichien s’est converti en 1897.

GRAHAM GREENE
Le romancier s’est converti à l’occasion de son marriage en 1927 avec Vivienne Dayrell-Browning, une autre convertie.


LARS VON TRIER
Le réalisateur danois s’est converti dans les années 1990.


Livres à télécharger


Histoire du catholicisme en Angleterre
Gabriel Planque

Bloud (Paris, 1909). Numérisation : BNF.


Célèbres conversions contemporaines

R. P. Huguet

Ruffet (Paris, 1872). Numérisation : BNF.


APOLOGIA PRO VITA SUA
John Henry (Cardinal) Newman

J. M. Dent & Sons Ltd (London, ). Origine Project Gutenberg.

samedi 22 décembre 2007

Gallica, un trésor sous employé


Les journaux sont consultables en ligne dans de bonnes conditions de lisibilité ou téléchargeables au format pdf ou tiff.

Le portail Gallica de la Bibliothèque nationale de France offre des ressources négligées par beaucoup d'internautes obnubilés par Google books ou par la bibliothèque du Congrès des Etats-Unis.

Nous vous invitons à explorer la collection de presse quotidienne française mise en ligne par la BNF. Elle permet de consulter certaines années du Figaro et son supplément littéraire, le Temps, la Croix, l'Humanité, l'Ouest-Eclair, la Presse et le Journal des débats.

Dans un proche avenir seront accessibles : le Gaulois, le Petit Parisien et son supplément hebdomadaire, la Lanterne et son supplément hebdomadaire, l'Intransigeant, la Justice, le Matin, l'Aurore, l'Action française, le Constitutionnel, l'Univers, le Siècle, le Petit Journal et son supplément hebdomadaire, le Rappel, Gil Blas et son supplément hebdomadaire et l'Echo de Paris.

La Croix dans une de ses éditions de 1940. Intéressante lecture.

Voici la présentation qu'en donne la BNF :

L’essor de la presse quotidienne à grand tirage, à partir d'Emile de Girardin et la publication de La Presse, a immédiatement attiré les contributions des hommes politiques mais aussi des écrivains, des savants et des chefs d’entreprise qui se sont emparés de ce média, à la diffusion sans précédent, pour publier essais, critiques, romans et tribunes.

La qualité et la variété de ces textes, encore trop souvent méconnus, font de la presse du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle une source irremplaçable de connaissance de la vie politique, économique, littéraire, artistique et scientifique. C'est le feuilleton à la Balzac et à la Dumas, dont la presse constitue le premier, voire le seul relais de diffusion, qui contribue au succès populaire du genre romanesque et à l'appropriation du journal par les familles françaises. C’est un titre comme Le Temps qui ouvre la vie politique française sur l’étranger et c’est Ouest-Eclair, qui, parmi les premiers, fait pénétrer l’actualité nationale dans les foyers en province.

Une vraie "civilisation de la presse" naît au XIXe siècle, soutenue par l'essor ce média de masse que constitue la presse et dont le recours massif à l'illustration renforcera encore l'impact populaire : le Petit Parisien dépasse en 1904 le million d'exemplaires, chiffre non égalé à ce jour.

Or, si la presse quotidienne continue d'être largement communiquée en salle de lecture, les contraintes matérielles de consultation du papier – format, acidité - ou du microfilm – difficultés propres au support et altération des copies de consultation de la BnF - ont compliqué les recherches, entraînant une sous-exploitation de la presse comme objet d'histoire : le passage sur Internet de près de trois millions et demi de pages, avec des facilités de navigation et de recherche au sein des articles, ouvre des perspectives sans pareilles.

Opération de diffusion de la presse au service des chercheurs francophones, le plan de numérisation s'inscrit donc également dans une logique de sauvegarde des collections de la Bibliothèque nationale de France.

Las Casas serait content

Bartolomé de Las Casas, l'éducateur du Chiapas et le défenseur des Indiens.

L'évêché de Chiapas, au Mexique, est bien ancré dans l'histoire. En mars 1543, l'empereur Charles Quint propose au pape un candidat pour occuper la charge épiscopale : Bartolomé de las Casas. Rome ayant donné son accord, le dominicain est consacré évêque dans la chapelle du couvent Saint Paul de Séville d'où il s'embarque pour le Nouveau Monde en juillet 1544.

Dès son arrivée, il se bat pour défendre les indiens des excès de quelques conquistadores âpres au gain et interdit la pratique de la mise en esclavage des indigènes en excommuniant les colons qui le pratiquaient. L'évêque met au point des méthodes pacifiques de conversion et s'attache à l'éducation des populations locales.

Les élèves de l'école « Francisco Villa » de San Juan de Panama,
dans l'Etat mexicain du Chiapas.


Dans un amusant clin d'oeil au défenseur des Indiens, la presse mexicaine et espagnole publie aujourd'hui la nouvelle que les meilleurs résultats scolaires de tout le Mexique sont obtenus par une petite classe d'indigènes, loin de toute civilisation urbaine, ne disposant d'aucun des moyens sophistiqués des écoles privées les plus coûteuses du pays.

Le ventre vide, assis à leurs modestes pupitres en bois, ces petits indiens étudient dans les hauteurs de la sierra Madre de Chiapas, à 1700 m d'altitude, dans une petite communauté villageoise de 300 habitants, à trois heures de route dEscuintla, le village voisin, et à cinq heures de Tapachula, la ville la plus proche.

Contre toute attente, ces enfants battent à plate couture 85 000 écoles primaires publiques et privées du pays avec une moyenne de 8,5 sur 10. Un des enfants, Robelsi Obed, occupe à 11 ans la première place dans tout le Mexique pour ses résultats en espagnol et en mathématiques. Que demandent les parents ? Une route qui permette de rompre l'isolement du village durant la saison des pluies et davantage de bourses pour permettre aux meilleurs élèves de recevoir une éducation à la mesure de leur talent.

Voilà de quoi faire réfléchir les enseignants français qui ne connaissent qu'un seul remède à l'échec scolaire : le célèbre « davantage de moyens ».

vendredi 21 décembre 2007

Un trésor gaulois

Un trésor gaulois exceptionnel a été découvert par l'INRAP. Un exemple remarquable du savoir faire exceptionnel d'une équipe de professionnels de haut niveau.


L'Institut national d'archéologie préventive n'est guère connu du grand public et c'est bien dommage. Il intervient en urgence quand un site archéologique est découvert au cours de travaux. Il ne dispose que d'un délai très bref pour agir avant de rendre le site à sa destination première.

En Bretagne, une équipe de l'Inrap a récemment mis au jour les vestiges d'une exploitation agricole de l'âge du Fer à Laniscat (Côtes-d'Armor) à l'occasion de la fouille d'un tracé routier. Dans ce contexte a été découvert un des plus importants dépôts monétaires celtiques jamais mis au jour en Armorique.

L’or du peuple du bout du monde :
découverte d’un trésor gaulois



Les archéologues ont dégagé à Laniscat un grand établissement agricole dont l'implantation remonte au IIIe siècle avant notre ère et perdure jusqu'à la conquête romaine.
Vers le milieu du IIIe siècle avant notre ère, un notable et sa parenté s'installent sur le site de Rosquelfen. Comme c'est l'usage à l'époque, il délimite l'emprise de sa ferme par un enclos composé d'un fossé doublé d'un talus, geste ostentatoire plutôt que volonté défensive. L'ouvrage de plan quadrangulaire couvre 7500 mètres carrés. L'enclos est ponctué de six entrées fermées par un porche et la cour intérieure présente une petite zone palissadée pour parquer des animaux de trait ou d'élevage. Installées le long des talus, les habitations construites sur poteaux sont peu spacieuses mais bénéficient cependant d'un foyer central, dont les fumées s'échappent à travers la couverture de chaume. Une partie de l'enclos est réservé au traitement et au stockage des céréales. Elles sont conservées dans de petits greniers surélevés de façon à aérer le grain et à le protéger des rongeurs.
À la conquête romaine, la ferme est profondément modifiée mais l'enclos gaulois a pérennisé l'orientation du parcellaire. L'enclos gallo-romain ne couvre que 1850 mètres carrés de l'enclos gaulois mais possède un imposant fossé taluté défensif. En pleine romanisation de l'Armorique, le site semble abandonné au cours du Ier siècle de notre ère.

Monnaie osisme : statère gaulois en électrum du trésor de Laniscat (revers).


Le trésor de Laniscat


Probablement juste avant la conquête romaine, le trésor est enfoui au sein de l'enclos gaulois. Protégées par un talus durant des siècles, ses 545 monnaies d'électrum (alliage d'or et d'argent) ont été éparpillées sur 200 m² par les récentes mises en culture mais sont toutefois dans un excellent état de conservation.
Le trésor de Laniscat se compose de 58 statères et de 487 quarts de statères. Toutes ces monnaies ont été frappées par le pouvoir osisme. Il s'agit du plus important dépôt monétaire jamais découvert en Armorique celtique : 254 monnaies avaient été mis au jour à Kersaint-Plabennec en 1903 (Finistère), 254 à Guingamp en 1934 (Côtes-d'Armor), 184 à Perros-Guirrec en 1933 (Côtes-d'Armor), 53 à Poullaouen en 1853 (Finistère)... Il compte des monnaies rares et des variantes inédites : on relève ainsi la présence de statères du type de Carantec jusqu'ici connus à six exemplaires. Ces monnaies portent à l'avers une tête humaine à gauche, chevelure disposée en grosses mèches. Un double cordon perlé entoure la chevelure et se termine à chaque extrémité par une petite tête coupée. Devant la face, un sanglier. Au revers, un homme monte un cheval non androcéphale à gauche. Il brandit de la main droite une lance et tient, de l'autre main, un bouclier. Devant le cheval, un motif floral. Sous le cheval, un sanglier enseigne.
La composition du métal des monnaies, un alliage ternaire or argent avec une forte proportion de cuivre, confirme la datation tardive du dépôt, durant les années 75-50 avant notre ère.
Ce trésor a d'autant plus d'importance qu'il a été découvert dans son environnement archéologique. Il représente une fortune considérable pour l'époque et renseigne sur le statut du site et de ses occupants. Il permet de reconsidérer le rôle et l'importance des Osismes dans la péninsule bretonne.

Quelques statères gaulois en électrum du trésor de Laniscat.

Les Osismes

Pythéas de Marseille, un navigateur grec qui partit de Marseille vers 300 avant notre ère pour rejoindre l'île de Bretagne (la Grande Bretagne actuelle), a mentionné la présence des Ostimioi, un peuple localisé à l'extrémité d'une péninsule qui s'avance loin dans l'Océan. Selon Léon Fleuriot, ce terme signifierait « les plus éloignés », en bref « les finistériens », nom tout à fait adéquat pour ces hommes de l'extrémité du continent. Quelques siècles plus tard, on le retrouve sous le nom d'Osismes dans les textes latins.
Jules César mentionne ce peuple, allié des Vénètes lors de la guerre des Gaules. On a longtemps pensé que les Osismes, localisés à l'extrémité de la péninsule bretonne, vivaient sous la dépendance de leurs puissants voisins du Morbihan. Or, les données récentes de l'archéologie soulignent au contraire la prédominance de la Cité des Osismes, qui maîtrisait le trafic maritime entre l'Atlantique et la Manche ainsi que des gisements de métaux précieux. Elle contrôlait un vaste territoire, comprenant le Finistère, ainsi que l'ouest du Morbihan et des Côtes-d'Armor.
La découverte du trésor osisme de Laniscat permet de préciser les frontières orientales de cette cité, structurée autour de deux agglomérations fortifiées majeures, les oppida de Huelgoat et de Paule, et d'une série d'agglomérations secondaires, comme Quimper ou Douarnenez.

le film du trésor
Le trésor de Laniscat
Interviews d'Eddy Roy (archéologue responsable d'opération, Inrap), Michel Baillieu (adjoint scientifique et technique, Inrap), Sylvie Nieto (numismate, CNRS), Yves Menez (spécialiste de l'âge du Fer, Inrap), Stéphane Deschamps (Conservateur régional de l'archéologie, DRAC). Film réalisé par Mathilde Deschamps et praduit par l'Inrap et Tournez s'il vous plaît.



Un site de mise à disposition de courtes vidéos qui est à explorer d'urgence.


Pour en savoir plus, nous vous invitons à visiter le site de l'INRAP qui est tout à fait remarquable, non seulement pour les étudiants mais aussi pour tous les amoureux d'histoire et d'archéologie. La page consacrée aux reportages vidéo est très bien faite et permet de s'y abonner. De cette manière, les internautes malins peuvent recevoir régulièrement sur leur ordinateur des petits films passionnants sur les derniers chantiers de l'INRAP.

Voici un exemple des films à la disposition des internautes sur le site de l'INRAP.


video


L'Utile, 1761.
Esclaves oubliés

Interviews du commandant Max Guérout et de Thomas Romon (Inrap).

Partie de Bayonne le 17 novembre 1760, l'Utile, flûte de la Compagnie française des Indes orientales, fait naufrage le 31 juillet 1761 sur l'île de Tromelin. 203 ans plus tard, le commandant Max Guérout et le Groupe de recherche en archéologie navale (GRAN), en collaboration avec l'Inrap, lancent, sous le patronage de l'Unesco, le projet « Esclaves oubliés ». Son objectif : fouiller l'épave de l'Utile, retrouver les traces du séjour des naufragés et des conditions de leur survie sur l'île. La première mission s'est déroulée du 10 octobre au 9 novembre 2006.

Avec l'INRAP, nous avons enfin l'impression que l'argent public sert vraiment à quelque chose !

(Le texte est de l'INRAP et les photos sont d'Hervé Paitier de l'INRAP. )

mardi 18 décembre 2007

La justice laïque contre les sorcières

Un exemple d'imagerie anticatholique associée à l'Inquisition.

Alors que les juges ecclésiastiques faisaient preuve de prudence à l'égard des accusations de sorcellerie, les juges ordinaires gobaient toutes les invraisemblances que leur débitaient sous la tortures les pauvres suspectes. Un des cas les plus connus est celui d'Henry Buguet, un magistrat comtois sous le règne de Philippe II, du temps où cette belle nation était régie par ses princes légitimes. Grand Juge de la terre de Saint-Claude, il est l'auteur d'un Discours des Sorciers, publié en 1602, douze fois réédité en vingt ans.
Dans cet ouvrage, il s'adresse à un juge comtois de Salins en soixante-dix articles qui traitent du type d'intervention à conduire dans le cadre de la sorcellerie. Cette partie de l'ouvrage exerça une influence considérable sur l'ensemble des magistrats de l'époque. Les juges le consultent, le Parlement le possède dans sa bibliothèque.

Nous vous proposons dans le lien ci-après de lire cet ouvrage en format pdf, de quoi faire regretter que l'Inquisition n'ait pas étendu son domaine de compétence à la Comte de Bourgogne.


Discours exécrable des sorciers
Henry Boguet
Reprod. de la 2e éd. de, Paris : D. Binet, 1603.

L'avocat des sorcières

José Javier Esparza : et si l'Inquisition avait bien mérité des sorcières ?

La pensée conforme et l’anticatholicisme hérité des Lumières ont réussi à imposer une idée complètement fausse de l’Inquisition en général et de l’Inquisition espagnole en particulier. On nous raconte avec force détails les tourments infligés aux suspects et on s’attarde sur les malheureuses femmes convaincues de sorcellerie qui étaient envoyées par milliers au bûcher. Malheureusement pour les historiens du dimanche, c’est faux. Sans s’attarder sur le fonctionnement de l’Inquisition, que les historiens ont bien décrit et qui est un progrès considérable sur les pratiques du temps, renvoyons nos visiteurs hispanophones au texte de l’écrivain espagnol José Javier Esparza publié par El Manifiesto évoquant la figure extraordinaire d’Alonso de Salazar Frías, un inquisiteur de foi et de raison qui mit en lumière que la grande majorité des cas de « sorcellerie » n’étaient que des racontars de villageois. Cet inquisiteur est passé à l’histoire sous l’appellation d’«avocat des sorcières». Grâce à lui, le nombre des victimes de la chasse aux sorcières en Espagne se limite à une petite dizaine quand dans les pays protestants les malheureuses envoyées à la mort se contaient par milliers.

Un exemple de propagande anticatholique : les Crimes de l'Inquisition.